Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvailles avec Isïa Marie à L’Idol Hôtel pour la sortie de « Dans Les Yeux » !

Publié le par Steph Musicnation

(c) Paul Clichy

(c) Paul Clichy

Comment vois-tu ton évolution artistique depuis la parution de ton premier EP éponyme au printemps 2019 ?

Les choses ont beaucoup évolué…Je me suis séparée du contrat d’artiste avec lequel j’étais signée, je me suis mise à travailler toute seule et je me suis rendue compte que je savais faire beaucoup de choses par moi-même au niveau de la production. Il fallait juste que je prenne confiance en moi et le premier confinement a appuyé cela ; pendant les trois mois où j’étais enfermée, je n’ai cessé de créer et fait quasiment un album. Tout ceci a été positif. En ce qui concerne mon évolution musicale, je dirais que les choses ont pris une tournure un peu plus urbaine au début même si mon nouveau single est très Pop et même French Touch sur les bords mais pour le coup, je l’ai fait arranger par la Team Creativ qui est basée à Lyon.

Cette année, tu as publié trois titres et on a l’impression quand on les écoute que tu te diriges vers une Pop encore plus engagée, est-ce aussi ton ressenti ?

Évidemment, il y a beaucoup plus d’engagement mais c’est aussi la vie qui fait cela. Lors d’une interview Konbini, j’ai relevé avoir été en couple durant cinq ans avec quelqu’un de violent et le moment où je suis sortie de cette relation toxique correspond à celui où j’ai rendue mon contrat d’artiste. A cette époque, je me suis pris une sorte de raz-de-marée dans la figure mais cela m’a permis de faire le point sur ma vie. J’ai pris le parti d’être sincère dans ma musique, de parler de vraies choses qui viennent des tripes et de cela est née la chanson « C’Est Pas Toi C’Est Moi ». Mon manager actuel qui est également mon compagnon m’a donné la force d’en parler ouvertement.

On pourrait dire que tu fais le grand écart entre « C’Est Pas Toi C’Est Moi » et « Dans Les Yeux » ton nouveau single mais finalement, est-il aussi léger que sa mélodie le laisserait penser ?

Oui, c’est un grand écart ! En France, on aime bien mettre dans des cases alors que l’on peut faire plein de choses à la fois. Ce qui compte au-delà du style musical, c’est le propos, l’engagement que tu as et le personnage que tu développes. Il y a un petit côté Stromae dans ce titre car la musique est hyper dansante mais le texte est hyper Dark et c’est quelque chose que j’aime beaucoup ; c’est un challenge que j’ai toujours eu envie de relever. Sur ce nouveau single, nous avons voulu continuer dans la liberté des femmes mais de manière beaucoup plus légère. Dans ce texte, il y a beaucoup de second degré.

(c) Paul Clichy

(c) Paul Clichy

Comment est né ce titre ?

J’ai co-écrit ce titre avec Ozarm. Nous voulions parler d’une fille qui a vécu des choses et qui veut reprendre le contrôle de son corps. J’étais tombée sur l’interview d’une femme qui disait qu’après avoir été violée quand elle était jeune s’était prostituée. J’ai trouvé cela dingue car elle arrivait à être féministe tout en se prostituant et j’ai découvert une seconde interview qui allait aussi dans ce sens. Je me suis dit que dans cette chanson, nous allions redonner le pouvoir à une femme qui fait ce qu’elle veut avec son corps.

Peux-tu nous parler de la mise en images de « Dans Les Yeux » ?

Les deux réalisateurs ; Paul Clichy et Lex ; et moi-même avons pris le parti de mettre en images cette chanson en mettant en lumière plus spécifiquement le mouvement No Bra qui est le fait de ne pas porter de soutien-gorge. A La rentrée scolaire, il y a eu un débat qui m’a particulièrement agacé ; les CPE disaient aux filles comment elles devaient s’habiller, il ne fallait pas qu’elles mettent de débardeurs car sinon on voyait les bretelles de leur soutien-gorge et tout ceci pour ne pas déconcentrer les garçons…Le problème est dans l’autre sens ; il faudrait peut-être apprendre aux garçons à se concentrer, à ne pas regarder et surtout à ne pas juger. Je me suis dit que nous allions faire un clip où l’on ne verrait que des boobs sans soutien-gorge. Dans cette vidéo, nous avons pris plein de profils différents, tous les bonnets, toutes les corpulences, toutes les couleurs de peau afin de montrer que chaque femme est belle. Je me suis rendue compte lors du dérushage du clip que nous étions tous ; même moi ; obnubilés par tous ces seins magnifiques mais à force de monter le clip, ça a un peu démystifié la chose. A la fin, notre regard était beaucoup plus « lambda ». Par ailleurs, j’ajouterais que quand on voit des tétons quand il fait froid, c’est le corps humain, ça ne veut pas dire que la fille a forcément envie d’être excitante.

