Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvailles avec Inca afin de présenter Siddhartha L’Opéra Rock !

Publié le par Steph Musicnation

Retrouvailles avec Inca afin de présenter Siddhartha L’Opéra Rock !

Peux-tu nous dire qui était Siddhartha ?

Siddhartha est né il y a 2500 ans sous un règne royal à l’époque des Indes. Il a vécu dans la richesse et dans l’abondance dans un palais et il devait devenir roi des Indes mais finalement, il s’est écouté lui et il s’est dit pourquoi suivre ce moule préconçu et pourquoi faire comme on me l’impose. Il s’est évadé du palais dans lequel il était comme dans une prison dorée et il a décidé de découvrir le monde dont on lui avait caché la réalité. Il a découvert que la maladie, la mort et la souffrance existaient. C’était quelqu’un de tellement hypersensible qu’il a pu voir la vraie réalité des choses, il n’a pas accepté de voir toute cette souffrance et il s’est dit qu’il devait faire quelque chose pour aider le monde, pour changer les choses et apporter sa pierre à l’édifice. Il a commencé à le faire mais il y a eu plein d’épreuves qui ont fait que ça a été très dur pour lui de diffuser son propre message intérieur. Il a bravé tout cela avec beaucoup de courage et de méthodes de méditation afin de se trouver lui en tant qu’humain. Il sentait dans son corps et dans son esprit qu’il y avait quelque chose de différent comme s’il était conscient que la norme ne l’était pas. On peut parler d’élu en parlant de Siddhartha. A force de se tenir à cette constance de méditation, il a réussi à ne plus être dans la souffrance, à rester dans une joie constante et atteindre une plénitude, il s’est reconnecté à l’essence même de l’humain et il a partagé son message au monde entier.

Que raconte Siddhartha L’Opéra Rock ?

Dans Siddhartha L’Opéra Rock, on se concentre sur la vie de Siddhartha de sa naissance jusqu’à sa mort. On va passer toutes les étapes de son existence jusqu’à ce qu’il atteigne le nirvana au pied d’un arbre à force de maitrise et de constance de méditation et c’est là qu’on l’a appelé le Bouddha. En Sanskrit, le Bouddha veut dire l’éveillé.

Que partagerais-tu avec ton personnage ?

Dans ce personnage, je retrouve mon identité rebelle ; ce n’est pas pour rien que j’ai eu un groupe Rock et que j’ai interprété auparavant Méléagant dans La Légende du Roi Arthur (rires). J’ai en moi ce côté rebelle, révolutionnaire et Rock’n Roll. Je partage ce point commun avec Siddhartha car comment un prince qui est voué à devenir roi a pu carrément s’évader de son propre palais où il avait tout pour chercher la liberté et qui il était vraiment s’il n’avait pas été courageux et profondément rebelle. Si tu n’es pas dans la rébellion et que tu acceptes les choses, tu ne peux pas passer par là. Cette histoire et ce personnage me parlent vraiment. Par ailleurs, je me retrouve dans l’hypersensibilité de Siddhartha car du plus loin dont je me souvienne, je l’ai toujours été également. On peut appeler cela comme on veut mais grâce à cette hypersensibilité, je peux ressentir des intuitions ou un instinct et cela m’a permis de toujours me faire confiance et prendre des risques dans ma carrière pour transcender les choses. A mon échelle en tant qu’artiste, j’ai envie moi aussi d’apporter ma pierre à l’édifice.

Retrouvailles avec Inca afin de présenter Siddhartha L’Opéra Rock !

Dirais-tu que le prince Siddhartha est aux antipodes du personnage de Méléagant que tu as incarné dans La Légende du Roi Arthur et est-ce de pourvoir faire ce « grand écart » qui t’a notamment séduit dans cet opéra Rock ?

Faire le grand écart est effectivement l’expression que j’utilise aussi. Je trouve ça génial car je pars du principe que quand on est artiste, on doit faire des choix qui sont en adéquation avec ce que l’on ressent à l’intérieur. A la sortie de La Légende du Roi Arthur, j’ai eu des propositions de rôles mais ça ne me parlait pas assez. Pour rappel, Méléagant était une création pure, j’ai vraiment insufflé des ingrédients qui ont construit le personnage avec ce que je suis moi-même à l’intérieur et derrière ce personnage qui a marqué les esprits, je ne pouvais pas faire un petit rôle lambda. Quand on m’a proposé d’incarner Siddhartha/Bouddha qui est effectivement un grand écart, j’ai trouvé ça vraiment intéressant de jouer un peu l’inverse de Méléagant. Ce côté miroir est absolument génial car j’ai incarné un fou furieux qui va jusqu’à se suicider à la fin et là finalement, c’est un peu une résurrection ; je le prends comme cela. On est totalement aux antipodes mais il y a un lien dans tout cela et je trouve ça fabuleux.

