Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Tiphanie Doucet à l’occasion de la sortie imminente de son nouvel EP !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Tiphanie Doucet à l’occasion de la sortie imminente de son nouvel EP !

Comment te présenterais-tu à nos lecteurs ?

Je suis auteure, compositrice et interprète. Je joue principalement de la guitare mais également du piano et de la harpe. Je suis Française, née en banlieue parisienne mais je suis partie vivre aux États-Unis durant neuf ans. Je suis revenue récemment en France et c’est pour cela que je dirais que je suis un peu au milieu des deux continents. Je ne suis pas uniquement chanteuse car je suis aussi comédienne, danseuse, peintre et photographe. Je suis une artiste entière et c’est pour cela que j’essaie de tout incorporer dans des différents projets.

Tu as commencé ta carrière dans l’acting…As-tu hésité entre plusieurs arts avant de te focaliser sur la musique ?

Je pense qu’il n’y a pas eu d’hésitation car tout s’est fait naturellement. J’ai remarqué que je suis quelqu’un qui aime évoluer et grandir artistiquement parlant et je crois que je ne me suis pas dirigée vers certaines choses quand j’étais plus jeune car je n’avais peut-être pas assez confiance en moi. Il faut savoir que j’ai commencé par la musique et la danse et que la comédie est arrivée plus tard car je voulais réaliser des films, j’ai envoyé mes photos à une agence et finalement, je me suis retrouvée devant la caméra. Au début, je pensais que le fait de jouer était naturel mais lorsque je suis allée aux États-Unis pour la musique et que j’ai suivi des cours de comédie en parallèle, je me suis rendue compte que tout peut se travailler. En ce qui concerne la musique, je pense que c’est arrivé au bon moment ; ça faisait longtemps que j’avais envie d’en faire mais jusqu’alors, je ne travaillais que dans mon coin et j’ajouterais que je n’ai pas toujours chanté comme cela, tout est une question de travail. Chaque chose en son temps !

Était-ce une évidence pour toi de t’exprimer majoritairement en anglais ?

Oui car cette langue fait partie de mon éducation car ma mère a grandi en Angleterre et elle a toujours parlé anglais à la maison. Je me suis toujours sentie beaucoup plus à l’aise en anglais et cela s’est vérifié quand je suis allée faire mon école aux États-Unis. Je ne saurais expliquer pourquoi. En tout cas, ce sont les Américains qui m’ont fait réapprécier la langue Française ; curieusement. Je pense que mes images et mon vocabulaire sont plus riches en français mais je ne les ai pas encore exploités complètement; je continue à écrire en anglais car je trouve que c’est une langue fluide. J’ai encore le réflexe d’écrire en français comme je le fais en anglais mais tout est une question de sons. Au long terme, j’ai vraiment la volonté de m’exprimer dans les deux langues et c’est pour cela que dans mon nouvel EP, certaines chansons mélangent les deux.

Rencontre avec Tiphanie Doucet à l’occasion de la sortie imminente de son nouvel EP !

Vois-tu « You And I » comme une continuité de ton album « Under My Sun » paru il y a deux ans ?

Plutôt qu’une continuité, j’ai envie de dire que c’est une évolution naturelle. Même par rapport à aujourd’hui, je dirais que « You And I » est une marche vers autre chose car j’ai déjà commencé à écrire d’autres chansons et à travailler sur d’autres sons. « You And I » est une chanson qui avait été mise de côté mais elle a enfin trouvé sa place. J’ai beaucoup joué ce titre en live, il y a eu différentes versions de « You And I » et la plupart des gens me disent que c’est celle-ci qui est la meilleure.

De quoi parles-tu dans cette nouvelle chanson ?

De tout ce qui se rapporte à la passion et qui peut durer un soir ou plus, des choses que l’on garde secrètes mais dont on rêve, de ce moment où l’on a juste envie d’être avec l’autre. A la base, j’ai écrit cette chanson après une rupture mais elle a évolué vers différents angles.

Quelles ont été tes envies visuelles pour le clip de « You And I » que tu as réalisé toi-même ?

