Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec Kadebostany afin d’en apprendre plus « Monumental » son nouvel album !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Sophie Brasey

Photo Sophie Brasey

Comment présenterais-tu Kadebostany à nos lecteurs ?

Tout d’abord, je te dirais que j’ai 40 000 idées à la seconde aussi bien musicalement que visuellement parlant. Avant, j’avais déjà une carrière solo qui me faisait voyager un peu partout dans le monde. Je faisais plutôt de la musique électronique et j’avais envie d’aller plus loin mais pas forcément en allant dans un groupe. J’ai toujours été intéressé par trop de choses pour me restreindre dans un groupe, j’ai pris du temps pour réfléchir et j’ai décidé de créer un pays. Kadesbostany est un endroit où je peux canaliser toutes mes idées mais en même les frontières de ce pays sont assez vastes pour justement me permettre de faire ce que je veux. L’idée de ce pays est arrivée il y a à peu près dix ans. En ce qui concerne la scène, j’avais vraiment envie de présenter un spectacle et la République de Kadesbostany me permet de faire cela car visuellement, nous avons un uniforme, c’est travaillé. Kadebostany me permet d’être très libre mais aussi d’être concis et efficace.

Que s’est-il passé pour Kadebostany depuis la parution de « Pop Collection » en 2013 ?

Tellement de voyages ! Je pensais avoir déjà beaucoup voyagé pour le premier album mais cela a été encore plus incroyable pour le second. Il s’est passé beaucoup de choses, Kadebostany s’est développé petit à petit sur plein de territoires différents et il y a eu bien sûr la composition du troisième album qui m’a pris 3 ou 4 ans car je fais tout en même temps, les tournées et le studio. Je dois avouer que je suis un peu workaholic. Pendant ce laps de temps entre 2013 et 2018, j’ai énormément appris et notamment sur la façon de structurer les morceaux.

« Monumental » ton nouvel album témoigne-t-il d’une évolution musicale ?

Musicalement, je ne me mets pas de limites et chacun de mes albums possède un thème particulier. Le premier « Songs From Kadebostany » présentait un peu plus le folklore, « Pop Collection » était comme son nom l’indique une collection de hits Pop et « Monumental » représente pour moi l’envie de faire quelque chose de puissant. Conceptuellement, j’ai un peu plus d’expérience et j’ai quelque peu affiné mon propos. J’ai décidé de ne plus me coller une étiquette, « Monumental » est le mélange de tellement de choses que c’est un peu un best of.

Photo Benoit Jeannet

Photo Benoit Jeannet

Comment s’est fait le choix des interprètes de tes chansons ?

Au coup de cœur ! Je cherche beaucoup sur Internet car j’aime bien découvrir des groupes ou des vocalistes. Je leur écris tout simplement par mail et il y a des bonnes et des moins bonnes surprises car ça m’est arrivé d’aller enregistrer en studio avec des personnes insupportables…Il y a des gens avec des égos surdimensionnés mais le morceau est bien sorti et il y a des personnes qui ont été incroyables et avec qui je continue de collaborer. Je pars notamment en tournée avec Kristina une jeune artiste originaire de Russie avec qui j’ai travaillé sur le disque et ça a été une évidence de lui proposer les concerts car elle assure aussi bien en studio qu’en live et ce n’est pas tout le monde qui peut le faire. Kristina me montre tous les jours que j’ai de la chance qu’elle ait accepté de bosser avec Kadebostany.

De quoi parlent les morceaux de « Monumental » ?

J’aime bien orienter les thèmes mais ce n’est moi qui écris les textes des chansons de Kadebostany, ce sont les interprètes des morceaux. J’envoie ma composition, je dis un peu ce que j’ai en tête, cela peut partir d’une phrase et après l’interprète va développer selon ses envies. Je te dirais que les thèmes restent universels sur « Monumental ». Sur cet album, il est notamment question d’amour et de la perte de quelqu’un. Je ne cherche pas à me dérober mais très souvent dans les meilleurs morceaux, la personne qui écrit à une certaine idée de ce qu’elle veut raconter et la personne qui écoute s’en fait une autre.

