Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retrouvailles avec la chanteuse Barbara Pravi pour en apprendre plus sur ses projets musicaux !

Publié le par Steph Musicnation

Retrouvailles avec la chanteuse Barbara Pravi pour en apprendre plus sur ses projets musicaux !

Toi qui as évolué dans le spectacle musical « Un Eté 44 », avais-tu hâte de proposer ton propre univers musical et tes textes ?

Oui car cela fait deux ans que je travaille dessus. Je trépignais d’impatience et je te dirais que cela devenait presque vital de sortir quelque chose. Je suis très contente car cela s’est fait très naturellement, cela a pris son temps, j’ai eu l’opportunité de faire de la scène avec « Un Eté 44 » et j’ai peaufiné mon album durant cette période.

Que t’a apporté cette expérience de troupe ?

Plein de choses ! Tout d’abord, cela n’est pas du tout habituel pour moi d’être en groupe car même dans mon cercle d’amis, nous sommes très proches mais nous sommes en petit comité et de ce fait, je n’ai pas l’habitude d’être dans une équipe où il faut apprendre à vivre avec d’autres personnes que tu n’as pas choisies mais la troupe du spectacle musical « Un Eté 44 » était vraiment d’enfer. Nous avons tous très rapidement trouvé notre place sans déséquilibre, personne ne marchait sur les autres et personne n’était au-dessus des autres. Pour moi, cela a était particulier car je savais que j’avais mon projet à côté. Je pense que cette expérience en troupe m’a appris à rester humble sur ce que je fais en solo. Quand j’étais dans « Un Eté 44 », je n’étais pas dans Barbara Pravi, nous étions tous là ensemble pour le spectacle. J’ai appris durant cette aventure à travailler pour un objectif très précis et c’était très intéressant. Faire de la scène toute seule, maintenant, cela va être très différent car je ne serais plus dans un rôle, l’exercice va être autre même si cela reste faire de la scène.

Photo Yann Orhan

Photo Yann Orhan

« Pas Grandir » est sorti cet été. Peux-tu nous en dire plus sur ce choix de premier single ?

Nous avons réfléchi pas mal de temps sur le choix du premier single car nous en avions plusieurs de potentiels. Valéry Zeitoun mon manager, Alexandre Kirchhoff le patron du label et moi-même avons opté pour « Pas Grandir » car cette chanson fait vraiment la synthèse de ce que je suis. Pour le moment, il y a 11 titres dans l’album et ils parlent tous d’un moment de ma vie. La chanson « Pas Grandir » est assez générale comme réflexion sur la vie et nous pensions que c’était plus intéressant de sortir quelque chose qui puisse parler au plus grand nombre comme première présentation.

« Deda » vient de sortir, il y a quelques jours. Cette chanson est dédiée à un être cher ; comment nous parlerais-tu de lui ?

Je crois que dans cette chanson, on retrouve la majorité des choses que j’avais à dire sur lui. J’ai coécrit ce titre avec Sébastien Rousselet et Jim Bauer et Jules Jaconelli l’ont mis en musique. Nous avons pris le temps d’écrire « Deda » afin de trouver les mots justes car c’est très délicat de parler de cette relation que tu as avec quelqu’un qui n’est pas ton père, qui est de la génération du dessus, à qui techniquement tu ne dois rien mais à qui tu es lié car sans lui, ni ton père ni toi ne seriez là. J’ai une relation très intime et très pudique avec mon grand-père, nous ne sommes jamais dit je t’aime dans les yeux mais nous nous ressemblons beaucoup. Mon grand-père a quitté son pays à 22 ans et il est arrivé en France sans parler un mot de Français, il a rencontré ma grand-mère et ils ont fondé leur famille et moi maintenant, j’en fais partie. Il y a un rapport très fort à la transmission et c’est quelque chose de très important pour mon grand-père. Cela me tenait à cœur de lui faire une chanson car c’est la personne que j’admire le plus au monde mais je n’aurais jamais réussi à lui dire ces mots.

Retrouvailles avec la chanteuse Barbara Pravi pour en apprendre plus sur ses projets musicaux !

