Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvailles avec Morgane Imbeaud afin de présenter son projet solo !

Publié le par Steph Musicnation

(c) Goledzinowski

(c) Goledzinowski

Peux-tu nous dire pourquoi tu ne t’es pas présentée en solo plus tôt ?

C’est un peu cliché mais j’assume ; ce n’est pas que j’avais besoin de maturité mais je n’osais pas me montrer. J’ai toujours été quelqu’un de faussement timide ; car j’aime le contact et rencontrer les gens ; mais j’avais vraiment du mal avec mon image à moi en fait. Pendant longtemps, j’ai été quelqu’un de très angoissé, je ne me trouvais pas très intéressante et c’est peut-être le cap des 30 ans qui m’a fait prendre conscience que j’avais des choses à dire, qu’il fallait que j’ose enfin et je dois dire que s’assumer, ça fait du bien.

Peux-tu expliciter le titre de ton single qui donne son nom à ton premier album ? Est-ce ainsi que les gens te voient ?

C’est une bonne question ! Il faudrait que je demande à mon entourage. On m’a longtemps vue comme une petite chose fragile et je pense que je ne suis pas du tout ça. Je fais plus jeune que mon âge ; et tant mieux maintenant ; je suis assez douce également et ce côté gentil est souvent interprété comme quelque chose de négatif. Être gentille et douce ne veut pas pour autant dire que je suis idiote ou complètement naïve. Depuis peu, je me suis mise à m’intéresser au féminisme, j’ai découvert des choses aberrantes qui remontent à beaucoup plus loin et comme en parallèle à la musique, j’ai envie de défendre l’humain, je me suis demandée ce qu’est une femme de maintenant et si c'est une amazone. En fait, une féministe est une femme indépendante qui s’assume. Comme je suis pour un respect général, j’avais envie de véhiculer ce côté pas forcément leader mais qui a envie d’aider les autres et c’est l’idée que je me fais d’une amazone d’aujourd’hui.

Comment est né ce premier album ?

Je l’ai commencé il y a deux ans après avoir fait plein de collaborations. Mon manager Bob Vincent travaillait avec H-Burns que j’aimais beaucoup mais que je ne connaissais pas en personne. Bob nous a mis en contact afin de voir comment ça pourrait se passer car j’avais des chansons mais je m’intéressais moins au son dans mon studio à Clermont. H-Burns m’a aidé à travailler le son et à m’affirmer mine de rien en tant que femme. H-Burns qui m’a offert quelques chansons m’a fait progresser et l’album est né comme cela chez lui à Grenoble. Entre temps, je suis partie toute seule en Norvège car j’ai toujours été fascinée par les pays du Nord et j’ai recommencé à faire d’autres chansons.  Je suis allée sur l’île de Gressholmen qui donne son nom à l’une des chansons de l’album et là, j’ai été émue par toute cette beauté. J’étais heureuse d’être seule et de tourner le dos à certaines de mes angoisses. J’étais enfin libre de moi-même et je crois que c’est aussi de là qu’est née cette envie d’oser faire un album. La vie est trop courte pour ne pas oser faire les choses comme on les sent.

(c) Goledzinowski

(c) Goledzinowski

« Amazone » est-il de un album de solitaire ?

Non, car j’ai travaillé avec plein de gens dont H-Burns, Chris Garneau et Marina Hands avec qui je partage des duos et puis Roy Music avec qui ça se passe super bien. Les musiciens qui ont joué sur cet album, je les connais depuis 15 ans, ce sont mes amis. En revanche, il y a un côté solitaire car je dénonce les normes. Ce n’est pas tant que je n’aime pas me fondre dans la masse mais j’aimerais que les gens puissent le faire par choix et non par peur de vouloir toujours rentrer dans des cases. « Amazone » peut être un album solitaire car je me sens souvent seule dans ma tête mais je suis très ouverte dans mes idées.

Quelles étaient tes envies musicales pour ce disque ?

J’étais un peu perdue par rapport à cela. J’ai toujours fait des choses très lentes et cela vient de ce que je peux écouter comme par exemple Chilly Gonzales. Pour l’album, nous nous sommes inspirés avec H-Burns de groupes tels que Beach House et Blonde Redhead mais également de Cat Power. J’écoutais ces artistes mais cela ne se ressentait pas dans mes maquettes ; je ne sais pas si c’est parce que je n’osais pas mais maintenant, j’arrive à exprimer ce que j’ai en tête et c’est pas mal.

Quels sont les thèmes majeurs de ton album ?

