Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec l’humoriste Pauline Cartoon afin d’en apprendre plus sur cette « Super Girl » !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Jean Luc Drion

Photo Jean Luc Drion

Comment te présenterais-tu à nos lecteurs ?

Je suis humoriste, fantaisiste, chanteuse et je suis originaire de Bordeaux.           

Incarnes-tu un personnage dans « Super Girl » ou est-ce beaucoup toi au quotidien ?

Le personnage principal de « Super Girl » est Pauline la célibattante qui recherche enfin le grand amour ; elle en a marre du célibat et elle rêve encore du prince charmant malgré ses grandes années (rires). On peut retrouver des petites facettes de moi dans les autres personnages ou de personnes que j’ai pu rencontrer dans la vie.

De quoi parles-tu dans ce one ?

Je parle de la recherche du grand amour à l’ère d’Internet, des réseaux sociaux et du 2.0. Je dénonce un peu l’émergence de tous ces sites de rencontre sur le Net en me demandant si c’est vraiment la solution car on y ment souvent en enjolivant la réalité pour rencontrer l’autre mais est-ce que l’on se rencontre réellement…

Rencontre avec l’humoriste Pauline Cartoon afin d’en apprendre plus sur cette « Super Girl » !

Comment décrirais-tu l’univers de ton spectacle ?

C’est de la fantaisie, du sketch’up ; un mélange de stand up et de personnages. J’ai voulu un spectacle qui puisse ressembler soit à une comédie soit à un seul en scène car il y a un début et une fin et j’y tenais tout comme le côté music-hall. J’aime bien quand c’est universel et intemporel car il y a des spectacles très ciblés qui vieillissent mal. Pour ma part, j’aime bien avoir un univers un peu onirique et comédie musicale car j’aime quand c’est polymorphe.

Que mettrais-tu en avant dans « Super Girl » ?

Je mettrais en avant le message que je souhaite véhiculer au travers de spectacle, c'est à dire que c’est bien de rester soi-même finalement. Dans ce spectacle, je délivre également un petit message sur l’authenticité. Mon personnage est rond car je le suis dans la vie ; pourquoi ne pas s’aimer tel que l’on est dans cette société qui cherche toujours un peu à nous changer. Après 40 ou 50 ans, les hommes et les femmes peuvent se trouver beaux et de la même façon, quand je vais au cinéma, j’aime être séduite par des films qui nous montrent des personnages que l’on pourrait rencontrer dans la vie et c’est ce que j’avais envie de montrer dans mon spectacle. Au lieu de mettre des filtres sur notre réalité, montrons-nous tels que nous sommes et le plus beau reste à venir.

Aurais-tu un passage préféré ?

J’aime bien le passage sur ma grand-mère. Je l’ai joué en Tunisie et un peu partout en France et je suis à chaque fois émue par le retour des spectateurs toutes origines et sexualité confondues qui me disent qu’elle leur rappelle leur grand-mère. Ça me touche car c’est vraiment ma grand-mère dans la vraie vie même si je l’ai un peu polissonnée.

Rencontre avec l’humoriste Pauline Cartoon afin d’en apprendre plus sur cette « Super Girl » !

T’es-tu toujours imaginée sur scène et dans l’humour ?

C’est très étonnant mais oui car quand j’étais petite, j’étais très timide mais dès qu’il y avait une scène, je montais dessus et je me projetais déjà devant un public. D’où ça me vient, je ne le sais pas mais dès que j’étais sur scène, je me sentais bien.

Chantes-tu réellement en parallèle au théâtre ?

J’ai pris beaucoup de cours de chant, je suis passionné par ça et je vais voir de plus en plus de comédiens-chanteurs ou des spectacles de chant et de danse même si je suis une très mauvaise danseuse. Il y de très bonnes émissions de danse à la télé et je me dis qu’à travers cet art et le chant, on a presque plus besoin d’écrire des choses pour faire passer des messages par le corps et par la voix.

Tu n’as donc pas donné de cours de chant comme ton personnage dans ton spectacle ?

Si, j’en ai donné à des enfants, il y a deux-trois ans et si on me le proposait de nouveau, je le referai. Dans le spectacle, je dis le contraire mais j’adore les enfants et je trouve qu’ils ont beaucoup à nous apporter. Les enfants de 5 à 7 ans ne sont pas encore attrapés par la société, ils sont encore dans la pureté et parfois, quand ils disent les choses, ça fait mal et il faut s’accrocher (rires).

Photo Elgag

Photo Elgag

Dans mon article te concernant, j’ai parlé de Jacqueline Maillan et des Vamps, sont-elles des références pour toi ?

Oui, tu tapes juste ! J’étais une fan absolue des Vamps quand j’étais petite. Je les trouvais fascinantes. Il y avait énormément d’humanité dans ce qu’elles faisaient. C’était à la fois cruel, très drôle et pathétique. Elles montraient une certaine France et Les Bodins ont repris le flambeau. Les Vamps font partie des spectacles universels dont je te parlais. Quant à Jacqueline Maillan, on m’a toujours comparée à elle depuis mon plus jeune âge. J’ai découvert cette grande dame du rire il n’y a pas si longtemps et j’ai eu un coup de cœur. Pour moi, c’est la Queen de l’humour et elle est irremplaçable. Quand on me compare à elle, ne serait-ce qu’un tout petit peu, c’est une sacrée émotion.

Aimerais-tu décliner « Super Girl » sur le Web ?

J’aimerais bien. J’ai des petites idées qui me viennent par rapport à « Super Girl » sur d’autres thématiques. Si des producteurs me lisent, pourquoi pas…

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir te découvrir tous les vendredis à 20h à La Boite A Rires ?

Je les inviterais à regarder dans un premier temps « La Minute Croqueuse » car on retrouve bien mon humour dans ces petites vidéos un peu décalées. On retrouve dans ce format court mon message aimez-vous tels que vous êtes. Venez voir ensuite « Super Girl » qui est un spectacle sur le grand amour dans lequel je me moque du célibat et dans lequel je recherche le prince charmant. Je pense que beaucoup de gens peuvent s’y retrouver car j’y parle des copines, de la famille, des love coachs, et de mes aventures amoureuses un peu calamiteuses.

Commenter cet article