Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvailles avec Milky Chance lors de leur récent concert à L’Olympia !

Publié le par Steph Musicnation

(c) Anthony Molina

(c) Anthony Molina

Même si l’une de vos nouvelles chansons fait référence à la lune dans son titre, pouvez-vous nous dire pourquoi avez-vous appelé votre troisième album « Mind The Moon » ?

Philipp : Je pense que donner un nom à un recueil de douze chansons est pratiquement aussi difficile que de nommer son groupe et ce troisième album n’a été baptisé qu’à la toute fin du processus. Nous avons terminé l’enregistrement de notre disque en Norvège, le studio était près de l’eau, nous y sommes allés durant l’été, nous avons été inspirés par cette atmosphère et nous y avons écrit pas mal de paroles. Durant cette période très lumineuse, nous apercevions très bien la lune même si les journées ne semblaient ne plus finir et comme cet astre était présent dans notre inspiration, cela faisait sens d’en parler dans le titre de notre album.

Votre musique est plutôt multiculturelle, est-ce que cela reflète ce que vous êtes dans la vie de tous les jours ?

Clemens : Nous avons grandi en Allemagne d’où nous sommes natifs mais effectivement, je dirais que nous sommes des citoyens du monde. Nous voyageons énormément et nous apprécions autant le fait d’être sur les routes que chez nous à la maison. Nous avons rencontré des personnes originaires de tellement de pays et de continents différents et nous aimons nous inspirer de tellement de cultures variées que pour nous, il n’y a plus de frontières d’autant plus dans la musique.

Qu’avez-vous appris de vos deux premiers albums qui vous aurait servi pour le troisième ?

C : Nous avons appris beaucoup de choses d’un point de vue technique grâce au fait d’être en studio comme par exemple comment se servir des différents outils mis à notre disposition et nous nous sommes perfectionnés.

P : Nous avions eu beaucoup de temps pour notre premier disque, le second a été fait pendant une tournée alors que pour « Mind The Moon », nous nous sommes arrêtés durant un an.

C : Nous avons appris également à faire une pause ! (Rires) Nous nous sommes développés aussi en tant que musiciens et cela sur tous les aspects que ce soit l’écriture, l’arrangement, la production, le mixage…Nous faisons tout et nous aimons nous plonger dans tout cela car c'est très intéressant.

(c) Anthony Molina

(c) Anthony Molina

Comment expliqueriez-vous qu’il y a plus de collaborations sur « Mind The Moon » ?

P : Nous tournons depuis 7 ans maintenant, nous avons rencontré pas mal de monde ; comme « Mind The Moon » est notre troisième album et que nous avons une certaine assise en tant que groupe, cela facilite les choses pour faire le premier pas.

Comment avez-vous rencontré Témé Tan et comment est venue l’idée de mélanger anglais et français ?

P : Nous nous sommes rencontrés il y a 6 ans à Paris. Témé faisait nos premières parties lors de notre tournée Européenne, nous sommes toujours restés en contact et nous sommes devenus amis.

C : Témé est venu nous rendre visite dans notre studio et nous avons écrit très naturellement ensemble. Nous aimons sa musique, c’est un très bon artiste et comme il parle français et que nous trouvons cette langue très cool, nous avons mélangé les deux langues.

Milky Chance en français, cela serait-il possible un jour ?

C : Une chanson en français ? (Rires) ça risque d’être dur !

: Tout est possible mais ça ne sera pas demain.

: Si Témé se révèle être un bon professeur, ça pourrait arriver…

: On comprend le français mais on ne le parle pas.

C : Nous avons appris le français au lycée et nous étions bien meilleurs à l’époque car nous avons presque tout oublié maintenant.

(c) Anthony Molina

(c) Anthony Molina

Pouvez-vous nous en dire plus sur les envies visuelles dans le clip illustrant « Rush » ?

P : Nous avions certaines idées pour ce clip et des réalisateurs nous ont envoyé les leurs. L’idée du stop motion nous a plu car elle avait quelque chose d’unique. Par ailleurs, visuellement dans les mouvements, cela collait parfaitement à la musique car elle a quelque chose de statique dans son rythme.

Quels sont les thèmes principaux de vos nouvelles chansons ?

C : Comme toujours, nous nous inspirons principalement de situations de la vie de tous les jours. Nous parlons de relations, de moments ou du fait d’être d’humeur mélancolique, de ce qui se passe autour de nous…Il n’y a rien de bien conceptuel ; toutes nos chansons sont basées sur des sentiments et des pensées.

Sept ans après la sortie de votre premier album, comment voyez-vous votre évolution ?

C : On est toujours là ! (Rires)

P : On peut dire cela car tous les groupes ne durent pas aussi longtemps.

C : Nous en sommes contents, nous avons des fans merveilleux qui nous suivent, nous avons sorti trois albums et nous essayons de faire toujours mieux.

(c) Anthony Molina

(c) Anthony Molina

Quelles seraient les qualités de chacun ?

P : Clemens est très patient.

: J’aurais dit pareil. A vrai dire, nous sommes assez similaires sur plein d’aspects.

: Tu ne peux pas copier sur moi, tu dois dire autre chose (rires).

C : Philipp est très drôle. Par ailleurs, je dirais que nous savons nous soutenir, nous respecter mais aussi nous laisser de l'espace.

Quel serait votre prochain souhait artistique ?

: Nous sommes très contents d’être en tournée car cela nous manquait et je pense que nous voudrions simplement que cela dure le plus longtemps possible.

C : Nous pensons à la suite, nous allons sortir de nouveaux titres dans les prochains mois et notre souhait artistique serait donc de continuer d’avancer.

Commenter cet article