Ce disque parle d’émancipation et d’acceptation de soi car je trouve que c’est très important de sortir des normes. « Amazone » est un clin d’œil un peu provocateur au féminisme en général mais après, on peut s’imaginer ce que l’on veut avec cette chanson ; par exemple, certaines personnes m’ont dit que c’était une histoire d’amour. Comme tout le monde, j’ai eu des soucis et j’avais envie d’exprimer un ras le bol dans cet album. Cette base était quelque chose qui me rongeait et je voulais dénoncer différents thèmes dans ce premier disque en solo comme par exemple le fait de créer une famille, d’avoir un pavillon, un chien et un Scénic ; c’est très bien, ce n’est pas le souci ; mais j’aimerais que les gens le choisissent et qu’ils se demandent pourquoi ils veulent des enfants car on pose toujours la question à ceux qui n’en veulent pas. J’aimerais qu’il y ait plus de bien-être et que les gens apprennent à plus se connaitre. Parallèlement à la musique, je fais des cours d’empathie avec des jeunes qui ont la vingtaine et qui sont un peu en difficulté et je me rends compte en trois heures avec eux que ça marche. Il faut apprendre à se poser les bonnes questions et dans cet album, je voulais montrer qu’il n'y a plus de règles mais qu’il faut par contre trouver sa propre règle.

Retrouvailles avec Morgane Imbeaud afin de présenter son projet solo !

Était-ce une évidence de t’exprimer majoritairement en français ?

Oui. Dans Cocoon, nous chantions en anglais, les chansons venaient essentiellement de Mark, j’avais pris l’habitude de composer moi-même également en anglais mais j’étais plus attachée aux mélodies. En ayant collaboré par la suite avec Jean-Louis Murat sur « Les Songes De Léo » ou en l’ayant vu travailler, je me suis dit qu’il fallait peut-être que j’apprenne à me décoincer d’autant plus que Jean-Louis encourage les artistes à écrire leurs propres textes. J’ai commencé doucement et par contre, c’est plus laborieux car chanter la langue Anglaise et la langue Française, c’est totalement différent ; le message et les sonorités ne sont pas les mêmes. Une chanson très douce qui a été composée avec des sonorités Anglaises peut devenir très dure en Français. Je pense que ça ne marche pas sur toutes les chansons et c’est pour cela qu’il y a les deux langues sur « Amazone ». Encore une fois, je me suis dit pourquoi se mettre des barrières car il y a des chansons qui sont dix fois mieux en anglais.

Comment qualifierais-tu l’univers de cet album ?

C’est univers faussement doux mais bienveillant.

T’étais-tu déjà autant livrée en musique ?

Non, pas du tout. J’ai voulu le faire dans « Les Songes De Léo » mais je me suis cachée derrière ce personnage. C’était toute une histoire remplie de métaphores et finalement, je n’ai jamais été aussi premier degré que sur « Amazone ». Ce n’est pas facile à faire, c’est un exercice un peu délicat car on se demande pourquoi forcément parler de soi, a-t-on plus d’intérêt que quelqu’un d’autre, non ; mais on peut parler de soi comme lorsque l’on donne par exemple un conseil à un ami car on parle de nos propres expériences. Sur cet album, le message est le même ; en tout cas, je l’espère.

(c) Goledzinowski

(c) Goledzinowski

Que répondrais-tu aux nombreux fans qui espèrent revoir un jour Cocoon comme au début ?

(Rires) C’est une question que l’on me pose beaucoup ! Je ne vais pas dire que c’est terminé et qu’on ne retravaille plus jamais ensemble ; je ne savais pas que j’allais faire un album solo à moment ; ce n’est pas du tout d’actualité en tout cas et je pense qu’avec Mark, nous n’avons plus les mêmes envies, nous ne faisons plus la même musique et pour l’instant, je me sens mieux ainsi. Cocoon est également mon bébé, c’était une expérience géniale et je me rends compte à quel point j’étais jeune à l’époque.

Quels sont tes prochains projets ?

Un deuxième extrait de l’album sortira dans quelques semaines et l’album sortira en début d’année 2020. Je vais me produire avec H-Burns le 20 décembre prochain à La Cordonnerie à Romans sur Isère et je serai en concert aux Étoiles à Paris le 12 mars. Les prochaines dates seront annoncées dans les prochains mois. En parallèle à la musique, je continue mes cours d’empathie avec les jeunes, ça me tient vraiment à cœur, ça me nourrit et ça fait du bien.

Commenter cet article