Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour dans les bacs imminent pour Superbus ! Le groupe a répondu à nos questions !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Darius Salimi

Photo Darius Salimi

Rencontre pleine d'humour dans les locaux de Warner avec Jennifer, Patrice, Michel et François, les quatre mousquetaires du rock Français de Superbus. Le groupe sortira son sixième album le 03 juin prochain et a dévoilé il y a peu un premier extrait taillé pour les radios.

Strong And Beautiful annonce l’arrivée prochaine de votre sixième album. Quel est le message de cette chanson ?

J : Cette chanson reflète exactement notre état d’esprit en ce moment. Il faut se sentir bien en retrouvant un peu de force et de nouveauté et je dirais que comme nous avons eu des moments un peu plus compliqués, Strong And Beautiful apparaît comme une chanson motivante.

Chaque album de Superbus a son propre univers musical, est-ce le cas du nouvel opus ?

J : Oui car nous le faisons à chaque fois et cela se fait naturellement, il y a une espèce de sonorité qui arrive sur chaque disque et cela lui donne une couleur précise.

P : Il a une identité sonore qui lui est propre et qui apparaît à mesure de l’élaboration de l’album. Chanson après a chanson, on se rend compte qu’on réutilise les mêmes sons. A un moment donné, c’est presque comme si cela nous échappait et l’album se met à vivre par lui-même et on prend conscience de la couleur qu’il a. C’est fait innocemment au départ et ça se construit au fur et à mesure.

J : C’est dur à définir car nous avons pris plein de petites influences à droite et à gauche. Il y a des sons de guitare qui font un peu le lien sur tout le disque, beaucoup de samples et je pense que le lien est aussi ma voix et ce que je raconte. Cette fois ci, il y aura des choses beaucoup plus personnelles au niveau des textes. Cet album est vu de l’intérieur.

Retour dans les bacs imminent pour Superbus ! Le groupe a répondu à nos questions !

Vous innovez toujours ; est-ce un moyen de ne jamais tourner en rond et de toujours regarder vers l’avenir ?

J : C’est vraiment le but. Essayer de ne pas s’ennuyer, c’est donc trouver en permanence des nouvelles idées, des nouveaux sons et des nouvelles manières de faire mais aussi savoir faire des pauses pour retrouver un peu d’entrain.

P : Aller piocher dans des styles différents, c’est aussi un peu la marque de fabrique du groupe depuis notre premier album. Nous ne sommes pas comme AC/DC où l’on en voudrait au groupe de faire autre chose que du AC/DC ; non pas que je nous compare à ce groupe qui est génial, c’est juste à titre d’exemple !

Il y a une forte influence Américaine dans votre musique. Vous êtes un peu nos No Doubt Français. Un album en Anglais pour le marché international serait-il envisageable ?

J : On y a pensé plein de fois mais on s’est toujours dit que cela gardait un côté original de rester ce qu’on est et un groupe Français. C’est vrai qu’il y a beaucoup de refrains en Anglais et plus particulièrement sur notre prochain album mais j’ai besoin que l’on comprenne ce que je raconte et l’Anglais n’est pas ma langue maternelle donc c’est forcément plus compliqué. J’ai un vrai besoin d’écrire des mots en Français même si les mélodies deviennent plus évidentes en Anglais.

P : L’analogie avec No Doubt était évidente sur notre premier album mais nous avons trouvé une identité qui nous est propre surtout depuis notre troisième album.

J : Beaucoup d’influences se sont rajoutées depuis mais c’est vrai que No Doubt ou Garbage sont des groupes avec des leaders féminins qui m’ont inspiré et donné envie de faire de la musique.

Retour dans les bacs imminent pour Superbus ! Le groupe a répondu à nos questions !

Quel album de votre discographie vous ressemblerait le plus ?

J : Je pense que c’est Wow mais en même temps, ce sont des périodes de vie et cela nous ressemble à une période donnée. Aujourd’hui, je te dirais que c’est le dernier album, forcément (rires).

M : Je suis très Aéromusical, je suis Wow mais très Sunset aussi.

F : Je répondrais sensiblement la même chose mais j’aurais une petite tendance à dire Sunset car on s’est bien amusés à le faire.

J : Wow a été un vrai tournant dans notre carrière car nous sommes passés du groupe un peu spé dans les magazines de rock à un groupe passant à la télé et remplissant des grandes salles. Du coup, cet album nous a marqué.

P : A partir de Wow, on a chopé le truc de savoir ce qu’est un refrain à la Superbus.

Vos titres reflètent bien la jeunesse actuelle ; je pense notamment à A La Chaine. Comment expliqueriez-vous que vous soyez toujours aussi proches de la « culture ado » ?

