Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Viktor Vincent vous présente son nouveau spectacle intitulé « Les Liens Invisibles » !

Publié le par Steph Musicnation

©Lisa Lesourd

©Lisa Lesourd

Quelle serait votre définition d’un mentaliste ?

Un mentaliste est une personne qui va utiliser un mélange de chose rationnelles pour faire des choses qui semblent irrationnelles. Pour se faire, il va mélanger astuce, illusion, suggestion, psychologie, calcul et plein de choses comme celles-là afin de créer l’illusion d’un sixième sens.

Comment nous présenteriez-vous « Les Liens Invisibles » votre nouveau spectacle ?

« Les Liens Invisibles » est avant tout un spectacle familial que j’ai voulu rassembleur et ultra positif. En sortant de ce spectacle, je veux que les gens se sentent importants, reboostés et pleins de bonnes énergies. Pour cela, je vais parler des liens qui existent entre les destins qui sont tous importants et qui participent à quelque chose de plus énorme que nous. Pour raconter cette histoire et pour montrer que nos destins sont liés, on voyage beaucoup. Au début du spectacle, grâce à trois histoires, on part en Ukraine, aux Etats-Unis et en France mais on remonte aussi le temps en partant à l’époque de Robert Houdin au 19ème siècle.

©Lisa Lesourd

©Lisa Lesourd

Quel a été le déclic pour vous lancer dans une carrière dans le monde de l’illusion ?

A l’origine, je voulais être réalisateur pour cinéma mais l’illusion m’a toujours passionné. Je ne dirais pas que c’est le même métier mais nous racontons des histoires aussi, on s’arrange avec la réalité pour lui faire dire certaines choses. Le mentalisme était un violon d’Ingres et je me suis dit pourquoi ne pas le mettre en scène moi-même et je l’ai fait de manière assez naturelle. Cela a bien marché, j’y ai pris beaucoup de plaisir et je suis resté dans ce domaine-là. Peut-être qu’un jour, j’essaierai de faire un film, nous verrons bien…

« Les Liens Invisibles » est-il un spectacle autobiographique ?

Il y a des choses très personnelles dans ce spectacle même si je ne parle pas de moi. Dans « Les Liens Invisibles », je parle de choses que je peux vivre et qui peuvent trouver une résonance chez les personnes qui regardent le spectacle. Il y a une part autobiographique mais ce n’est pas un spectacle sur moi car je veux parler des gens avant de parler de moi.

Qu’est-ce qui fait l’originalité de ce spectacle selon vous ?

En fait, c’est très rare que les histoires prennent autant de place dans un spectacle d’illusion. J’ai essayé d’imaginer ce spectacle pour qu’il aille au-delà de l’illusion afin que ceux qui n’aiment pas cela puissent y trouver leur compte aussi, que ceux qui ont envie de comprendre comment ça marche puissent se torturer l’esprit et que ceux qui ne veulent pas savoir puissent se laisser aller dans une histoire, une ambiance et des tableaux. C’est un spectacle familial qui n’est ni là pour faire peur, ni pour énerver, il est juste là pour rassembler. Je trouve cet angle assez nouveau et intéressant car la plupart du temps, on pense que la magie ou l’illusion sont des choses faites pour les enfants. Dans ce spectacle, la magie est un outil tout comme la mise la scène, les vidéos, la musique, la lumière ou la magie du scénario.

©Lisa Lesourd

©Lisa Lesourd

Un public réceptif et participatif est-il la clé d’une représentation réussie ?

Il est vrai que je fais monter des gens sur scène mais je tiens à préciser que je suis toujours bienveillant avec eux. Je ne me joue pas d’eux, je joue avec eux et comme je leur demande gentiment de jouer avec moi, généralement ils le font et cela se passe bien. J’aime cette échange-là. Je ne force jamais les gens qui n’ont pas envie de monter sur scène, je ne me moque jamais de personne et je mets en valeur les personnes qui me rejoignent sur scène. Je reçois ces personnes comme chez moi et quand je reçois des amis chez moi, je veux qu’ils se sentent bien !

Quel « tour » vous demande le plus de travail ?

Je dois avouer que je n’ai pas l’impression de travailler car je fais ce que j’aime. Je dirais que ce n’est pas du travail mais de la concentration et tout requiert de la concentration. J’essaie de me relier aux autres en faisant attention à ce qu’ils me disent, il faut être toujours dans l’écoute et cela demande une grande attention surtout quand on a beaucoup de choses à faire. Faire attention aux spectateurs me demande beaucoup d’énergie car sans eux, je ne peux rien faire mais c’est beaucoup de plaisir aussi.

 

©Lisa Lesourd

©Lisa Lesourd

Que vous dit le plus souvent le public à la fin de votre spectacle ?

Tous les soirs, je vais dire au revoir aux spectateurs, je leur sers la main et j’aime discuter avec eux. Je parle de liens dans mon spectacle et j’en profite à la fin pour continuer à tisser ces liens. On me dit souvent que ce spectacle est très poétique et ça me touche tout particulièrement. Très peu de gens me demandent comment je fais et ce sont plus les histoires et la mise en scène qui fonctionnent bien.

Quel serait votre défi le plus fou ?

Nous sommes en train de mettre des choses en place pour une émission de télévision et faire des expériences avec beaucoup de monde en même temps est toujours un défi car il ne faut pas faire attention à une seule personne mais à plein de personnes en même temps.

©Lisa Lesourd

©Lisa Lesourd

Quels sont vos prochains projets ?

J’aimerais aller toujours plus loin avec ce nouveau spectacle. J’ai plusieurs émissions de télévision de prévues avec Arthur dont « Diversion » qui sera diffusée fin décembre. C’est très agréable de travailler avec Arthur car c’est quelqu’un qui aime les surprises et qui s’émerveille de toutes ces choses-là. Je participe à « Pas de ça Entre Nous » qui vient de débuter le mois dernier. Je lui souhaite et je nous souhaite une longue vie car je prends beaucoup de plaisir à faire cette émission.

Comment inviteriez-vous nos lecteurs à venir vous découvrir à La Comédie Des Champs-Elysées ?

Je leur dirais que leur vie change la vie de millions de personnes qu’ils ne rencontreront jamais, s’ils veulent se rendre à quel point, ils faut qu’ils viennent voir le spectacle et ils peuvent venir en famille !

Commenter cet article