J’avais des images en tête, je voulais du mouvement, des grands espaces et de l’eau. Je voulais de l’abstrait et des choses qui flottent. En voyant une vidéo de deux amis danseurs, j’ai été inspirée et demandé à l’un d’entre eux de collaborer avec moi sur ce clip qui a été tourné près de Milly-la-Forêt. Lors du tournage, nous devions faire des plans sur un lac mais comme le jour est tombé trop tôt, nous avons filmé les images dans une piscine. Ce n’était pas prévu mais tous ces plans étaient super beaux et nous en avons gardé beaucoup plus que ce que nous voulions à l’origine.

Rencontre avec Tiphanie Doucet à l’occasion de la sortie imminente de son nouvel EP !

Cette nouvelle chanson précède la sortie d’un EP baptisé « Painted Blue », que peux-tu révéler sur ce disque ?

Comme pourrait le laisser présager le titre de cet EP, je dirais qu’il est assez sombre et mélancolique tout en ayant quelque chose d’aérien. Les chansons de ce disque tournent autour du thème du manque mais de manière apaisée. Je dirais que « Painted Blue » qui sortira le 23 octobre est une peinture de sentiments et d’émotions. J’ai beaucoup écrit sur une rupture que j’ai mal vécue et c’est au moment du confinement que je me suis dit que c’était dommage de ne pas sortir ces chansons.

Que mettrais-tu en avant dans ton univers ?

Dans mon univers, je mettrais en avant la vulnérabilité, la sensibilité et la douceur et cela correspond à ce que je suis quand je joue, quand je fais de la musique et quand j’écris. Cet univers qui a quelque chose d’intime est très tourné vers les sentiments. Je veux rester dans quelque chose de simple afin que le propos aille directement de mon cœur à celui des auditeurs. D’un point de vue plus technique, c’est la voix que nous cherchons à mettre en avant avec le réalisateur avec qui je travaille à New York, nous ne voulons pas qu’elle soit trafiquée ou masquée par plein d’arrangements.

Il y a un petit quelque chose de Norah Jones chez toi, cette artiste fait-elle partie de tes inspirations musicales ?

Je ne dirais pas que c’est en écoutant Norah Jones que j’ai été inspirée mais c’est vrai que les gens que me comparent beaucoup à elle. Si je n’ai pas encore assisté à l’un de ses concerts, j’aime beaucoup la regarder en live stream et il y a plein de choses qui me parlent chez elle comme son côté apaisant et la couleur de sa voix.

Rencontre avec Tiphanie Doucet à l’occasion de la sortie imminente de son nouvel EP !

Il y a quelques mois, tu as sorti un EP en duo ; peux-tu nous présenter Sean David Cunningham et nous en dire plus sur « Re-Imagine-D » ?

Sean et moi, nous nous sommes rencontrés il y a six ans dans un Open Mic auquel j’étais allée sur les bons conseils de mon prof de guitare. Ce soir-là, j’ai rencontré tous les musiciens de la ville ; Sean est arrivé avec son violon, je l’ai entendu jouer et j’ai trouvé ça top. Je lui ai demandé s’il pouvait rejouer sur l’une de mes chansons et ensuite, je l’ai proposé de faire un concert avec moi. Cela a été le début d’une longue collaboration. Sean m’a accompagné dans mon évolution. J’ai réussi à trouver « mon petit fond de commerce » en jouant des covers dans des mariages ou pour des événements. Les gens trouvait que nous formions un magnifique duo, il y avait une sorte de magie entre nous et nous avons tellement joué ces titres que j’ai eu envie de les enregistrer et de les sortir. Nous avons enregistré cet EP il y a longtemps en une seule journée chez David le réalisateur à Woodstock. Ça me fait plaisir d’avoir un recueil de chansons avec Sean qui joue également sur mon EP.

Tu as participé à La Voix au Canada, aimerais-tu tenter l’expérience en France ?

Déjà aux États-Unis, on me parlait de The Voice quand je jouais dans la rue mais je n’ai pas voulu passer l’audition car il fallait chanter a cappella sans ma guitare. En ce qui concerne la France, comme j’ai tellement été dans le paysage plus au moins lointain de la musique et de la danse, je pense qu’on me l’aurait déjà proposé. En France, je serais pour le faire si on respecte mon univers et c’est pour cela que j’ai participé à l’émission au Canada. Dans ces émissions, on peut se voir donner une lumière qui aide à avancer et trouver ce qu’un artiste indépendant a le plus besoin : des fans. Mon plus grand souhait serait que les émissions musicales diffusées en prime time et les radios donnent une place aux artistes indépendants émergents comme moi.

Commenter cet article