Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec ThéOphile un jeune talent à suivre de très près !

Publié le par Steph Musicnation

(c) Morgan Roudaut

(c) Morgan Roudaut

Comment te présenterais-tu à nos lecteurs ?

Je viens d’Angers, je suis auteur, compositeur et interprète. Mes instruments sont la guitare, la voix, la MAO et les Drum Pads. Ma musique est un mélange de chanson française, de Pop et d’Electro. Je suis au début de mon projet je vais bientôt sortir un premier EP à l’automne. J’ai hâte de voir la suite !

Comment décrirais-tu ton univers au niveau de tes textes mais aussi musicalement parlant ?

C’est un univers qui est beaucoup inspiré de la chanson française et d’artistes Rock comme Bashung, Thiéfaine et Noir Désir. Mon univers est un peu sombre mais toujours teintée d’espoir. En ce qui concerne la musique, je m’inspire de tout, des choses très contemporaines comme des choses plus anciennes.

Portes-tu ton projet musical en toi depuis longtemps ?

Ce projet musical a 2 ans et demi mais ce n’est que depuis l’année dernière qu’il commence vraiment à sortir du cocon. Avant ce projet solo, j’ai fait partie du duo acoustique Gram Amstram durant 6 ans et c’est d’ailleurs Hugo mon ancien partenaire qui a réalisé le clip de ma chanson « Andy ». Hugo m’a formé, il m’a fait découvrir le milieu musical, le milieu des concerts, il m’a fait évoluer jusqu’à arriver à ce projet plus intime et plus personnel.

(c) Morgan Roudaut

(c) Morgan Roudaut

As-tu toujours pensé que tu ferais ton avenir dans la musique ?

Non, j’ai cette envie-là depuis 4 ans mais je me contente toujours de ce que j’ai. A côte de mon projet musical, je suis technicien du son et je dois dire que c’est tout le milieu du spectacle qui m’intéresse ; tous domaines confondus. Je fais de la musique, j’arrive de plus en plus à en vivre et c’est chouette mais ça n’a pas été une vocation depuis mon plus jeune âge.

Tes textes sont vraiment de qualité ; peux-tu nous dire quelles sont tes influences littéraires ?

Aussi bizarre que cela puisse paraitre, je ne lis pas beaucoup. J’ai lu très peu de romans et à vrai dire, je m’intéresse à plein de petites bribes de phrases dans plein d’endroits différents. J’aime beaucoup la poésie et la littérature mais je ne lis pas forcément et je n’ai donc pas d’influences littéraires.

De quoi parles-tu sur ton premier EP ?

Je parle du milieu carcéral, d’une histoire d’amour entre deux personnes qui sont très espacés au niveau de l’âge, d’une partie un peu sombre de ma vie dont je suis sorti, du masque que nous portons chaque jour, de mon frère ; c’est une déclaration de tolérance ; et du fait de suivre ses envies sans toujours faire attention à ce que les autres veulent.

(c) Morgan Roudaut

(c) Morgan Roudaut

Y-a-t-il un fil rouge entre ces cinq premières chansons ?

Je dirais que c’est mon regard par rapport à mes proches, à ce que je vois, à ce que je constate, et beaucoup par rapport aux autres.

Qu’est-ce qui t’a touché chez Andy qui donne son nom à l’une de tes chansons ?

Son ouverture et son expérience. J’ai rencontré Andy à la maison d’arrêt d’Angers où il était détenu. Je m’y suis produit avec mon ancien duo, il y avait une heure de concert et une heure de discussion. Il n’y avait que trois ou quatre personnes dans la salle, j’ai commencé à poser quelques questions et Andy était très ouvert. J’ai été touché par son histoire. Andy a fait beaucoup de bêtises dans sa jeunesse, il s’est fait incarcérer pour cela, il est ressorti, il s’est rangé, il a fondé sa famille mais 7 ans après, ils ont redéterré une vieille histoire qui l’a renvoyé en prison. Il avait beau se repentir, je sentais qu’il n’arrivait pas à se sortir de ce cercle vicieux. Il n’avait pas d’échappatoire.

Tu as fait plusieurs parties de Vanessa Paradis, te verrais-tu collaborer avec elle à l’avenir ?

C’est à Vanessa Paradis qu’il faudrait poser cette question ! (Rires). Pour ma part, ce serait avec grand plaisir que ce soit en termes de duo, d’écriture ou de composition. Ce serait un honneur !

(c) Morgan Roudaut

(c) Morgan Roudaut

« Laisse-moi » que l’on présente comme ta première chanson positive est-elle née d’un déclic ?

Cela est venu au fur et à mesure. L’univers est sombre dans mes autres chansons mais il y a toujours une pointe d’espoir. Il y a toujours un côté plus lumineux à la fin. « Laisse-Moi » est la dernière chanson écrite pour l’EP et je pense qu’à force d’écrire sur des thèmes plus sombres, j’ai muri, je me connais mieux et je prends plus de recul sur les choses. Je positive tout le temps dans la vie de tous les jours et je me suis dit pourquoi ne pas faire une chanson là-dessus. On peut parler des choses qui nous touchent en essayant m’amener des solutions mais c’est chouette aussi d’écrire une chanson un peu joyeuse. C’est quelque chose que j’ai toujours eu du mal à faire mais j’ai réussi à faire un petit mixe positif sur celle-ci.

Quel serait le plus important pour toi dans ton métier d’artiste ?

Le partage que ce soit avec le public, les auditeurs ou avec les partenaires professionnels. Pour moi, c’est l’humain qui est le plus important. Dans chaque projet, c’est la sincérité qui prime et qui me touche. Pour moi, la musique est vraiment liée à l’échange et au social.

Quels sont tes prochains projets ? L’album est-il en préparation ?

Déjà, nous allons sortir l’EP à la rentrée ! Nous allons nous concentrer sur cette sortie et en fonction des retours, nous verrons la suite. Si l’EP marche, l’idée est d’attaquer directement l’album. Un quatrième clip est prévu à l’automne et des concerts suivront la sortie de l’EP.

Commenter cet article