Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec la comédienne Cécile Théodore afin d’en apprendre plus sur « Fragments de Femmes » et sur ses projets à venir !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec la comédienne Cécile Théodore afin d’en apprendre plus sur « Fragments de Femmes » et sur ses projets à venir !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs et nous parler un peu de ton parcours ?

Je m’appelle Cécile Théodore et je suis comédienne. Pour moi, l’origine du métier ce sont les planches et j’ai donc commencé mon métier au théâtre mais ensuite, j’ai pas mal tourné à la télé dans des séries Françaises. J’ai notamment eu un rôle récurrent dans la série « Un Flic », réalisée par Patrick Dewolf pour France 2. J’y jouais le rôle de Zoé, un jeune lieutenant de police de terrain qui était un peu au taquet au départ mais qui a aussi évolué au fur et à mesure des saisons.

Je suis originaire de Dunkerque, ville qui m’est chère, mais je suis également très attachée au Sud-Ouest qui est une région que j’affectionne beaucoup. J’y vais me ressourcer très régulièrement et j’y fais du surf notamment. Je dirais que je suis un peu une actrice physique, je suis très sportive. Je suis ceinture noire de karaté et j’ai fait également beaucoup de danse, on retrouve ce côté-là sur scène ou dans mes films et téléfilms.

Tu es à l’affiche actuellement de « Fragments de Femmes » ; comment nous présenterais-tu cette œuvre ?

« Fragments de Femmes » est un texte qui a été écrit par Fabien Le Mouël et mis en scène par François Rimbau. Pour moi, ce sont des témoignages, une multitude de voix de femmes sur plein de sujets différents qui les touchent, qu’ils soient légers ou plus graves... C’est une mosaïque de femmes multiples mais parfois cela peut être aussi la même femme qui s’exprime à trois voix, c’est aussi cela que je trouve intéressant dans la mise en scène de François. Au fond de nous, nous n’avons pas qu’une seule facette et dans une situation particulière, trois petites voix pourraient réagir de façons différentes.

Rencontre avec la comédienne Cécile Théodore afin d’en apprendre plus sur « Fragments de Femmes » et sur ses projets à venir !

Par quoi as-tu été séduite dans ce projet théâtral ?

J’ai été séduite par l’écriture de Fabien que je trouve très juste et touchante, elle est pleine d’émotion et de vérité. J’ai été étonnée que ce soit un homme qui ait écrit ce texte. L’équipe que Fabien forme avec François fonctionne bien, c’est un chouette tandem qui se connait bien et qui défend vraiment ce projet conjointement. J’ai été touchée par eux, comme par le texte.

As-tu un personnage préféré ?

Je les aime toutes un peu mais il y en a une qui me touche plus particulièrement, c’est Claudette. Pour t’en dire un peu plus, les textes nous ont été distribués de façon un peu aléatoire même si parfois nous avons  exprimé certaines préférences. Pour Claudette, personne n’avait choisi le texte et quand je l’ai lu, je me suis dit wow qu’est-ce que je vais faire avec ça. J’ai commencé à travailler le texte avant de me laisser un peu traverser par lui et des choses sont apparues, je les ai dessinées et je les ai présentées à François , et il a validé ce que j’en avais fait. Le texte est très court dans la pièce mais Claudette me touche, elle est très chouette cette fille.

Photo Steve Wells

Photo Steve Wells

Dirais-tu qu’interpréter à trois une multitude de femmes est l’un des atouts principaux de ce spectacle ?

Je pense que oui, car si une seule comédienne l’avait joué, il aurait été moins riche, moins multiple. Nous sommes toutes les trois très différentes, pas seulement physiquement : nous le sommes dans le jeu, dans l’énergie, dans le registre dans lequel nous sommes  plus habituellement distribuées.

Je dirais qu’à trois, il y a plus de couleurs, de nuances, ça rebondit, ça vit, ça évolue. Le fait de jouer ensemble fait naitre d’autres choses.

Dans laquelle de ces femmes te reconnais-tu le plus ?

Je ne saurais pas vraiment comment répondre à ta question car il y a parfois des choses très intimes dans ces textes… Je te dirais que chaque texte résonne en moi pour des raisons plus ou moins évidentes.

Photo Christine Ledroit-Perrin

Photo Christine Ledroit-Perrin

« Fragments de Femmes » s’adresse-t-il en premier lieu aux femmes ?

Pas du tout et c’est très drôle car il y a un soir lors des premières représentations, nous avons eu un public quasiment exclusivement masculin. Les femmes sont touchées par ce spectacle mais les hommes aussi. L’un de mes amis réalisateurs m’a dit qu’il voulait venir, pour me voir jouer mais aussi parce qu’il était intéressé d’entendre ce qui se dit dans ces « Fragments de Femmes ». Je ne dirais pas que c’est un guide ou un mode d’emploi pour mieux connaitre l’esprit féminin car je pense que l’on n’en fera jamais le tour  (comme de l’esprit masculin, heureusement ) mais « Fragments de Femmes » donne des pistes sur des femmes contemporaines. Par rapport à ce qu’on dit des femmes d’habitude, il y a des choses assez intimes et assez surprenantes aussi dans ce spectacle.

Que pourrais-tu nous dire sur l’auteur Fabien Le Mouël ?

J’ai découvert Fabien sur ce projet, je trouve qu’il a une vision précise de ce qu’il veut dire et faire de ses textes et ça se sent déjà dans son écriture. Il porte beaucoup de sensibilité en lui,  et en même temps il a l’énergie de l’action, il porte son projet jusqu’au bout, il est investi à 100% pour tout, que ce soit la communication, l’affiche, la programmation…Il accompagne son « bébé » jusqu’au bout et je trouve ça précieux.

Que mettrais-tu en avant chez chacune de tes partenaires de jeu ?

Chez Marion, je mettrais en avant son énergie débordante et son pep’s. Marion a un univers particulier et je pourrais en dire tout autant pour Solène mais je dirais qu’elle est plus dans la féminité, elle incarne plus la femme. Dans son jeu, Solène va apporter plus de gravité et d’émotion. Mais attention, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’émotion chez Marion ou qu’il n’y a pas d’énergie chez Solène ! C’est un plaisir de partager l’affiche avec ces deux comédiennes.

Photo David Twist

Photo David Twist

Peux-tu nous expliquer les nombreuses paires de chaussures utilisées dans « Fragments de Femmes » ?

Joker ! Il faut venir voir « Fragments de Femmes » pour comprendre… La seule que je pourrais te dire, c’est que pour moi, il n’y a rien de plus féminin qu’une paire de chaussure.

Quels sont tes prochains projets ?

Plusieurs choses sont en cours ou tout du moins, plusieurs pistes sont lancées…C’est très récent mais il y a aussi un biais un peu international dans mes projets. J’ai récemment accompagné et coaché sur une série Française, Antonio Fargas, le célèbre Huggy Les Bons Tuyaux dans « Starsky et Hutch »et je dois dire que j’aime beaucoup travailler avec les Américains. J’ai aussi passé des essais et castings pour la télé. A suivre…Pour le théâtre, mon projet principal reste « Fragments de Femmes » que nous présentons actuellement afin de l’emmener plus loin et plus durablement ! Mes projets sont assez différents mais j’aime jouer sur toutes ces facettes, de comédienne et d’actrice.

Photo Steve Wells

Photo Steve Wells

Commenter cet article