Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvailles avec Téo Lavabo à l’occasion de la parution de son premier album !

Publié le par Steph Musicnation

(c) Joris Bazin et Jean Ranobrac

(c) Joris Bazin et Jean Ranobrac

Quels ont été les retours les plus fréquents sur ton premier EP paru en décembre dernier ?

Il y a eu deux types de retours ; d’un côté, ceux des gens qui se sont grave amusés avec ce disque, ils se sont éclatés avec mes musiques en dansant dessus sans se prendre la tête et de l’autre, ceux des gens qui ont connu comme une souffrance et qui m’ont dit que cet EP leur avait fait du bien. Je suis allé récemment à un petit festival et une nana m’a dit qu’elle sortait d’une période très difficile et que mes chansons lui avaient redonné le sourire. C’est beau de se dire qu’au-delà du bonheur et de la joie, émotionnellement, ça peut réparer quelque chose.

« Chipolatata » ton premier album est très Dance, cela vient-il de tes influences musicales ?

Oui, tout à fait ! Pour cet album, j’ai pensé à Cascada, Psy, Michaël Youn, LMFAO, Najoua Belyzel, Mika…à des groupes des années 80. Musicalement, j’écoute vraiment de tout ; ça peut aller d’Aya Nakamura à Yseult en passant par M.Pokora, La Rue Kétanou, Zazie,…C’est rare que je n’aime pas des musique même si j’avoue avoir un peu de mal avec le Rap ; je trouve que ce style n’est pas assez musical même si je comprends totalement que l’on puisse s’enjailler avec certains titres Rap. Le Hard Rock aussi, je ne suis pas fan. J’apprécie d’écouter de grands artistes tels que Jacques Brel, Édith Piaf et Georges Brassens mais je ne vais pas m’en inspirer pour mon art.

Qu’as-tu envie de véhiculer avec ce disque ?

Avec « Chipolatata », c’est la liberté d’être et de faire que j’ai envie de véhiculer. Mon objectif est de communiquer sur une liberté bienveillante. J’ai envie de dire aux gens qu’ils soient libres et heureux avec eux-mêmes, qu’ils s’amusent qu’importe le qu’en-dira-t-on à partir du moment où s’en bienveillant.

(c) Maxime Benjamin

(c) Maxime Benjamin

Tes morceaux sont souvent très sensuels voire sexuels, comment fais-tu pour contourner la censure ?

Je ne cherche pas à contourner la censure. Mes doubles sens sont explicites mais pas malveillants ; ils sont mignons et rigolos. Je me respecte et je suis en accord avec ce que je fais. On m’a déjà demandé d’aller encore plus mais ça ne m’intéressait pas. Il peut y avoir des mots crus dans mes chansons mais ils sont adoucis par d’autres mots.

De quoi parles-tu sur « Chipolatata » ?

De famille, de nostalgie positive, de vécu sur « Janine Et Roger » ; de cul qui fait rire notamment sur « Caisse Automatique », de banane sur « Dis-Moi Pourquoi », de tatouage sur « Tati Tatoo »…

Tes chansons partent-elles quasiment toujours d’expériences vécues ?

Je pense que j’écris une chanson soit à partir de vécu soit à partir d’une idée de concept de clip et pour « Chipolata », c’était le cas ; je savais que j’arriverai dans un cadeau en combinaison moulante. Pour « Janine Et Roger », j’avais envie de partager cette expérience de vie en parlant du fait de danser à deux comme avant et d’ailleurs, c’est un peu la même chose que dans « Petit Paquet » ; arrêtons de danser tout seuls. J’ai écrit ces deux chansons un peu en même temps et j’ai décidé de les diviser afin de ne pas mélanger sexualité et famille. Dans mes textes, l’envie de bouger revient pas mal et cela est dû aux confinements. « Caisse Automatique » et « Caresse Ma Salopette » sortent de nulle part ; c’est la lumière divine (rires).

(c) Maxime Benjamin

(c) Maxime Benjamin

Tu chantes « Tati Tatoo », en as-tu toi-même ? Si oui, que représentent-ils ?

