Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvailles avec Whities à l’occasion de la sortie de « La Folie Belle » !

Publié le par Steph Musicnation

Retrouvailles avec Whities à l’occasion de la sortie de « La Folie Belle » !

Que s’est-il passé pour toi depuis la parution en mars 2016 de « Lalala La Vie En Rose » ?

Il s’est passé plein de choses et à vrai dire, tout a commencé par des rencontres. Quand nous nous étions vus il y a 3 ans, je te parlais déjà de la préparation d’un album et tout s’est concrétisé au fur et à mesure. J’ai rencontré Florian Haber avec qui j’ai réalisé les titres et notamment François Welgryn un auteur qui a œuvré entre autres pour Kendji Girac, Céline Dion, Amel Bent et bien d’autres… C’est la première fois que j’ai co-écrit certains des textes mais aussi que l’on m’a proposé une chanson pour l’EP qui arrive. A la base, je suis assez réfractaire à cela mais j’ai eu un vrai coup de cœur pour le titre « Les Jaloux De Trop » quand on me l’a proposé. Cela a été une évidence. Durant ces trois dernières années, j’ai beaucoup été en studio, j’ai testé des choses et j’ai enregistré à peu près 70 maquettes ; il y a facilement de quoi faire, un, deux ou trois albums (rires). Par ailleurs, comme je sortais de 5 ans d’émission, de tournées en auto-production, j’ai pris le temps de me recentrer et de prendre l’air avant de revenir avec un projet abouti. Entre deux, j’ai rencontré mon manager et mes producteurs et depuis quelques mois, j’ai une belle équipe autour de moi qui me porte.

« La Folie Belle » ; ton nouveau single ; témoigne d’une évolution musicale, comment as-tu voulu ce titre ?

J’ai composé ce titre dans le Sud sur la dernière tournée en 2015 et j’ai eu envie d’encore plus de positivité qu’auparavant. C’est quelque chose que j’ai toujours revendiqué dans mes chansons mais j’avais encore plus envie d’assumer mon côté décalé à l’avenir dans mon projet. J’ai voulu un titre frais, solaire et différent. Quand j’ai débuté en 2012, j’étais en groupe et parfois, ça a pu m’empêcher d’aller au fond des choses car je ne voulais surtout pas imposer un univers si particulier à mes musiciens à l’époque, c’est donc pour cela que fin 2014, avec la maison de disque et les musiciens nous avions choisi de faire de Whities mon nom de scène en tant qu’artiste solo.

Retrouvailles avec Whities à l’occasion de la sortie de « La Folie Belle » !

De quoi parle « La Folie Belle » ?

« La Folie Belle » est un lâcher prise, c’est une invitation à aller chercher en nous notre part d’enfant, de second degré et sans prise de tête. Avec l’actualité de ces derniers mois, je pense que nous en avons tous besoin. Je voulais apporter un peu de fraîcheur et de positivité, c’est pour cela que nous avons sorti ce titre avant l’été.

Peux-tu nous présenter les différents personnages qui peuplent ton nouveau clip ?

Tout d’abord, il faut savoir que ce clip existe dans une version beaucoup plus longue et que cette seconde version sortira un peu plus tard. J’ai voulu une sorte de mini série dans mes clips et on retrouvera le personnage principal dans les prochains. Cela va être un exercice compliqué car je vais travailler avec différents réalisateurs et du coup, à chaque fois, je vais devoir leur imposer certains codes. Dans le clip « La Folie Belle », on découvre un Whities interné dans un hôpital psychiatrique. Il se passe plein de choses dans sa tête et il a l’impression d’avoir des hallucinations d’où le fait que Barry (la mascotte qui m’accompagne partout) soit éveillé. Il y a une télé qui est le point central de l’EP et que l’on retrouvera sur la tournée. Tout se passe à travers cette télé qui est une porte vers des mondes parallèles dans ma tête. J’ai voulu représenter les différentes personnalités que j’ai ou que j’ai pu avoir en accentuant certains préjugés que l’on peut avoir. On retrouve donc un adolescent, un schizophrène, une femme, un enfant un peu naïf et le Whities que vous voyez sur scène.

Quel serait le message contenu dans ce clip ?

