Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Denize à quelques jours de la sortie de son premier EP !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Chloé Jacquet

Photo Chloé Jacquet

Comment te présenterais-tu à nos lecteurs ?

Bonjour, je suis Denize, auteure, compositrice. Je joue du violon et chante depuis à peu près toujours et mes premiers titres sortiront sous la forme d’un EP le 29 Mars. J’ai vraiment hâte de les partager avec vous.

Quels ont été te premiers pas dans la musique ?

Je suis née dans une famille de musiciens, et donc j’ai commencé le violon très tôt, d’abord avec mon oncle puisque j’étais trop petite pour entrer au conservatoire puis j’ai suivi une formation classique et ensuite une formation spécialisée « musiques actuelles » au conservatoire de Paris.

Quel est l’atmosphère d’« Aube » ton premier EP ?

L’atmosphère est à la fois imprégnée de douceur et d’étrangeté, d’électro et d’instruments acoustiques. Les sujets que j’aborde sont très personnels, très intimes mais ils sont assez ouverts pour parler à beaucoup de gens je crois.

Photo Chloé Jacquet

Photo Chloé Jacquet

L’as-tu baptisé ainsi car tu es à l’aube de ton histoire musicale ?

J’aime bien l’expression demain il fera jour que l’on m’a beaucoup répétée quand j’étais petite car je faisais beaucoup de cauchemars la nuit. Je comprends mieux ce qu’elle signifie aujourd’hui, elle est pleine d’espoir, de réconfort, et symbolise le début de quelque chose de nouveau.

De quoi parles-tu sur ce premier rendez-vous musical ?

Je parle d’amour, comme tout le monde, de départ, de sentiments confus et destructeurs, de danse… tout en restant je l’espère sur le fil de la mélancolie jolie et non dans le larmoiement.

Peux-tu nous parler du clip illustrant « Hier Est Loin » en explicitant sa symbolique ?

J’ai écrit ce morceau sur un thème bien particulier, que je ne révélerai pas pour que chacun puisse y voir ce qu’il veut, mais le mouvement dans l’espace, l’acte de ne pas rester immobile, marcher et danser, symbolise ce que j’ai voulu dire dans la chanson. C’est pour cela qu’il y a des plans de marche et que nous avons fait appel à des danseurs. J’ai moi-même pratiqué la danse à haut niveau, c’est pour cela que j’aime l’allier à ma musique. C’était donc très important pour moi que le corps entre en jeu dans ce clip (réalisé par Aurèle Lavalle et tourné près du Havre dans la forêt de Brotonne, sur le port du Havre et sur la plage de Saint-Jouin-Bruneval, avec les danseurs Nina Chati et Forge Ioaspirit).

Photo Mickael Liblin

Photo Mickael Liblin

Où puises-tu généralement ton inspiration ?

Pour les textes, je m’appuie beaucoup sur la littérature et la poésie. J’ai un petit carnet dans lequel je note des mots, des tournures de phrase, des expressions… que j’entends dans la vie de tous les jours ou que je lis et qui me plaisent sans raison particulière. Lorsque j’écris une chanson et que je bloque sur une phrase ou un thème, je sors mon petit carnet et me nourris de ces notes là, ça m’aide (parfois).

Que trouve-t-on dans tes références musicales ?

Mon enfance a été baignée de musique classique, j’allais aux répétitions d’orchestre de mon père, au cours de piano de ma mère, aux concerts etc.. puis j’ai découvert la radio : Nostalgie (petite j’étais accro à Nostalgie ne me demandez pas pourquoi), Skyrock, Europe 2… et donc le rap, le rock puis la chanson. Si je devais choisir un groupe qui a marqué mon adolescence, ce serait Radiohead, puis je me suis beaucoup inspirée de femmes telles que PJ Harvey, Lhasa, Camille, Bjork, Barbara etc…

Aimerais-tu à l’avenir développer d’autres casquettes dans le domaine artistique ?

Oui, mélanger les arts est important pour moi. Je suis très ouverte à la peinture,aux arts numériques, la vidéo…et j’aime le travail d’équipe. Peut-être à l’avenir, j’essaierai de me servir plus de mes compétences en danse…

Photo Mickael Liblin

Photo Mickael Liblin

Te verrais-tu lier la musique à l’image ?

J’ai déjà beaucoup composé de musique pour le théâtre ou pour des lectures musicales. J’ai pu voir comment les comédiens travaillent, et aussi comment intégrer au mieux la musique à un texte, ou une action, en les renforçant, en y répondant.  J’ai intégré quelques compagnies ponctuellement en Normandie avec lesquelles j’adorerais collaborer à nouveau. J’ai donc déjà un petit lien avec le théâtre et la littérature, pourquoi pas le cinéma un jour, ce serait le rêve !

Ton EP a-t-il déjà vécu en live avant sa sortie ?

Le live a été crée plusieurs mois après l’enregistrement de mon EP c’est à dire en octobre dernier et nous le travaillons toujours, avec différentes formules. Une acoustique avec un ou deux violoncellistes, qui offre une performance assez intime et très douce, une autre version réduite, à deux ou trois, (guitare/spds/violon/voix) et une dernière, à quatre, qui se rapproche fortement de l’EP.  Cela a été très agréable de faire ces premiers concerts et d’autres arrivent !

La suite est-elle déjà écrite ?

Non, j’espère qu’il y aura plein de surprises ! Elle peut s’écrire de différentes manières. Soit je reste en autoproduction, soit quelqu’un décide de m’aider à faire avancer le projet. On a toujours besoin de petits coups de pouce dans ce milieu, seul on rame un peu plus, mais dans tous les cas je continuerai toujours à avancer. Je suis retournée récemment en studio pour enregistrer de nouvelles chansons...

Commenter cet article