Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec T-Moon à l’occasion de la sortie de son premier EP !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec T-Moon à l’occasion de la sortie de son premier EP !

Comment te présenterais-tu à nos lecteurs ?

Je m’appelle Réda, j’ai 28 ans et je viens du Val d’Oise. J’ai quasiment toujours fait de la musique et j’ai eu un parcours éclectique ; je suis passé par des groupes de Rock et de Metal avant d’avoir l’idée de lancer ce projet Electro afin de me retrouver un peu tout seul à l’intérieur. J’ai essayé d’endosser la casquette de producteur complet pour T-Moon. Je joue de la guitare, je travaille avec des machines, je compose, j’essaie de poser des voix parfois, je fais pas mal de mixage et j’essaie d’avoir la main également sur la vidéo.

Pourquoi as-tu choisi T-Moon comme nom de scène ?

Je voulais représenter un côté assez astral, élevé et planant et donc l’image de la lune a été une évidence. Le T a une signification puisque c’est l’initiale du mot Twilight qui m’intéressait d’un point poétique. C’est très imagé mais je dois avouer que l’espace est l’une de mes passions.

Portais-tu en toi ce projet musical depuis longtemps ?

Je pense que oui car finalement, T-Moon est le mélange de toutes mes influences. Je n’avais pas pensé faire de l’Electro auparavant jusqu’à ce que la musique évolue. Je me suis dit que les machines allaient peut-être m’aider à relier toutes mes casquettes ; que ce soit celles de pianiste, de guitariste, de batteur et avoir la possibilité de coupler tous ces styles et ces instruments au sein d’un même projet grâce à l’Electro. En tout cas, cela fait longtemps que je voulais être seul sur un projet.

Rencontre avec T-Moon à l’occasion de la sortie de son premier EP !

Comment décrirais-tu ton univers ?

Globalement, mon univers est mélancolique et planant. Tout ce qui a trait à la tristesse et à la mélancolie me fait vibrer et je pense que cela vient de la musique que j’ai toujours aimé écouter et qui est Dark. Émotionnellement et musicalement parlant, c’est plus intéressant pour moi de m’exprimer sur une émotion plus forte que la joie et j’y arrive mieux dans la mélancolie.

Était-ce une évidence pour toi de t’exprimer en anglais ? Cela vient-il de tes influences musicales ?

Oui, l’anglais était une évidence car j’ai vraiment du mal à voir l’Electro en français ; je trouve que ça coule beaucoup plus en anglais qui est une langue musicale. Le français est plus littéraire, c’est très bien d’avoir plus de profondeur dans les textes mais je préfère avoir un texte peut-être plus léger et plus musical pour coller au style. Par ailleurs, c’est vrai que toutes mes influences sont anglophones.

De quoi parlent tes morceaux ?

Les thèmes sont assez universels mais j’essaie d’en parler de façon triste. Je peux parler d’amour ou d’amitié mais en allant dans la rupture, de la mort, de sujets sensibles…Les thèmes sont globalement assez Dark.

©Christian Lambin

©Christian Lambin

Quel rapport as-tu à l’image pour illustrer tes titres ?

Toute cette première année a été une année de présentation pour moi et je voulais que chaque titre soit représenté en images. En général, je construis une musique et les images me viennent. Cela peut être aussi en fonction de l’engouement du morceau, si je vois qu’il est plus entrainant, je vais aller vers quelque chose qui a trait à la danse.

Peux-tu nous parler de ton prochain clip ?

Le clip de « Before You Die » qui est extrait de l’EP sortira le 1er avril. Il a été tourné en noir et blanc en studio avec plusieurs intervenants dont un chansigneur et un enfant. Le but du clip est d’exprimer la musique avec tous les moyens de communication possibles. Ce clip est très sobre mais je suis très content du résultat.

Il me semble que tu es allé récemment en Islande pour une vidéo également…

Oui et c’était costaud. Ce clip sortira en septembre et comme c’est un gros projet, j’ai besoin de temps. Le public m’a aidé à le réaliser grâce à un crowdfunding.

©Christian Lambin

©Christian Lambin

Que signifie pour toi ton premier EP ?

C’est une présentation, une carte de visite, ce premier EP me permet de marquer le coup. Avec ce projet, je vais essayer de fonctionner par année. Ce disque est vraiment du Homemade. J’ai tout fait de mes mains.

A quoi ressemble T-Moon en live ?

Même si c’est encore beaucoup de travail à développer, T-Moon en live, c’est de l’audiovisuel. Mon but est de montrer à la fois de la musique et un univers visuel derrière qui correspond au titre. Sur scène, je suis entouré de machine, j’assure le mixe, le jeu de la guitare et les vidéos.

Travailles-tu déjà activement sur la suite de tes aventures musicales ?

« Even If » mon premier EP est quasiment du passé pour moi car je suis déjà passé à autre chose dans ma tête. De futurs titres et de futurs clips sont déjà en production mais ils ne sortiront que fin 2019/début 2020. Je vais continuer de collaborer avec Jalessi qui interprète déjà plusieurs titres de l’EP.

Commenter cet article