Dans ce clip, j’ai voulu montrer qu’on n’a pas besoin de codes pour être heureux et bien dans sa tête que ce soit sur scène ou dans la vie de tous les jours. J’avais envie de revendiquer le fait d’être la personne que l’on a envie d’être peu importe les préjugés et ce que l’on dit de nous. Le message dans cette chanson est de rester tel que vous êtes, assumez et soyez en fiers.

Retrouvailles avec Whities à l’occasion de la sortie de « La Folie Belle » !

A quel personnage t’identifies-tu le plus ?

Le Whities scène car c’est le seul endroit sur Terre où je me sens vraiment à ma place. La scène est l’endroit où je n’ai pas de barrières et où je ne m’interdis rien.

Quelles ont été tes inspirations visuelles pour illustrer « La Folie Belle » ?

Quand j’ai pris du recul pendant quelques temps, en tant que cinéphile, je suis allé au cinéma et j’ai vu le film « Split ». Je suis ressorti de la séance complètement retourné, en me disant que c’était ça qu’il fallait que je fasse pour le clip de « La Folie Belle ». Le titre était déjà enregistré, nous ne savions pas encore s’il allait être le single mais il y avait une forte probabilité. La difficulté était que « Split » possédait un univers très noir et qu’il fallait que j’y amène de la positivité. J’ai bossé plus de six mois sur le scénario, l’image et surtout sur les couleurs dont le bleu misty. Le challenge était d’apporter quelque chose de coloré dans un hôpital psychiatrique.

Nous avions assisté à son tournage en 2018, pourquoi avoir attendu près d’un an pour le présenter au public ?

Tout simplement parce que je voulais le sortir dans de bonnes conditions. Je voulais être sûr que toutes les planètes soient alignées, qu’une radio suive, que mes équipes soient au taquet, que ce soit le bon moment. Les premières parties de Jenifer sont venues se caler et cela a aussi accéléré la sortie.

© Thibault Maréchal

© Thibault Maréchal

Que peux-tu nous révéler sur « My Name Is Whities » ton prochain EP attendu pour la rentrée ?

Cet EP sera composé de cinq titres dont « La Folie Belle » et « Ça Plane Pour Moi » qui sera le prochain single et deux titres bonus remixes club. J’ai hâte de sortir ce disque ! C’est un disque qui me ressemble à 300%. Je suis allé au fond des choses que ce soit dans l’univers musical, visuel et même dans l’objet. Je n’ai jamais été aussi fier des chansons qu’il y a sur ce disque. Je joue ces titres en live et les réactions sont incroyables. Ce disque s’appelle « My Name is Whities » car plus que jamais, c’est moi dans cet EP qui présente bien l’album qui va arriver derrière. L’EP sortira le vendredi 13 septembre. C’est une date que j’ai voulu accentuer car je suis né un vendredi 13 jour de pleine lune!

Quels souvenirs gardes-tu de tes récentes premières parties de Jenifer ?

Sur la première date à Dijon, je suis sorti de scène en pleurs tellement c’était fort. Lorsque l’on fait une première partie, les gens ne nous attendent pas forcément, mon titre était sorti la veille et les gens connaissent déjà la chanson. Ces premières parties étaient incroyables. J’ai une histoire particulière avec Jenifer que je connais depuis pas mal d’année maintenant et qui a été vraiment bienveillante avec moi. Son public a été très réceptif et il a joué le jeu. Après 3 ans de travail, c’était très cool.

Retrouvailles avec Whities à l’occasion de la sortie de « La Folie Belle » !

Une collaboration entre vous est-elle envisageable ?

J’espère ! J’aimerais beaucoup ! Je laisse le temps et le karma faire. Une collaboration est dans un coin de ma tête mais pour l’instant, je suis focalisé sur l’EP et sur l’album. Pour te révéler une petite exclusivité, il y a une chanson pour quelqu’un d’autre qui est beaucoup plus aboutie pour le moment…

Pour être raccord avec ton nouveau single, quelle serait ta plus belle folie ?

Honnêtement, je pense que c’est plus un rêve qu’une folie mais ce serait de faire ce métier toute ma vie et être sur scène constamment. Je fais ce métier pour cela et j’espère que le temps va faire les choses. J’ai plein de choses à proposer et à montrer sur scène.

Commenter cet article