Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec As Animals à quelques semaines de leur concert à La Maroquinerie !

Publié le par Steph Musicnation

(c) FIFOU

(c) FIFOU

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Zara : Nous nous sommes rencontrés lors d’un concert. Fred était dans le public et j’étais sur scène. Nous avions l’envie de faire un projet musical indépendamment l’un de l’autre mais nous nous sommes bien trouvés et ça a matché. Cela fait à peu près huit ans que nous travaillons ensemble.

Comment présenteriez-vous musicalement parlant As Animals ?

Fred : Nous proposons un mélange de plein de styles. On retrouve de la Pop minimale ou de la Power Pop, de la Soul et de l’Electro dans notre musique.

Z : Nous pouvons faire aussi bien des ballades que de l’Electro et même parfois de l’urbain. Tout le monde peut s’y retrouver.

Vous retrouvez-vous dans vos influences musicales ou est-ce qu’As Animals est un compromis entre vos références individuelles ?

: Il y a des choses que nous écoutons en commun et d’autres pas du tout. C’est le bazar dans ce que nous écoutons. Pour ma part, toutes les deux semaines, je change de crèmerie ; si je puis dire ;  car toutes les semaines, il y a un truc sympa qui sort et il amène à découvrir un autre truc sympa. Aujourd’hui, avec les plateformes de streaming, on peut passer du temps à écouter des nouveautés et c’est excellent. Pour moi, de nos jours, citer des influences, ce serait très très compliqué car il y en a tellement…

: D’ailleurs, je ne sais même pas si nous avons eu énormément d’influences pour notre second album.

F : Nous ne sommes pas allés chercher que dans la Pop internationale qui est très vaste maintenant et que nous aimons beaucoup.

(c) FIFOU

(c) FIFOU

Qu’est-ce que chacun mettrait en avant chez l’autre ?

Z : Je l’avais déjà dit dans une interview, sa diplomatie car c’est un vrai atout d’autant plus que je ne suis pas très diplomate moi-même. Je suis la chanteuse, j’explose un peu et Fred est là pour pondérer très souvent pour que mon propos passe mieux.

F : Je mettrais en avant la spontanéité de Zara mais elle a plein d’autres qualités et je dirais que nous nous complétons bien.

Pouvez-vous nous expliquer le laps de temps entre vos deux premiers albums ?

Z : Après la sortie de notre premier album, nous avons fait une tournée en France et à l’étranger qui a duré deux ans.

F : Nous avons également changé de maison de disque et c’est un processus qui peut être plus ou moins long car il faut reconstituer une équipe, recréer des partenariats, réinstaurer une confiance avec les gens et cela représente beaucoup de travail et de temps. Ensuite, nous avons fait notre second album qui est assez ambitieux en termes de production et de style. En additionnant tout cela, nous arrivons aux quatre ans. 

Z : Faire un album demande du temps et c’est vrai que nous ne sommes pas de l’école où l’on fait les choses assez rapidement et où l’on lâche sans penser. Il a fallu trouver les personnes avec lesquelles nous voulions produire cet album mais également les bonnes influences et ce n’est pas facile à trouver.

: Quand on est Français et que l’on souhaite travailler avec les internationaux ; ce qui était le cas pour notre premier album que nous avions fait en Suède et celui-ci que nous avons principalement fait à Londres ; ça implique des stratégies qui se font très peu en France. La Pop que nous faisons nécessite plus de moyens et c’est donc plus long en comparaison à des albums qui se font très rapidement sur les ordinateurs portables.

Avez-vous abordé « Nemesis » de la même façon que votre premier album éponyme ?

: Pas du tout. Ce second album a un nom alors que le premier n’en avait pas et je pense que l’on n’aborde pas les sujets de la même façon quand on a 24 ans ou quand on en a 30, le temps passe, on vit d’autres choses et on absorbe d’autres sujets. Je ne dis pas que nous nous sommes mis la pression pour « Nemesis » mais c’est vrai que sur notre premier album, le titre « Ghost Gunfighters » a eu un succès assez honnête et pour celui-ci, nous nous sommes mis comme challenge de surpasser le premier.

