Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvailles avec Napkey à l’occasion de la sortie de « Nectar » leur premier EP !

Publié le par Steph Musicnation

Retrouvailles avec Napkey à l’occasion de la sortie de « Nectar » leur premier EP !

Après deux albums, vous revenez sur le devant de la scène avec un EP, pourquoi avez-vous fait le choix de ce format ?
Benjamin : Nous voulions miser plus sur chaque morceau pour éviter de se perdre dans un autre album. Après nos deux albums, nous voulions délivrer un message « plus court » mais plus dense.
Pourquoi l’avoir baptisé « Nectar » ?
: C’est Justine qui a trouvé le nom de ce disque. « Nectar » car c'est un format concentré de morceaux sur lesquels on s'est investi personnellement mais aussi avec une équipe plus élargie de musiciens.
Justine : J'ai surtout pensé au côté symbolique de la plante, du retour à la Terre, car nous avons déjà pas mal exploré les étoiles.
B : Il y a un côté atterrissage dans la nature.
Cet EP est-il une suite musicale à « Solstice » ou vos envies ont-elles été autres ?
B : Ces derniers temps, nous avons beaucoup parlé d’espace, de planètes et de technologie et là, nous avons eu besoin de nous recentrer sur l’humain pur et cela se ressent au niveau musical, avec la suppression du vocoder et l'ajout d'instruments analogiques et acoustiques comme le piano et la guitare.
: Forcément, nos envies changent, de la même façon qu’il y a eu une évolution entre « 42 » et « Solstice ». Plus ça va et plus nous zoomons sur ce que nous voulons vraiment faire.
B : Nous sommes partis de très très grand ; de l’univers ; et nous recentrons au fur et à mesure sur la Terre et sur l’individu, homme ou femme en tant que personne individuelle. Ça se ressent dans la manière de faire nos morceaux mais également dans le clip de « Land ».

Retrouvailles avec Napkey à l’occasion de la sortie de « Nectar » leur premier EP !

Quels sont les thèmes de ce nouveau pas discographique ?
B : Nous abordons les émotions intérieures sur cet EP. « Where Do You Go ? » parle de la difficulté d’être en couple dans un ménage très fusionnel. « Land » aborde le passage à l’âge adulte. « Blizzard » traite de la rupture. « Sicilian Automata » aborde quant à elle la crise identitaire, et « These Blue Eyes » l'amour impossible.
J : J’ai le sentiment qu’il y a un « héros » dans chaque chanson alors que sur notre précédent disque, SOL était le personnage principal.
Comment décririez-vous ce nouveau monde dont vous parlez dans « Land » qui ouvre « Nectar » ?
J : C’est Wonderland, le monde des enfants perdus.
: Nous n’avons pas vraiment voulu représenter un monde mais plutôt une situation et le clip de « Land » explique bien le morceau.
Justement, pouvez-vous nous en dire plus sur cette vidéo ?
B : C’est notre premier vrai gros clip en live action avec de vrais acteurs et c’est notre première vidéo sans science-fiction brute. Ce clip a été réalisé par Aurélien Grellier-Beker et c’est Eugène Marcuse qui tient le rôle principal. C’est un clip assez dur pour lequel plusieurs lectures sont possibles. Ma propre lecture serait que la cruauté de la réalité est implacable quand on passe à l’âge adulte. Pour ma part, à 14/15 ans, j’ai eu une sorte d’épiphanie, je me suis dit que le monde pouvait vraiment être dégueulasse et je n’y étais pas préparé. C’est un peu ce que nous essayons de dire dans « Land ». La photo de la pochette de l’EP est tirée de ce clip.

Retrouvailles avec Napkey à l’occasion de la sortie de « Nectar » leur premier EP !