Peut-on dire que Siddhartha va osciller entre tradition et modernité ?

Exactement ! C’est un spectacle qui se base sur un thème historique mais qui est retranscrit musicalement, humainement et artistiquement à notre époque. C’est un spectacle universel et familial qui peut parler à tout le monde. Dans toutes les étapes de sa vie, Siddhartha a retracé toutes les émotions humaines comme l’humain aujourd’hui passe par toutes ces émotions de joie et de souffrance. David Clément-Bayard a écrit et composé les chansons en ce sens pour que cela parle en 2019 et une nouvelle fois, je trouve cela fabuleux.

Que peux-tu nous révéler sur les décors et la mise en scène ?

Honnêtement, en termes de décors, cela va être exceptionnel ; il y a vraiment ce qu’il faut pour émerveiller le public. Sans trop rentrer dans les détails afin de garder des surprises pour les spectateurs, je peux dire que le fameux arbre de vie du Bouddha va être incroyable car il va prendre toute la scène du Palais des Sports. L’émerveillement va être esthétique, émotionnel et visuel. En termes de costumes, on plonge en plein cœur de l’Inde sans être dans le Bollywood et ce choix a été audacieux et subtil afin de ne pas tomber dans la ringardise. Ces costumes ont vraiment été faits main, choisis par des créateurs Indiens en partenariat avec la production et ils viennent de l’Inde. La scénographe et metteure en scène Magda Hadnagy qui est la directrice scénographique du Cirque Phénix à Paris connait très bien cette histoire qui lui tient à cœur. Elle veille aux détails et aux choses qui vont faire que la retranscription sous forme de spectacle va être en adéquation avec ce qui s’est passé historiquement.

Retrouvailles avec Inca afin de présenter Siddhartha L’Opéra Rock !

Qu’est-ce qui fait selon toi l’originalité de ce spectacle ? Est-ce l’alliance Rock et Bouddha ?

Oui, c’est exactement cela. On aurait pu faire simplement une comédie musicale sur Bouddha dans un style variété Pop et peut-être que ça aurait été génial mais le parti pris d’avoir choisi de le faire sous la forme d’un opéra Rock est très original car on n’imagine pas allier Bouddha et musique Rock. Ça peut paraitre étrange mais pas tant que ça car Siddhartha était rebelle et cette énergie de rébellion est traduite dans ce son Rock qui va sonner live. L’originalité est vraiment dans le fait d’avoir fait un opéra Rock sur le thème de Bouddha, c’est audacieux, c’est avoir pris des risques plutôt que de tomber dans quelque chose de religieux un peu plombant. 

Comment nous parlerais-tu de la troupe qui t’accompagne ?

Toutes les personnes choisies ont un potentiel fort. Ce sont des gens accessibles, authentiques et qui ont un message à dire ; ils sont simples et humains et pour un spectacle tel que Siddhartha L’Opéra Rock, c’est quelque chose d’essentiel. Le spectateur va ressentir cette sensibilité, ce vécu et cette authenticité.

Quelle est ta chanson préférée et pourquoi ?

Il y en a vraiment plusieurs car chacune des chansons de Siddhartha incarne une émotion particulière. C’est comme un éventail qui se déplie. « Réveille-Toi » qui n’est pas sur l’album mais que vous découvrirez le soir de la première est une chanson qui me touche particulièrement. C’est l’une des plus belles chansons de ce spectacle même si elles le sont toutes. Sans survendre les chansons, quand je suis chez moi en train de les répéter, elles me prennent vraiment les tripes et le cœur.

Retrouvailles avec Inca afin de présenter Siddhartha L’Opéra Rock !

Développes-tu en parallèle de ce spectacle d’autres projets musicaux ?

Bien sûr, il y a toujours mon projet musical Inca que je développe même si je me concentre actuellement sur Siddhartha qui est la priorité en termes de timing. Inca est un peu en stand-by mais il est toujours dans un coin de ma tête.

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir découvrir Siddhartha L’Opéra Rock du 26 novembre au 05 janvier au Palais des Sports de Paris ?

Tout d’abord, c’est une période propice pour aller voir des spectacles car nous arrivons à la période des fêtes de fin d’année  et on ressent toujours cette énergie d’émerveillement et de rêve et on a besoin de cela en tant qu’humain. C’est un spectacle familial et non religieux qui va vous faire rêver de par son angle fantastique et original. Le concept Opéra Rock signifie que tout va être chanté comme Starmania à l’époque, nous sommes vraiment dans le spectacle vivant et ça va plaire. Par ailleurs, une création pure de grosse production aujourd’hui avec 35 artistes sur scène, il y en a beaucoup moins. Les décors, les costumes, la musique…on va vraiment en prendre plein les yeux et le cœur ! Venez, soyez curieux, déplacez-vous !

Commenter cet article