Oui, j’ai une ancre de marin tatouée sur le poignet et d’ailleurs, c’est le deuxième tatouage que je cite dans ma chanson. Je critique ces gens-là mais j’en fais partie aussi. J’ai fait ce tatouage à mes 18 ans ; c’était un effet de mode. Ma copine Magdalena ; que j’embrasse ; fait du maquillage permanent et un jour, elle m’a tatoué un trèfle à quatre feuilles, le mot poulet car c’est ainsi que nous nous appelons avec mes meilleurs amis et un œil car je suis photographe. J’ai également un mini cerf-volant sur la cheville.

Tes proches ont-ils très tôt senti ton côté entertainer ?

Je pense car depuis mon plus âge jeune, j’ai toujours aimé faire des vidéos. Petit, je voulais être photographe et vidéaste. Je me souviens que l’année du BAC, j’avais installé un fond vert chez moi et j’avais fait un remake du clip de « Telephone » de Lady Gaga avec mes amies. Quand je revois ce clip, je me demande comment j’ai pu le faire tellement il était compliqué à réaliser. En fait, j’ai toujours eu ce côté devant et derrière la caméra alors que je suis quelqu’un d’assez discret dans la vie de tous les jours. En tout cas, mes parents m’ont toujours soutenu dans ce que je voulais faire.

Après avoir participé à deux éditions de La France A Un Incroyable Talent aurais-tu pu te lancer dans Les Anges ou tenter Danse Avec Les Stars ?

Le truc, c’est que je suis hyper joueur. Les Anges, le Téo réfléchi te dirait non c’est hors de question car le public de cette émission est très compliqué, le montage n’est pas bienveillant et il faut y faire le spectacle mais il n’est pas divertissant comme moi je le fais. C’est un spectacle putaclic. En ce qui concerne, Danse Avec Les Stars, pourquoi pas…car c’est une émission qui est légère où il y a de la compétition, des challenges et on les fait à deux. En plus, tu y rencontres des personnalités. Même si je ne sais pas danser, je foncerai ! C’est Fort Boyard que j’aimerais bien faire.

(c)  Gabriel Yazdi

(c) Gabriel Yazdi

Qu’est-ce tu refuserais de faire artistiquement parlant ?

Chanter une chanson que je n’ai pas écrite et qui raconterait des mièvreries ; un truc cucul la praline. Mais d’un autre côté ; pour moi, tout est tellement relié au visuel que dans l’intonation, je pourrais réussir à rendre ça intéressant en gommant tout le côté gnangnan dans quelque chose qui dénote. Sous certains aspects, tout est rattrapable…Ce qui est certain, c’est que je refuserai un projet où l’on déciderait pour moi sans que je ne puisse avoir un droit de regard dessus car je n’ai pas envie de devenir un pingouin qui chante des chansons qui ne me ressemble pas.

Que faudrait-il pour séduire Téo Lavabo ?

Pour séduire Téo Lavabo ou Téo tout court ? Sentimentalement, je ne recherche pas des qualités mais je fuis des défauts ; c’est comme cela que je procède. En amour, je joue au démineur. On m’interroge sur mes ex ; c’est une bombe ; on me demande qui m’écrit ; ça en est une autre…Je recherche quelqu’un qui n’est pas dans la jalousie. A vrai dire, je pense qu’il vaut mieux rencontrer quelqu’un en ayant conscience qu’il n’a pas certains défauts et découvrir ensuite ses qualités plutôt que rencontrer quelqu’un en connaissant ses qualités et découvrir au fil du temps ses défauts.

Quels sont tes prochains projets ?

Il y a beaucoup de choses en cours mais rien n’est figé. Maintenant que l’album est sorti, nous allons organiser une tournée de showcases. Un prochain single extrait de l’album sortira prochainement et il sera mis en images. J’aimerais beaucoup tourner un maximum de clips pour ce disque. J’ai récemment écrit une nouvelle chanson et je compte bien ne pas m’arrêter là !

https://www.facebook.com/teolavabo.music
Commenter cet article