Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Roberto Michelangelo Giordi afin d’en apprendre plus sur son album « Il Sogno Di Partenope » !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Roberto Michelangelo Giordi afin d’en apprendre plus sur son album « Il Sogno Di Partenope » !

Comment est née l’idée d’un quatrième album dédié à la ville de Naples ?

Après trois albums qui contenaient mes propres chansons, j’ai eu envie de rendre un hommage à ma manière à Naples et à la chanson Napolitaine que j’adore et qui est connue dans le monde entier. Sur « Il Sogno Di Partenope », on retrouve des classiques mais également trois chansons inédites écrites par moi. 

Que symbolise cette ville pour toi ?

Toute l’énergie dont j’ai besoin pour être un artiste vient de la ville de Naples et cela passe par la musique, l’écriture et la langue. J’adore vivre à Paris mais comme tous les Napolitains, j’emporte toujours quelque chose de Naples avec moi. Il faut savoir que notre langue napolitaine ne correspond pas tout à fait à l’italien.

Peux-tu brièvement nous parler de Parthénope ?

Naples a été fondée par Parthénope qui était une sirène. Dans les légendes traditionnelles méditerranéennes, une sirène était mi-femme et mi-oiseau. Il y a plusieurs mythes qui existent concernant Parthénope tout comme sur l’emplacement de son tombeau. Le lien entre la ville de Naples et celle qui symbolise virginité, chant et mort est toujours très fort. Par ailleurs, de grands compositeurs tels que Vivaldi ou Cocchi ont créé des opéras sur Parthénope.

Rencontre avec Roberto Michelangelo Giordi afin d’en apprendre plus sur son album « Il Sogno Di Partenope » !

De quoi parlent de façon plus détaillée les trois chansons inédites qui figurent sur ton nouvel album ?

La chanson « Il Sogno De Partenope » parle du mythe de Naples et de l’histoire de cette ville mélangée à celle de la France. Les Jacobins sont arrivés à Naples avec les idées révolutionnaires Françaises. Ensuite en 1799, durant quelques mois seulement, les Napolitaines ont cherché à instituer la République Parthénopéenne. Cette chanson est une critique de la politique moderne car j’aimerais retourner dans le passé pour vraiment parler de liberté, d’égalité et de fraternité. Dans cette chanson, on retrouve tous les symboles de Naples comme San Gennaro qui est le protecteur de Naples, la Sibylle de Cumes qui était une prêtresse, les Jacobins, la mafia… « Cronache Globali Degli Anni Zero » critique la société contemporaine et les problèmes qui existent en Italie et dans toute l’Europe comme l’immigration et la mauvaise politique. Cette chanson est attachée à Naples par son thème musical qui vient de mon village et il est toujours chanté par les personnes qui vivent dans les campagnes. « Luna Nova » est une chanson d’amour écrite dans la langue napolitaine. Elle parle d’un garçon un peu déprimé.

Les chansons que tu reprends sont-elles celles qui ont bercé ton enfance ?

Oui, ce sont des chansons très anciennes que ma mère me chantait. A cette époque-là, nous les entendions dans la rue et dans les bars mais maintenant plus vraiment. Au Portugal, le fado est encore soutenu par la politique, l’état et la culture mais la vieille et belle musique de Naples est un peu abandonnée à son destin.

Où as-tu voulu emmener musicalement parlant ces chansons ?

Ce conte sur Naples apporte quelque chose de nouveau au niveau des arrangements à ces chansons traditionnelles. Nous avons chassé tous les clichés qui existent sur la musique napolitaine ancienne comme l’utilisation de la mandoline, le fait de chanter de manière classique…Aujourd’hui, on entend la musique napolitaine à travers des voix de l’opéra comme celles de Pavarotti, Domingo et Carreras mais pour ma part, j’avais plutôt envie de présenter un conte de World Music un peu plus intimiste.

Rencontre avec Roberto Michelangelo Giordi afin d’en apprendre plus sur son album « Il Sogno Di Partenope » !

Peux-tu nous parler des collaborations présentes sur ton disque ?

Dans un premier temps, j’ai pensé ce disque à Paris avec des amis qui m’ont aidé à parler de l’histoire de Naples et ensuite, j’y suis allé car je connais très bien les musiciens Napolitains. J’ai préféré enregistrer cet album à Naples avec notamment Daniele Sepe qui est un saxophoniste très connu en Italie et mon producteur artistique à Naples m’a mis en contact avec les autres musiciens.

As-tu développé une scénographie particulière autour de Naples sur scène ?

A vrai dire non, nous n’avons pas pensé à cela car pour présenter cet album sur scène, nous le faisons de manière très simple avec la musique comme protagoniste. Je pense que ce n’est pas important de construire toute une scénographie pour présenter Naples car tout est déjà contenu dans la musique.

D’après toi, que ne faut-il pas rater à Naples ?

Pour moi, la chose la plus importante à faire à Naples est d’aller se promener dans les petites rues sans avoir peur. Durant la journée, il y a des couleurs extraordinaires dans ces rues grâce à la lumière du soleil. Il faut visiter la ville, ses musées mais également les îles en face de Naples.

Rencontre avec Roberto Michelangelo Giordi afin d’en apprendre plus sur son album « Il Sogno Di Partenope » !

Quelle est ton histoire avec notre pays ?

Je suis vraiment très content d’être venu vivre en France. Plus jeune, j’ai appris l’espagnol à l’école mais maintenant, je me retrouve à parler français sans l’avoir étudié. Je pense que la France au sein de l’Europe est un pays qui respecte encore les artistes et les valeurs de la culture alors qu’en Italie, on a commencé à rattacher la culture à la vente.

Quels sont tes prochains projets ?

Dans mes projets, il y a un roman que j’aimerais terminer, un nouvel album ; les chansons sont déjà écrites mais elles ne sont pas encore arrangées ; et des concerts, surtout des concerts dont celui le 27 novembre au Théâtre du Temps à Paris! Un nouveau clip devrait également arriver afin de présenter ce quatrième album en France.

Rencontre avec Roberto Michelangelo Giordi afin d’en apprendre plus sur son album « Il Sogno Di Partenope » !

Commenter cet article