Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec l’humoriste Aymeric Carrez avant ses quatre dates Parisiennes !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Chakhara Chea

Photo Chakhara Chea

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Aymeric Carrez, j’ai 36 ans et je suis informaticien. Originaire du Jura, je suis monté sur Paris en 2007 pour travailler. En parallèle, j’ai commencé à monter sur scène en tant qu’humoriste, je me présenterais donc comme un comédien de one man show issu de la société civile (comme dirait Macron).

T’es-tu toujours senti destiné à la scène ?

A l’école, je me distinguais plus par ma capacité à faire rire les autres élèves que par mes réelles compétences scolaires. L’idée de faire de la scène me tiraillait depuis longtemps. J’ai un diplôme d’ingénieur en informatique ; quelque chose donc de très sérieux où il n’y a pas trop de places pour la blague; je me suis donc toujours senti un peu bridé car je ne pouvais pas m’exprimer de manière libre. La comédie et le one man show m’ont toujours attirée mais pour tout te dire, mais j’ai attendu d’avoir 28 ans pour commencer à m’imaginer sur scène car l’idée bien que plaisante paraissait également inatteignable.

Photo Chakhara Chea

Photo Chakhara Chea

Quels ont été tes débuts ?

J’ai commencé comme beaucoup par des scènes ouvertes. Par la suite, j’ai fait l’Ecole du One Man Show et j’y ai rencontré Nathalie Javelle qui m’a appris énormément de choses. C’est elle qui m’a permis de monter sur scène. J’ai voulu écrire mon premier one man show mais j’ai vite pris conscience de la charge de travail que cela représentait alors  j’ai préféré prendre mon temps pour murir ma réflexion. Cela m’a pris cinq longues années durant lesquels j’ai noté des idées chaque fois que quelque chose me faisait rire. Ensuite j’ai rencontré Muriel Montossé avec qui j’ai beaucoup travaillé et aujourd’hui, avec l’aide de Benjamin Danet qui m’aide sur la mise en scène j’ai enfin un spectacle que je trouve abouti.

Comment nous présenterais-tu « Aymeric Carrez Parle Devant Les Gens » ?

Je dirais que c’est un spectacle qui oscille entre le one man show et le stand-up dans lequel  j’incarne un personnage irrévérencieux. Je prends un micro et je parle devant les gens et joue de cette situation qui pour moi est totalement incongrue.  Il y a plusieurs situations que l’on pourrait apparenter à des sketchs qui s’entremêlent avec ou sans transition comme le font les stand-uppers dans les comedys clubs.

De quoi parles-tu dans ton seul en scène ?

Je parle beaucoup de tout ce qui gravite autour de moi. Je parle de mon chien cadeau indésiré mais non indésirable de ma belle-mère. J’aborde aussi le sujet de la trisomie par le prisme de mon oncle qui est atteint de ce syndrome. C’est un sujet compliqué que j’essaie de ne jamais tourner  en dérision mais plus plutôt de m’amuser du regard que des personnes extérieures peuvent en avoir. Je n’ai d’ailleurs jamais vu mon oncle comme une personne handicapée mais tout simplement comme... mon oncle. La première personne qui faisait des blagues à ce sujet était d’ailleurs mon père (son frère). Pour moi rire, ne signifie pas se moquer bien au contraire, je pense que le rire est tout simplement une manière de dire les choses. Je parle également des scooters et des cyclistes qui aiment jouer leur vie sur la route pour gagner quelques secondes, j'en fais moi-même partie, évidemment.

Rencontre avec l’humoriste Aymeric Carrez avant ses quatre dates Parisiennes !

Quel serait selon toi le petit plus de ton spectacle ?

Je pense que ce que les gens aiment dans mon spectacle, c’est l’inattendu et le côté décalé. Sans aucune prétention, je pense que je ne ressemble pas aux autres humoristes et que mon style est différent, c’est un anti-style que je cultive.

Comment qualifierais-tu ton humour ?

Je dirais que c’est un humour irrévérencieux, décalé, absurde, naïf et noir mais sans être trash.

Pourquoi ne fais-tu que quatre dates au Théâtre Ménilmontant ?

J’espère que j’en ferai d’autres ! En fait, j’ai gagné le concours Le Talent de Ménilmontant l’année passée et cela me permet de jouer mon spectacle pour quatre dates au Théâtre Ménilmontant. Ce concours est peu connu du grand public mais il est très exigeant, il réunit chaque année 70 humoristes.  Ces quatre dates sont un premier rendez-vous pour montrer mon travail mais j’ai déjà quelques dates qui seront prévues en province dès 2018.

Photo Kobayashi

Photo Kobayashi

Qui retrouve-t-on dans tes références ?

Je te dirais les vieux de la vieille comme Coluche et Desproges. Coluche pour son irrévérence et Desproges pour son flegme. Dans les comiques actuels, je te dirais Blanche Gardin, Jean-Philippe de Tinguy chez qui je me retrouve dans la manière d’utiliser la gêne et le silence et également Haroun que j’ai vu évoluer petit à petit et dont j’ai beaucoup appris notamment pour sa manière de se tenir sur scène et son coté pince sans rire.

En dehors de l’humour, serais-tu intéressé par le théâtre plus classique ?

A terme, pourquoi pas ! Je n’ai pas de plan de carrière, je fais au max de ce que je peux faire et c’est vrai que le théâtre plus classique pourrait m’intéresser. On m’a également proposé de donner des cours de one man show et c’est quelque chose qui me tenterait car j’aime beaucoup l’idée de la transmission : j’ai toujours détesté l’école et je crois que c’est pour ça que j’aimerais être professeur.

Comment inviterais nos lecteurs à venir te découvrir les 20,21,27 et 28 octobre au Théâtre de Ménilmontant ?

Si vous voulez voir votre collègue Gérard informaticien sur scène dans un one man show, venez ! Plus sérieusement, si vous avez marre du stand-up avec toujours les mêmes blagues, alors promis on essayera de sortir un peu de ces sentiers battus. Ca se passera au Théâtre de Ménilmontant les 20,21,27 et 28 octobre, j’espère vous voir !

Rencontre avec l’humoriste Aymeric Carrez avant ses quatre dates Parisiennes !

Commenter cet article