Quels messages aimerais-tu faire passer aux hommes avec « Dans Les Yeux » ?

Qu’ils arrêtent de juger les femmes parce qu’elles sont sexy. Ça me fait bien marrer ce que l’on dit sur leurs femmes qui twerkent dans les clips de Rap, pourquoi ça ne serait pas respectueux, la femme fait ce qu’elle veut. Ce que je ne trouve pas respectueux, c’est la façon dont les mecs parlent des femmes dans les clips. D’autre part, je me mets à la place d’un gars qui voit passer une nana devant lui, on a tous le droit de trouver ça beau mais ce n’est pas une raison pour être relou, ce n’est pas pour cela qu’il faut l’aborder, la siffler, exiger une réponse. Sois pudique, sois discret, prends en plein les yeux mais ne sois pas un gros lourd. Si elle n’a pas envie, laisses la tranquille. Comme toutes les nanas, ça m’est arrivé à moi aussi et j’ai été insultée parce que je ne répondais pas. C’est devenu normal…mais moi, j’aimerais bien inverser la balance, qu’une fille puisse s’habiller comme elle veut et que ça ne pose pas de problème dans la rue. Quand je suis allée en discothèque à Berlin, j’ai vu des filles seins nus et personne ne venait les emmerder alors que l’on ne pourrait pas voir ça à Paris. Pour la première fois de ma vie, je me suis sentie en sécurité dans un club.

(c) Paul Clichy

(c) Paul Clichy

Dans ton précédent titre, tu abordais les violences conjugales, as-tu été contactée par des femmes ayant été victimes de ces maltraitances ?

Oui et même si j’ai tendance à tout partager sur mes réseaux sociaux, je n’ai publié que quelques messages que je trouvais particulièrement beaux et en demandant l’autorisation tout en cachant le nom de la personne. J’ai reçu plein de messages de femmes qui se sont reconnues et qui m’ont remerciée et ça m’a fait du bien car j’ai reçu également quelques messages de haine de la part d’hommes…

D’après toi, que faudrait-il retenir de « C’Est Pas Toi C’Est Moi » ?

Que même quand on s’est embourbé dans une relation toxique et que cela a fait des dégâts, il est toujours temps de s’en aller et de se reconstruire. C’est peut-être cliché mais j’aurais tendance à dire que ce qui ne nous tue pas, nous rend plus forts. Si je prends mon exemple personnel, j’ai vécu des choses assez traumatisantes mais j’ai réussi à m’en servir pour faire une belle chanson et j’essaie de garder le positif.

Ton second EP est-il prêt ?

Oui, il est prêt ! Un EP sortira en 2021 au mieux d’ici le printemps….

(c) Paul Clichy

(c) Paul Clichy

On note aisément que la femme est importante dans ta musique, quel regard as-tu sur sa place dans notre société de nos jours ?

Wow, c’est une question complexe…Il y a encore du chemin à parcourir d’un point de vue professionnel, au niveau des violences conjugales,…Je pense que si j’ai autant de mal à répondre, c’est parce qu’en tant qu’artiste, sa place dans la société est déjà super difficile à trouver, surtout en ce moment avec l’inexistence des concerts.

Quels sont tes prochains projets ?

Avec Paul et Lex, nous avons déjà écrit des courts-métrages pour illustrer chacune des chansons de l’EP  car nous aimerions bien présenter toute une fiction autour de ce disque. Par ailleurs, je pense que j’ai déjà deux ou trois albums d’avance….

Retrouvailles avec Isïa Marie à L’Idol Hôtel pour la sortie de « Dans Les Yeux » !
https://www.facebook.com/Isiamarieofficiel/

Commenter cet article