Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’artiste Isa Somparé se prête avec plaisir au jeu de l’interview !

Publié le par Steph Musicnation

L’artiste Isa Somparé se prête avec plaisir au jeu de l’interview !

Isa Somparé à la voix chaude et un grand sourire, Isa Somparé est une artiste que je qualifierais de libre et de libérée, Isa Somparé est un talent qui se révèle et qui sortira un premier EP à la rentrée intitulé Rouge à Rêve.

L’artiste à répondu à nos questions lors d’un entretien complice.

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Isa Somparé, je suis auteur, compositeur, interprète et je suis bassiste.

Rouge à Rêve est mon projet d’EP qui sortira à la rentrée, il est composé de 6 titres originaux et d’un remix Dub.

Je suis née dans une famille de musiciens et j’ai commencée moi-même la musique à 6 ans en apprenant le piano au conservatoire ; et vers l’âge de 14-15, j’ai eu envie d’expérimenter autre chose, j’ai découvert le théâtre et j’ai mis un peu la musique de côté.

J’ai évoluée dans le milieu théâtral en tant que comédienne lorsque je suis montée à Paris et je suis revenue à mon premier amour la musique quand la troupe a splitté.

Je me suis remise à composer, d’abord pour le plaisir avec des copains, j’ai appris la MAO, j’ai commencé à arranger mes propres morceaux.

Pendant une dizaine d’années, j’ai travaillé dans mon home studio, j’ai expérimenté afin de trouver mon style tout en me produisant en parallèle dans des groupes de jazz ou de rock ; ces deux univers me plaisent, j’aime le côté feutré du jazz et l’énergie qu’apporte le rock tout comme la communication que ce style véhicule avec le public.

Me voici fin prête à vous présenter mon travail !

Ton 1er EP s’appelle Rouge à Rêve ; peux-tu nous expliquer le choix du titre ?

C’est une très bonne question !

Rouge à Rêve est le titre d’une des chansons présentes sur l’EP, un titre que j’ai écris il y a une dizaine d’années et qui est né en une quinzaine de minutes.

Je dois vous avouer que c’est comme si quelque chose m’avait traversée et j’ai tout jeté instantanément sur le papier comme si j’étais un filtre.

C’est un titre assez sombre qui est très demandé en concert.

C’est une chanson particulière pour laquelle j’ai une grande affection et j’ai choisi d’appeler l’EP comme ce titre car c’est un peu ma marque de fabrique.

Quels sont les thèmes de tes chansons ?

Je dirais que plus que l’amour, c’est l’intimité de l’être humain, nos sentiments, nos sensations, nos émotions, les pulsions humaines, le bon comme le mauvais, tout ce qui est universel qui peuplent mes chansons.

On a voulu trouver une cohérence sur l’EP mais j’ai aussi des chansons plus electro ou des titres sur l’écologie par exemple.

L’artiste Isa Somparé se prête avec plaisir au jeu de l’interview !

Tu as des influences diverses, jazz, french touch mais aussi la black music, comment définirais-tu ton style ?

Le slogan qui tue : c’est du smooth qui groove ( rires ), mais plus sérieusement je dirais de la chanson Française groove.

Chanson Française car mes titres sont écrits en Français et groove car ma musique est influencée par le jazz dans les accords et avec des arrangements punchy.

J’ai la chance de travailler notamment avec un batteur talentueux Julien Audigier qui a travaillé entres autres avec De Palmas.

Je dirais que j’aime aussi la délicatesse de la french touch, je pense immédiatement à des artistes comme Yuksek, Justice, Laurent Garnier ou Alex Gopher.

Tu pose une vraie question sur ton blog à savoir Réussir dans la musique aujourd’hui…mais comment ? Quelle serait ta réponse ?

Le réponse, je ne l’ai toujours pas !

Réussir qu’est ce que cela veut dire ? Vivre de sa musique ?

Mon blog est un peu provocateur comme entrée en matière, j’y raconte les différentes étapes de la création de mon projet musical, son exposition, la communication,…

C’est un cheminement vers la réussite en quelque sorte ; je ne sais pas s’il y a une recette idéale mais en tout cas je me donne à fond pour y arriver.

Peux-tu nous présenter Gildas Lefeuvre qui est une rencontre essentielle pour toi dans ton parcours musical ?

Gildas est journaliste ; à la base ; c’est quelqu’un qui a beaucoup écrit sur la musique et qui est également manager d’artistes.

Il a crée une structure pour aider les artistes qui se heurtent au fait de ne pas réussir à exposer leur musique.

Il fait du coaching pour nous apprendre à comment nous vivre en tant qu’artistes.

« J’irais au bout de mes rêves », c’est un peu ta devise ?

Oui, tout à fait, je l’ai repris de la chanson de Jean Jacques Goldman car je trouve ce titre très beau.

On dit toujours que l’on a des rêves d’enfants et qu’en grandissant on les abandonne, moi je dis que c’est se garder enfants que de conserver ses rêves et essayer de les accomplir !

L’artiste Isa Somparé se prête avec plaisir au jeu de l’interview !

Où en es-tu à l’heure d’aujourd’hui musicalement parlant ?

Je viens de sortir le clip du 1er extrait de l’Ep, une chanson qui s’intitule Comment Tu M’Vois ; Rouge à Rêve l’EP sortira début septembre.

A l’heure d’aujourd’hui, je fais pas mal de communication dessus.

La prochaine étape est-elle la scène ?

Je suis beaucoup en séances de répétition en ce moment car je commence les concerts, j’aime voir comment mes chansons vivent en live, le retour du public est toujours important !

J’ai fais le constat que c’est plus facile de chanter des reprises, pour ses propres titres, il faut les envoyer hors de soi et cette projection est plus dure ; c’est très étonnant !

J’ai donné mon tout 1er concert à Tancrou dans le 77 le 18 avril dernier, je faisais la 1ère partie du chanteur Nassim Dendane.

Le 14 juin, je jouerais au Salon Emmaüs Porte de Versailles et je serais présente le 21 juin à la fête de la musique dans le 12ème Rue de Charenton, et des choses sont à venir à la rentrée !

J’ai écouté bien sur ce que tu fais et de suite j’ai trouvé une similitude avec une autre artiste Française vocalement parlant, vois-tu de qui je parle ?

On m’a déjà comparée à Françoise Hardy, Barbara et même à Jane Birkin ( rires ) je me demande bien comment ; mais les 3 me vont car je les aime beaucoup !

Si je te dis Véronique Sanson, est-ce un compliment ?

Véronique Sanson ? Wow, c’est un sacré compliment ; merci !

Je connais son répertoire par cœur, ado, Véronique Sanson, c’était à donf dans la voiture.

Je l’ai vue récemment à l’Olympia et je vais la revoir aux Francopholies.

Jamais je ne me suis comparée à cette grande artiste mais ça me fait très plaisir que tu le fasses.

Quel serait ton mot de la fin ?

Je ne dirais pas rendez-vous au Stade De France (rires) ; je vais plutôt terminer sur un petit proverbe que j’affectionne beaucoup et qui dit « Ce n’est pas parce que c’est difficile que nous avons peur mais c’est parce que nous avons peur que c’est difficile ! »

http://isasompare.com/

https://fr-fr.facebook.com/isasomparelapage

Commenter cet article