Y-a-t-il un fil rouge sur ce disque ?

C’est intéressant comme question car je pense qu’il y en a de manière instinctive. Je sais où je veux aller mais pour arriver à ce but, je me perds volontairement. D’un point de vue de la cohérence, je ne la cherche pas à tout prix mais j’ai l’impression qu’il y a des harmonies qui me touchent, une manière de produire qui m’est propre et une « marque de fabrique ». Dans l’acte de composer, je recherche la magie et donc quelque chose qui n’est pas explicable. Il faut savoir ne pas se soucier d’un fil rouge et le découvrir à la fin.

Photo Sophie Brasey

Photo Sophie Brasey

Quel morceau de « Monumental » te touche le plus et pourquoi ?

J’aime tous les morceaux et la réponse politiquement correcte devrait être « Mind If I Stay » car c’est un single mais à vrai dire, j’aime beaucoup « Cathedral ». C’est un morceau qui est un peu hors cadre. Pour ce titre, j’ai collaboré avec Katie Wallace qui vit au Texas et je ne l’ai rencontrée que par Internet. J’aime beaucoup son énergie. « Cathedral » est un moment assez magique et suspendu car ce titre est constitué de plein d’assemblages de voix qu’elle m’avait fait. 

Comment nous parlerais-tu de la seconde vie de « Castle In The Snow » ?

Moi, je dirais qu’à un moment donné, il faut rendre à César ce qui lui appartient. Dans la matinée avant cette interview, nous étions à la radio, nous avons joué « Castle In The Snow » et quelqu’un nous a dit que c’était une reprise alors que non, la version originale est de Kadebostany, The Avener a simplement fait un remix du titre. La seconde vie de ce morceau a été quand même une belle opportunité d’emmener la musique de Kadebostany dans d’autres sphères et de la présenter à un public plus large mais j’ai eu l’impression qu’il y a eu des oublis parfois dans les intitulés des grandes émissions en France où le nom de Kadebostany disparaissait. Je ne cherche pas la polémique, je suis content de ce remix fait par The Avener mais cela reste un rework. 

D’après toi, qu’est-ce qui ressortirait le plus dans l’univers de Kadebostany ?

Il y a ce que j’aimerais et ce que les gens ressentent et c’est différent (rires). J’aimerais que l’on ressente une certaine liberté dans le propos et dans la créativité et je pense que les gens ressentent une sorte de côté ovni que l’on n’arrive pas forcément à classer. En tant qu’auditeur ou spectateur, j’aime bien entendre ou voir des choses que je ne comprends pas tout de suite car j’aime bien les zones floues.

Photo Benoit Jeannet

Photo Benoit Jeannet

Peux-tu nous en dire plus sur le scénario du clip illustrant « Save Me » ?

Ce clip était prédestiné à un autre titre et il a été tourné en Suisse trois ans avant la sortie de « Save Me ». Le clip n’a pas joué pour le titre en question à cause d’une question de planning et c’est devenu un peu un running gag entre nous. Nous avons essayé le clip sur plusieurs morceaux mais ça ne marchait jamais jusqu’à « Save Me ». Le rythme était parfait mais Il a fallu faire quelques petits ajustements. L’histoire qui se passe entre les deux héroïnes est un peu floue et nous ne voulions pas d’une cavalcade trop scénarisée pour ce morceau qui a un sens. Il ne fallait pas que le clip prenne le dessus sur le morceau mais il y avait une envie esthétique sur ce titre qui me tient à cœur.  

Quels sont tes prochains projets ?

Nous serons en concert en France à partir de la fin janvier à Épinal, Lyon, Paris le 31 janvier à La Maroquinerie, Lille et Marseille et la tournée se prolongera partout dans le monde car nous allons aller au Brésil, en Chine et en Russie où nous allons faire une dizaine de villes. Nous allons continuer notre tournée promotionnelle des médias afin de présenter « Monumental » et un nouvel extrait sortira bientôt. Je travaille déjà sur le quatrième album et j’aimerais qu’il puisse sortir rapidement.

Commenter cet article