« Silician Automata » apparaît sous trois formes différentes dans « Nectar », est-ce que ce titre est la « pièce maîtresse » de ce disque ?
: C’est celui qui a lancé toute la machine.
B : C’est effectivement le premier titre que nous avons composé pour cet EP. « Silician Automata » représente très fortement ce que nous voulons faire de manière générale. Nous l’avons pensé comme une musique de film et c’est ce vers quoi nous nous dirigeons car nous travaillons beaucoup en publicité et dans le cinéma en ce moment. Ce morceau est une déclaration d’amour à tout ce que nous voulons faire dans la vie.  
J : C’est un morceau de transition. Nous nous sommes dit que nous allions arrêter de suivre une direction artistique claire et nette comme avant et que nous allions nous lâcher et finalement, ce titre parle quand même de robot !
B : Personnellement, « Silician Automata » est mon morceau préféré parmi tous ceux que j’ai pu faire et comme le dit Justine, c’est effectivement un morceau de transition car nous ne traitons plus le robot comme tel mais comme un robot un peu loufoque qui essaie de se faire passer pour un humain. A l’origine, j’avais en tête le robot C-3PO de Star Wars qui se prend pour une dame Italienne des années 70, avec un petit foulard, qui conduit sa décapotable sur la Riviera et tente d’aller boire un café comme les Italiens. Forcément, ça coulerait partout car c’est un robot et ça le rendrait un peu triste. Il n’aurait pas envie de faire juste partie de l’humanité mais de la culture spécifique de certains humains comme nous pouvons avoir la culture Italienne des années 70 avec Ennio Morricone, Nino Rota… Quand on l’écoute dans l’EP, c’est un morceau assez à part, il est très différent, c’est comme s’il avait été fait il y a 50 ans.
Pouvez-vous nous en dire plus sur les deux remixes présents sur « Nectar » ?
J : « Silician Automata » a été remixé par Kumisolo qui fait une Pop hyper fraîche à la Japonaise qui nous plaît bien. Je la connaissais de nom mais pas de vue, nous l’avons contactée via notre éditeur et nous lui avons laissé carte blanche sur le remix. En revanche, nous lui avons demandé de chanter un peu en Japonais pour marquer encore plus sa patte. En ce qui concerne le remix de « Where Do You Go ? », il a été réalisé par Yuma Guma qui avait fait notre première partie aux Étoiles en 2019. Nous avons fait plusieurs concerts ensemble et nous nous entendons bien musicalement. Ils ont vraiment fait un super remix dans leur veine.
B : Nous avons des univers totalement différents avec Yuma Guma. Nous avons participé à un festival en Grèce avec eux ; quand ils sont sur scène, c’est forcément tard et c’est la teuf alors que nous, nous ne pourrions pas jouer un set à 1h30. Leur remix n’a vraiment rien à voir avec notre morceau et j’aime beaucoup ce qu’ils ont fait.

Retrouvailles avec Napkey à l’occasion de la sortie de « Nectar » leur premier EP !

Avez-vous trouvé des solutions alternatives pour présenter « Nectar » en live ?
B : Oui et non car nous avions pensé à une nouvelle scénographie, à quelque chose d’assez grand et d’assez bourrin par rapport à ce que nous sommes mais par rapport au Covid et au fait que nous avons énormément de boulot en studio actuellement, ce n’était réalisable. Même si nous sommes plus des musiciens de studio que de scène, nous avons une volonté forte de proposer un live intéressant, et cela demande beaucoup d'investissement à notre échelle.
Comment avez-vous vécu le premier confinement, avez-vous été productifs durant cette période ?
: Nous avons a priori deux nouveaux EPs qui arriveront en 2021…
J : …et nous produisons d’autres artistes maintenant. L’EP de Kaituhi est déjà sorti et ceux de Renard de Nuit et de Balm arriveront en décembre.
B : Au final, ce premier confinement a été productif, nous avons bien bossé nos morceaux et nous en avons crée un pour Bon Entendeur qui sortira dans quelques jours et qui sera sur leur playlist hivernale.
J : Ça nous a permis également de replonger dans d’anciens morceaux et de les mettre en avant sur les réseaux.
Pour reprendre le titre de l’une de vos chansons, où aimeriez-vous aller instantanément ?
Ensemble : Au Japon !
J : Ou en Corée du Sud ; en Asie en tout cas et plus précisément dans la campagne.
: Dans la campagne de la Corée du Sud ou du Japon en vélo.

https://fr-fr.facebook.com/napkey/

Commenter cet article