J : Parce que nous sommes des ados, j’ai l’impression qu’on ne grandit jamais et c’est un peu bizarre quand même.

P : C’est aussi par rapport au domaine dans lequel nous évoluons ; forcément cela ne pousse pas à avoir envie de grandir.

J : On dit bien qu’on va jouer ensemble.

Retour dans les bacs imminent pour Superbus ! Le groupe a répondu à nos questions !

Selon vous, que véhicule l’esprit Superbus ?

J : C’est vachement dur de répondre à cette question mais j’espère et j’imagine que c’est quelque chose de positif et d’ambigu. Je vois cela comme une sorte de journal intime qui danse (rires).

Il y a une définition de votre nom de groupe dans votre album Aéromusical mais comment a-t-il été trouvé ?

J : Dans un dictionnaire de Latin que j’avais chez moi car j’en avais fait à l’école et il ne m’a servi qu’à cela en fait.

(Le groupe part dans une série de blagues sur le fait que Jenn n’est pas papesse et qu’elle n’harangue dans les foules sur la Place St-Pierre, prouvant qu’ils sont restés très proches des jeunes jusque dans la blague).

Retour dans les bacs imminent pour Superbus ! Le groupe a répondu à nos questions !

Vos textes sont bien plus profonds que l’on pourrait imaginer du fait de la musique pop rock entrainante. Y-a-t-il souvent une seconde relecture à avoir ?

J : Souvent et puis c’est aussi ma façon d’écrire, je n’aime pas que les choses soient dites de manière complètement directe, j’aime bien que l’on se pose des questions et que l'on se demande si ça veut vraiment dire cela. Il y a vraiment ce côté seconde lecture ambiguë où chacun peut y voir ce qu’il veut y voir.

Comment voyez-vous votre évolution en 14 ans de carrière discographique ?

P : Je pense que nous sommes les premiers étonnés que cela ait duré aussi longtemps et même temps, cela nous a paru passer en un clin d’œil. On a l’impression que nous en sommes à nos débuts mais nous portons quand même le poids de notre expérience. On a un rapport très schizophrénique à ce que nous sommes en train de faire. On a l’impression d’être des jeunes débutants avec beaucoup expérience.

Retour dans les bacs imminent pour Superbus ! Le groupe a répondu à nos questions !

Jenn, vas-tu interpréter quelques titres de ton album +001 durant la prochaine tournée ?

J : Non, je ne pense pas car c’est un truc à part et c’était voulu.

P : Déjà, nous ne voudrons pas.

M : On doit déjà choisir des morceaux dans nos six albums, on ne va pas s’en rajouter un septième !

J : (rires), cet album était un vrai parti pris, je voulais qu’il soit différent de ce que l’on pouvait faire, c’était un vrai exercice de style pour moi d’écrire des chansons qui n’avaient rien à voir avec ce que nous avions pu faire avant et changer ma voix, faire en sorte que je parle plus que je ne chante.

P : A l’instar de David Bowie, elle a tué son Ziggy Stardust, elle n’a plus la natte (rires).

Retour dans les bacs imminent pour Superbus ! Le groupe a répondu à nos questions !

Vous avez participé à l’album Ça C’est Vraiment Nous. Que représente Téléphone pour vous et pourquoi avoir fait un cover d’Un Autre Monde en particulier ?

J : On nous a proposé de faire ce projet et nous n’avions jamais fait cela auparavant.

P : C’est le premier tribute à un groupe de rock Français iconique et ils ne sont pas nombreux. C’était très bien de le faire. Il y avait plein de gens cools avec nous sur ce disque comme Mademoiselle K, Gaëtan Roussel, Skip The Use, Raphaël, Tété… On a voulu leur proposer de faire Antisocial, ils n’ont jamais voulu et nous on n’a toujours pas compris pourquoi (rires).

Quel serait votre rêve le plus fou qui n’aurait pas encore été réalisé ?

P : Que l’humanité s’aime pour de vrai mais c’est un rêve fou qui n’arrivera jamais car il y en aura toujours un pour aller faire chier l’autre. Pour se faire, il faudra déjà que les gens s’aiment eux-mêmes.

J : Faire un Stade De France dans quelques années.

F : Voir de mon vivant la découverte d’une autre planète, je serais curieux de voir comment on ferait.

M : Comme Jenn, je verrais le côté scénique, je dirais Bercy.

Retour dans les bacs imminent pour Superbus ! Le groupe a répondu à nos questions !

Que diriez-vous aux fans impatients d’écouter votre nouvel album ?

M : Ça arrive !

P : Si ça ne tenait qu’à nous, on vous le ferait écouter immédiatement mais nous avons les mains liées.

J : (Rires), on est impatients mais on a aussi beaucoup d’appréhension.

Commenter cet article