Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Cécile Djunga afin d’en apprendre plus sur « Presque Célèbre » !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Cécile Djunga afin d’en apprendre plus sur « Presque Célèbre » !

Comment te présenterais-tu à nos lecteurs ?

Je suis comédienne, humoriste et présentatrice télé. Je suis Belge, d’origines Congo-Angolaises et je suis amoureuse de la France. Je suis un peu touche-à-tout, j’aime la danse, le chant, le théâtre et je mêle tout cela sur scène. Je fais ce métier pour pouvoir donner du bonheur aux gens et qu’ils ressortent de mon spectacle en ayant la patate. J’aime être distributrice d’émotions.

Dirais-tu que « Presque Célèbre » est pour ainsi dire ta biographie sur scène ?

Un peu moins que mon premier spectacle mais c’est complètement mon histoire même s’il y a quelques petites choses qui ont été inventées. Le point de départ de « Presque Célèbre » a vraiment été mon envie de faire du théâtre, les bâtons dans les roues que j’ai pu avoir et toutes les péripéties qui m’ont menée à la télé et l’humour aujourd’hui.

Quel a été le déclic pour monter sur scène avec un spectacle humoristique ?

Comme je le dis dans mon spectacle ; à la base, je voulais vraiment faire du cinéma ; l’humour n’était pas une évidence ; mais je me suis rendu compte que ce les choses que l’on me proposait n’étaient pas très intéressantes ou valorisantes. Je me suis demandé ce que je pourrais faire pour m’en sortir moi-même et surtout pour extérioriser toute cette colère et cette frustration que j’avais. J’ai commencé à écrire des sketchs là-dessus et ça a rapidement bien marché. Me voilà sur scène et maintenant, je me rends compte que c’est une évidence car j’adore faire ça.

Rencontre avec Cécile Djunga afin d’en apprendre plus sur « Presque Célèbre » !

Comment décrirais-tu ton humour ?

On le qualifie souvent de feel good mais c’est un mélange de choses engagées et d’autres plus légères. Il y a un peu de tout dans mon spectacle et c’est toujours fait avec bonhommie et dynamisme. Il y a des gens entre 12 et 90 ans qui viennent voir mon spectacle alors est-ce que mon humour est familial, je ne sais pas. Pour mon prochain spectacle, je pense aller encore plus dans l’humour engagé mais toujours de manière feel good. Sans prétention, j’ai envie de dénoncer des choses et d’éduquer les gens.

Que racontes-tu sur scène ?

Ce spectacle parle beaucoup de tolérance, d’acception de soi, de racisme, de la femme, un peu de la Belgique, d’immigration, de colonisation, de foot…

Tu montres divers talents dans ce seul en scène, aimerais-tu qu’il t’ouvre d’autres portes encore ?

Qui sait, peut-être le cinéma ou la radio…J’aime beaucoup l’impro et j’aimerais bien m’y remettre. Ce spectacle m’a ouvert les portes de La Revue Des Galeries à laquelle je vais participer à la fin de l’année en Belgique. C’est un grand cabaret de music-hall. C’est très cool car la palette de jeu est assez variée.

Rencontre avec Cécile Djunga afin d’en apprendre plus sur « Presque Célèbre » !

Tu parles de racisme et notamment de celui que tu as vécu à la télévision Belge, dirais-tu que c’était la fois de trop ?

J’ai toujours vécu le racisme et je pense que j’ai toujours appris à le gérer mais cette fois-là, c’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. C’était la fois de trop ; la coupe était pleine ; mais cela a servit à ouvrir un débat et donc tant mieux finalement. Ce qui s’est passé avec cette dame qui a appelé à la télévision, ce n’était pas la pire chose qui me soit arrivée, c’était tellement absurde que je l’ai pris avec humour au début mais à un moment donné, je me suis dit que j’avais juste envie de bosser comme tout le monde et qu’on me foutte la paix.

Tu parles un peu de ta famille dans ton seul en scène, quels ont été leurs retours ?

Ma mère connait le spectacle par cœur ; je crois que si un jour, je me casse une jambe, elle viendra jouer le spectacle à ma place (rires). Je pense que ma famille est fière et j’ai énormément de chance car elle m’a toujours soutenue. Ma mère ne m’a jamais dit de ne pas faire du théâtre alors que c’est quand même difficile de laisser sa fille partir à Paris et qu’elle aurait aimé que je sois infirmière comme elle mais elle ne m’a jamais imposé quoi que ce soit. Dans mon éducation et dans la combativité, ma famille m’a toujours dit de faire mon maximum. C’était fait-le mais fait-le bien et jusqu’au bout.

Le passage sur Kirikou est-ce une invention ?

Non, ça part d’une vraie histoire. Pour tout te dire, à la base, mon neveu aimait bien Star Wars, il avait même un sabre laser mais à noël, je lui ai offert des bouquins de Kirikou. Les enfants n’aiment pas forcément recevoir des livres car ils préfèrent les jouets mais il a lu ces bouquins et il a même demandé à avoir les DVDS. Il adore Kirikou, il a voulu être comme lui, il ne voulait plus trop s’habiller et il voulait porter son sabre dans le dos. Ce qui est bien, c’est que ma sœur arrive à lui faire manger des épinards car elle lui dit que s’il veut courir vite comme Kirikou, il doit manger des légumes. Ça m’a tellement fait rire quand elle m’a dit cela que j’en ai écrit un sketch qui aborde l’identification. Il y a peu de superhéros noirs et finalement, il a quitté Star Wars pour Kirikou car il trouvait que ce petit garçon lui ressemblait plus.

Rencontre avec Cécile Djunga afin d’en apprendre plus sur « Presque Célèbre » !

On connait tous le célèbre I Have A Dream de Martin Luther King, quel serait le tien ?

C’est peut-être naïf ; si ce n’est pas pour moi, ça sera peut-être pour mes enfants si j’en ai un jour ; j’espère que l’on arrivera à avoir un monde plus tolérant et plus respectueux dans lequel on arrivera à voir la richesse de la différence plutôt que les problèmes que ça pourrait engendrer. Le monde est vaste mais j’essaie déjà d’appliquer cela à mon entourage.

Une résidence parisienne est-elle prévue prochainement ?

Oui, j’ai présenté mon spectacle en showcase à La Nouvelle Seine en juin et après un vrai rodage à Avignon, je serai de retour pour une programmation hebdomadaire à Paris à la rentrée. Je suis très contente de pouvoir développer ma carrière ici.

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir te découvrir durant le Festival d’Avignon au Théâtre Episcène ?

Une fois, une dame qui a beaucoup aimé ce spectacle a dit qu’il devrait être remboursé par la Sécurité Sociale. Chaque soir, l’homme qui me rejoint sur scène est différent, c’est donc un moment unique de rire et de folie. Nous avons tous besoin de rire alors venez partager un très bon moment !

Commenter cet article