Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec André Bratten à l’occasion de la sortie de « Pax Americana » !

Publié le par Steph Musicnation

(c) Stéphane Nicollet

(c) Stéphane Nicollet

Comment te présenterais-tu à nos lecteurs ?

Je suis Norvégien, je viens d’Oslo et je suis multiinstrumentiste. Je compose, j’arrange et je produis. Je fais tout moi-même.

Comment a commencé ton histoire avec la musique ?

Je me rappelle que j’aimais chercher ce qu’il y avait dans les disques de mes parents afin d’y trouver mon bonheur et également que nous avions un vieux Gramophone qui avait appartenu à mon grand-père, nous écoutions des vinyles dessus et c’étaient des moments magiques.

De quel instrument as-tu appris à jouer en premier ?

Mon père m’a appris à jouer de la guitare de manière Folk.

As-tu toujours évolué dans la musique électronique ?

Non, j’ai joué dans différents groupes. J’ai participé à des projets Punk-Rock, Jazz et Metal quand j’étais plus jeune. Quand on fait partie d’un groupe, c’est compliqué d’être toujours d’accord avec les autres membres et au bout d’un moment, j’en ai eu marre de toujours devoir argumenter et j’ai commencé à faire ma propre musique ; sans groupe ; seulement avec mon ordinateur.

(c) Stéphane Nicollet

(c) Stéphane Nicollet

Peux-tu nous expliquer le titre de ton nouveau disque ?

« Pax Americana » a quelque chose de nostalgique. Il y a une notion de déclin dans ce terme. Rien n’est plus comme avant.

Ta musique est instrumentale mais quel « message » véhicule-t-elle sur « Pax Americana » ?

Je ne sais pas car à vrai dire, le message appartient à celui qui écoute ; j’essaie de ne pas donner aux autres ma propre opinion afin qu’ils puissent expérimenter librement ce dont ils ont envie. Pour moi, ce disque est une collection de morceaux qui reflètent l’époque dans laquelle nous vivons.

Tu as fait une collaboration vocale avec Susanne Sundfor sur « Cascade Of Events » qui était présent sur « Gode », penses-tu mettre des paroles sur tes morceaux à l’avenir ?

Oui et je collaborerais de nouveaux avec des interprètes. Peut-être que je retravaillerais avec Susanne à l’avenir sur différents projets mais pour l’instant, ce n’est pas prévu. C’est très plaisant de travailler avec des artistes aussi talentueux qu’elle.

Te verrais-tu chanter toi-même ?

Non, pas vraiment même si je l’ai déjà fait mais de façon conceptuelle.

(c) Stéphane Nicollet

(c) Stéphane Nicollet

Comment décrirais-tu ton univers ?

La plupart du temps, j’imagine ma musique comme étant un grand paysage solitaire et ce n’est pas parce que je lui suis moi-même, c’est juste que quand j’écoute de la musique, c’est ce que je recherche en tant qu’auditeur. La musique que j’affectionne et que j’espère faire est bien plus vaste que de la Techno. C’est quelque chose qui est en constante évolution.

Où aimerais-tu jouer « Pax Americana » afin que ce disque puisse prendre toute sa dimension ?

Dans des petits clubs, des grands festivals, en plein air…Qu’importe, ce sera toujours fun. C’est toujours cool de voir comment les gens réagissent à ta musique.

Tes influences musicales sont-elles nécessairement électroniques ?

Non car je pense que tout est intéressant. Je trouve des choses à écouter dans tous les genres musicaux.

De quoi « Pax Americana » pourrait-il être l’illustration ?

Peut-être des images de nature ou quelque chose d’urbain…Pourquoi pas la combinaison des deux.

Commenter cet article