Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvailles avec Brune à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

Publié le par Steph Musicnation

(c)Slam Photography - Warrior Records

(c)Slam Photography - Warrior Records

Qui est ce sombre animal qui donne son nom à ton nouvel album ?

C’est moi ! Ce sombre animal représente mon côté sauvage dans le sens où quand on sort, on porte souvent des masques et je trouve cela difficile. Je dois dire que je suis une grande timide, je n’aime pas trop sortir et j’avoue être très bien chez moi. Cet animal est sombre car je me pose beaucoup de questions sur notre existence et comme je suis maman depuis peu de temps, je me pose d’autres questions encore sur le sens de la vie.

L’adjectif sombre définit-il ton nouvel opus ?

Oui, ça définit bien ce disque qui est mélancolique mais toujours dans l’énergie. Je suis quelqu’un de mélancolique mais pas uniquement car j’aime beaucoup rigoler mais quand la nuit arrive, ça me met assez souvent dans une certaine nostalgie et j’écris alors des chansons.

Quelle couleur donnerais-tu à ce disque ?

Rouge ! D’ailleurs, nous avons failli appeler l’album « Je Vois Rouge » qui est le titre de l’une des chansons. Pourquoi le rouge ? Parce que dans ce disque, je parle beaucoup de frustration dans le fait de voir rouge sur certaines situations et je parle également beaucoup d’amour. Le rouge est ma couleur préférée.

Tu parles d’amour sur ton nouvel album mais de quelle façon ?

Dans un premier temps, je parle d’amour amoureux et de façon moins naïve que sur mon premier disque. Je me demande comment faire pour que l’amour dure longtemps, comment faire pour que le lien ne se casse pas. Ce disque parle également d’amour parental et familial car comme sur mon précédent album, j’y parle de mon père.

Retrouvailles avec Brune à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

Quelles ont été tes envies artistiques sur « Sombre Animal » ?

J’avais envie de regrouper les styles que j’aime qui sont la Pop, le Rock et l’Electro. J’ai la chance d’avoir Valentin qui est mon compagnon et mon réalisateur qui bosse sur mes titres. Nous nous comprenons très bien et dès qu’il me propose quelque chose, j’aime généralement car nous avons les mêmes goûts. Quand je lui présente un titre en guitare-voix, il a la vision globale de la chanson et c’est ce que j’aime chez lui. Il a vraiment réussi à mélanger ces trois styles que j’affectionne sur « Sombre Animal ». Par ailleurs, je ne pourrai pas faire un album que de Pop ou que de Rock car je n’ai pas la voix pour même si je rêverai d’avoir une voix éraillée et l’Electro, ce n’est pas que moi non plus.

Quand nous nous étions rencontrés à l’automne 2017, tu étais en pleine recherche de label ; qu’est-ce qui a fait que tu ais signé chez Warrior Records ?

Cela a été un peu le parcours du combattant. J’ai failli signer par deux fois dans deux autres maisons de disques, j’avais les contrats mais ça ne s’est pas fait. Je me dis que chaque chose est à sa place et que les choses arrivent si elles doivent arriver. Comme je me fie beaucoup à mon instinct, j’ai refusé des choses et cela a retardé la sortie de cet album. Rachel qui est ma manageuse connaissait Warrior Records et ils ont été partants pour sortir ce disque qui était prêt depuis un certain temps à un moment où j’étais prête à arrêter car ça ne menait à rien. Ça a été mon petit miracle à moi !

Quel titre de « Sombre Animal » te verrais-tu adapter en duo et à qui penserais-tu ?

Je pense que « Fil de Fer » pourrait être adaptée en duo car cette chanson parle de questionnements sur la relation amoureuse. Comme je pose des questions à l’autre en lui demandant notamment s’il est vraiment heureux, il pourrait y avoir des réponses. En France, j’aime beaucoup Benjamin Biolay alors s’il est partant pour chanter avec moi, je veux bien !

Je trouve qu’il y a quelque chose de très Anglo-saxon dans ta musique alors que tu chantes en français, comment l’expliquerais-tu ?

Nous en parlions récemment avec Val et c’est marrant que tu me dises cela…Je songe de plus en plus à aller faire écouter cet album ailleurs qu’en France. Les références que nous avons avec Val ne sont pas françaises et cela doit jouer. Je crois que les choses qui sortent en France aujourd’hui ne sont pas produites comme les chansons de « Sombre Animal », nous ne sommes pas très à la mode par rapport à des artistes comme Angèle ou Eddy de Pretto et je ne pourrai pas m’inscrire là-dedans car ce n’est pas moi. J’ai écouté du Rock dans les années 90 et je tends vers la musique que j’ai écoutée. Même s’il y a des boucles et des sons électroniques, j’ai besoin de vrais instruments.

(c)Slam Photography - Warrior Records

(c)Slam Photography - Warrior Records

L’un des tes nouveaux titres s’intitule « Je Vois Rouge » ; qu’est-ce qui te fait perdre ton calme dans la vie de tous les jours ?

Les gens malpolis, ceux qui grillent les feux rouges, la pollution, le fait que l’on nous fasse manger de la merde, les gens faux-culs…il y a plein de choses comme celles-ci. Je crois que plus je vieillis, plus il y a de choses qui m’énervent ; je ne sais pas si c’est dû à l’âge.

Pour reprendre le titre de l’un de tes autres morceaux, as-tu longtemps rêvé que l’on t’applaudisse ?

Oui et je me souviens même qu’à l’époque où je partageais ma chambre avec ma sœur, à partir de mes 14 ans, je me cachais sous ma couette avec une lampe de poche et j’écrivais des textes. En m’endormant, je m’imaginais sur scène avec plein de gens. Je pense que depuis mon adolescence, je rêve que l’on m’applaudisse. A 17 ans, j’ai dit à ma mère que je voulais être chanteuse, elle m’a dit pas question et 30 ans après, on y est toujours ! Cependant, ce titre est plus une moquerie par rapport aux poseuses sur Instagram car je ne comprends pas cette mode.

« Sombre Animal » marque ton retour en solo après pas mal d’années, as-tu déjà commencer à écrire ton prochain album ?

J’y songe. Effectivement, j’aimerais bien ne pas attendre autant de temps pour mon troisième disque ; d’autant plus que j’ai déjà des chansons sous le coude.

Commenter cet article