F : Au niveau du live, nous voulions changer la formule et cela passe par le fait de changer la production et la musique. Notre premier album avait un côté Suédois, un peu plus bleu, ample et plus acoustique alors que pour ce second pas discographique, nous voulions quelque chose de beaucoup plus immédiat pour le public et nous voulions plus bouger sur scène.

Z : On va dire qu’il y a un peu moins de douceur sur ce second album.

(c) FIFOU

(c) FIFOU

Quelle serait l’atmosphère générale de ce second pas discographique ?

Z : C’est difficile à dire car aucune chanson ne ressemble aux autres…

F : C’est quelque chose qui n’a pas changé entre nos deux albums même si c’est encore plus poussé sur le deuxième. La voix de Zara demeure le fil conducteur de cet album sur lequel chaque chanson a sa propre atmosphère.

: Il y a beaucoup de force dans cet album et son titre pourrait représenter cette atmosphère car il fait le lien entre toutes ces chansons.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce fait de l’avoir baptisé « Nemesis » ?

Z : Nous voulions vraiment nommer ce second opus car le premier était éponyme mais nous souhaitions trouver le bon titre. « Nemesis » a un rapport avec les thèmes que j’aborde et qui sont assez forts. Lors d’une discussion avec une amie, elle m’a dit que j’étais un peu une Nemesis, je n’ai pas dit oui tout de suite et je suis allée me documenter. Nemesis était une déesse de la Grèce Antique qui symbolisait la justice, le juste équilibre et la force. Par la suite, j’ai appris ; qu’en science-fiction et dans les jeux vidéo qui sont deux choses que j’affectionne ; que la Nemesis était le double maléfique et ça m’a encore plu davantage.

Quels sont les thèmes majeurs de cet opus ?

Z : Justement, nous en parlions, la force, la justice, le juste équilibre entre les êtres et les choses, l’amour, la mort, l’âme, l’amitié…

Rencontre avec As Animals à quelques semaines de leur concert à La Maroquinerie !

Quels seraient les lieux idéaux de chacun pour écouter « Nemesis » ?

F : C’est une bonne question car l’album est très disparate. Par exemple, une chanson comme « Marginal » s’écouterait sur la highway, la fenêtre ouverte et par une forte chaleur. Je dirais que cet album s’écoute avec un gros casque en marche avant car ce n’est pas un disque statique.

Z : Je verrais un endroit comme sur l’Olympe avec des nuages, de la fumée, quelque chose de très vaporeux. Plutôt qu’un lieu, je parlerais d’état d’esprit car cet album donne de la force si on a envie d’être solide et de vaincre.

Quel serait votre prochain souhait artistique ?

F : En ce moment, j’aimerais bien faire un beau festival pour jouer devant une foule ; nous avons déjà fait des festivals mais ça me manque un peu…quelque chose comme Solidays ou Rock En Seine

Z : Je serais à peu près du même avis que Fred ou alors une belle salle avec une énorme scéno afin de proposer quelque chose qui soit vraiment de l’ordre de la Nemesis avec beaucoup de moyens pour faire que les gens rêvent un peu.

Avec qui aimeriez-vous partager votre musique ?

Z : Diplo, pas mal d’artistes Français qui me touchent en ce moment comme Yseult, Nekfeu, Hamza

A quoi vont ressembler les prochains mois d’As Animals ?

F : Nous serons en concert le 03 avril à La Maroquinerie, nous préparons la tournée qui arrive bientôt en France et des dates à l’étranger sont en train de se caler. D’ici le printemps, un nouveau single sera extrait de l’album et il devrait être mis en images.

: Pour le moment, nous répétons beaucoup car nous sommes en train de constituer le live pour lequel nous allons notamment réorchestrer les chansons de notre premier album.

F : Sur scène, nous serons trois, Zara chantera, je jouerai du piano, du synthé, de la basse et de la guitare et nous serons accompagnés d’un batteur. Nous avons hâte de présenter nos nouvelles chansons en live.

https://www.instagram.com/asanimals/

Commenter cet article