Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Téo M à l’Idol Hôtel à l’occasion de la parution de son premier titre !

Publié le par Steph Musicnation

(c) Felix Farny

(c) Felix Farny

Comment te présenterais-tu à nos lecteurs ?

Je m’appelle Tom, mon nom de scène Téo M est un jeu de mot avec les trois lettres de mon prénom, j’ai 27 ans, je suis parisien depuis toujours ; enfant du 19ème ; et je suis auteur, compositeur et interprète. Je fais de la Pop Française et je collabore en studio avec Hadrien et Gabriel de MAB.

Qu’as-tu fait musicalement parlant avant de te présenter au grand public avec « Rêves Noyés » ?

Après le BAC, j’ai pris assez vite l’autoroute de la vie. Jusqu’en juin dernier, je travaillais dans une agence de communication mais j’ai toujours fait de la musique à côté. J’ai fait partie d’un groupe de Rock avec des copains du lycée ; nous nous sommes produits notamment au Gibus à l’époque mais nous chantions en anglais et ça ne m’allait pas du tout. Après notre séparation, pendant mes études, j’ai vraiment commencé à écrire et à composer en solo autour du thème de la raison d’être. La musique se rappelait souvent à moi jusqu’au moment où je n’ai plus supporter de ne pas en faire à 100% et je dirais que la rencontre avec MAB a été méga déterminante là-dedans car je ne sais pas produire des morceaux en studio et ce sont donc eux qui ont donné vie à mes titres.

Comment décrirais-tu ton univers ?

Cynique, mélodieux et sincère.

(c) Lucas Riot

(c) Lucas Riot

Où te situerais-tu d’un point de vue musical ?

Pour moi, je suis vraiment à la frontière entre la Pop et la variété et d’ailleurs, nous nous amusons à jouer là-dessus avec les MAB en studio. Je pense que ma musique pourrait se situer entre ce que chantent Vincent Delerm ou Benjamin Biolay et ce que fait quelqu’un de beaucoup plus Pop comme Vianney. En ce qui concerne l’EP à venir dans sa totalité, je dirais que je suis entre Boulevard Des Airs et Noé Preszow. Mes textes sont ultra poussés et sincères et les mélodies qui les habillent sont plus dansantes et légères.

De quoi parles-tu dans « Rêves Noyés » ?

Dans cette chanson, je parle du fait que lorsque l’on est malheureux, l’alcool aide à se sentir un peu surpuissant, à penser que l’on va manger le monde, que l’on peut tout accomplir mais qu’en fait, le lendemain matin ; souvent un dimanche ; on se réveille avec une gueule de bois monumentale et on se rend compte que l’on a procrastiné une soirée de plus alors que l’on aurait pu la passer à agir pour que les choses se passent réellement. Sur l’instant, l’alcool rend les rêves possibles mais ça les noie sur le long terme.

Quels seraient tes propres rêves noyés et ceux que tu as en tête à réaliser ?

Mes deux rêves ont toujours été de toucher les gens grâce à ma musique ; les inspirer avec les messages que j’essaie de transmettre ; et de faire un tour du monde. Je dirais que je n’ai pas de rêves noyés car ils l’ont été jusqu’il y a six mois et j’ai décidé de leur faire sortir la tête de l’eau.

(c) Lucas Riot

(c) Lucas Riot

Peux-tu nous parler du clip qui illustre « Rêves Noyés » ?

Nous avons tourné ce clip en Grèce sur l’île de Ios ; c’est une mini référence à cette chanson dans laquelle je parle de trente îles Grecques quand le mec divague complètement. Mon frère Félix qui a réalisé ce clip et moi sommes beaucoup allés sur cette île, c’est notre petit paradis estival ; nos parents se sont d’ailleurs rencontrés en Grèce. Félix m’a dit que cette chanson l’inspirait et il m’a proposé de la mettre en images de façon hyper simple alors qu’à la base, j’étais parti sur des choses très premier degré mais ce n’était pas du tout la bonne idée. Félix a voulu laisser un max de place à l’interprétation. Nous avons tourné ce clip en toute simplicité en plan séquence. C’était quasiment de l’impro totale et c’était génial. J’ai la chance d’avoir un frère réalisateur qui comprend complètement où je veux aller artistiquement parlant. C’est un vrai accomplissement de pouvoir faire cela avec lui.

« Rêves Noyés » synthétise-t-il la suite à venir ?

Non même s’il y a une cohérence. Les chansons à venir vont parler de la raison d’être contre le pragmatisme, des rêves contre la réalité ; ce sont des choses autobiographiques que j’ai écrites lorsque je traversais des moments difficiles. Mes textes sont écrits avec le cœur et sans trop d’artifices. Au niveau musical, il n’y aura pas forcément de piano dans mes prochains titres ; nous serons plus sur des choses à la BDA avec des guitares un rythmiques, des kicks, des choses beaucoup plus dansantes sur les refrains et sur des formats un peu plus radio parfois tout en gardant également des chansons beaucoup plus intimistes.

Tu as notamment œuvré avec les frérots de MAB, comment vous êtes-vous rencontrés et qu’apprécies-tu chez eux ?

Je connais Hadrien depuis le lycée ; j’étais une classe au-dessus de lui ; et j’ai rencontré Gabriel pour la première fois au Gibus quand mon groupe se produisait contre le leur à l’applaudimètre, je me souviens que c’était eux qui étaient passés car ils déchiraient tout. Par la suite, mon frère a beaucoup bossé avec eux, il a fait leurs clips et il a même fait partie de leur groupe à un moment donné. L’année dernière, nous avons refait une soirée tous ensemble et de fil en aiguille, nous nous sommes revus avec Hadrien et Gabriel. Je leur envoyé une maquette, ils m’ont invité en studio, nous avons commencé à travailler ensemble et il n’y a pas de raison que cela change maintenant. Pour moi, ce sont vraiment eux qui donnent vie au projet et c’est d’ailleurs eux qui ont été chercher un côté plus moderne dans ma Pop qui était à l’origine très classique. Ils sont méga talentueux.

(c) Lucas Riot

(c) Lucas Riot

Qui retrouve-t-on dans tes références musicales ?

Jean-Jacques Goldman, Saez, Vianney, Boulevard Des Airs…J’ai vraiment grandi avec du gros Rock 60’s, 70’s, 80’s ; j’ai beaucoup écouté notamment The Clash, Radiohead, Pink Floyd, Oasis et The Libertines mais ça ne se retrouve pas du tout dans ma musique aujourd’hui. J’admire la chanson à texte et j’aime les lignes mélodiques simples.

Quels sont tes prochains projets ?

La situation actuelle met un peu d’incertitude mais ce qui est certain, c’est que j’aimerais sortir un second single soit un peu avant l’EP soit au moment de sa parution que j’envisage d’ici le printemps 2021 ; le temps de bien m’entourer et de bien travailler la promo. S’il est maintenu, un concert est prévu à la Péniche Antipode le 04 février. Je compte développer un format court un peu redondant sur les réseaux sociaux afin de présenter des reprises et des compositions.

Rencontre avec Téo M à l’Idol Hôtel à l’occasion de la parution de son premier titre !
https://www.facebook.com/TEOMofficiel

Commenter cet article