Musicalement, ces deux premiers titres sont très différents ; ton premier album sera-t-il également très varié ?

Oui, il sera très varié car je pense que si tu écoutes un album et que c’est la même chose du début jusqu’à la fin, cela peut être un peu rasoir. Nous nous sommes inspirés de plein de choses pour cet album et ce qui lie les chansons ce sont ma voix, la manière d’écrire les textes et les sujets qui sont tous différents. Les mots nous inspirent les mélodies et les arrangements, tout part des mots et donc ça ne peut jamais être pareil.

De quoi vas-tu parler dans tes textes ?

De plein de choses, chaque texte parle de moments de ma vie. J’ai eu envie de parler de moments précis de ma naissance jusqu’à mes 24 ans en relatant tout ce qui m’a semblé important. Par exemple, j’ai été serveuse pendant cinq ans et j’ai décidé de parler du rapport entre la serveuse et les gens qu’elle sert. C’est un sujet précis mais je pense que cela peut toucher potentiellement du monde car j’ai rencontré des tonnes de nanas qui étaient serveuses ou vendeuses avant d’accéder à leur « vrai » métier pour gagner leur vie. « Pas Grandir » est une réflexion que je me fais depuis que j’ai l’âge de me faire des réflexions, j’ai eu besoin de mettre des mots sur ce « syndrome de Peter Pan ». « Deda » est une personne tellement importante dans ma vie que j’ai eu besoin de lui faire une chanson. Je te dirais que toutes ces chansons qui composeront l’album sont nées du besoin d’écrire car le sujet me tenait à cœur.

Retrouvailles avec la chanteuse Barbara Pravi pour en apprendre plus sur ses projets musicaux !

On te présente un peu comme une Vianney au féminin ; que penses-tu de cette comparaison ?

Je suis ravie de cette comparaison car j’aime beaucoup ce qu’il fait. Je trouve qu’il y a une certaine tendresse que l’on retrouve chez lui et dans son écriture. Je trouve Vianney très touchant et je trouve qu’il écrit très bien. En revanche, nous ne faisons pas vraiment la même musique car il est très guitare-voix et il parle beaucoup d’amour. Il y a une forme d’authenticité chez Vianney dans laquelle je me retrouve. Pravi en serbe signifie authentique.

Quelle carrière aimerais-tu avoir dans les années à venir ?

J’adorerais écrire pour d’autres artistes à l’avenir mais pour l’instant, je reste totalement focus sur mon album. Je ne pense pas qu’il y ait de règle pour sortir des albums à une cadence régulière. Mon premier album a pris du temps à se construire et à se conceptualiser alors je ne saurais te dire quand sortira le second. Tout ce que je sais à l’heure d’aujourd’hui, c’est que je veux faire de la scène, aller à la rencontre des gens, j’ai envie de chanter mes chansons en live car j’ai vraiment besoin de les dire.

Photo Yann Orhan

Photo Yann Orhan

Qui sont les artistes qui t’ont donné envie de faire ce métier ?

Je pense que c’est Barbara en majorité et la radio MFM que j’écoutais dans ma chambre. Je pourrais te citer des artistes comme Jacques Brel, Claude Nougaro ou Françoise Hardy mais je ne me disais pas à l’époque que je voulais faire comme eux ; je pense que quelque chose à muri dans ma tête et un jour, je me suis dit que c’était ce que je voulais faire.

La scène est-elle prévue prochainement ?

Oui, nous allons faire sept dates le mercredi au Réservoir à partir du 11 octobre et en décembre, je vais commencer à chanter en première partie de Florent Pagny sur sa tournée. Le fait de commencer par la scène avant de sortir l’album était très important pour moi.

As-tu trouvé la solution pour ne pas grandir ?

Pas vraiment non, je n’ai pas trouvé la solution mais je ne me suis pas penchée sur la question à vrai dire. Je vais plancher dessus et je te tiendrais au courant.

Retrouvailles avec la chanteuse Barbara Pravi pour en apprendre plus sur ses projets musicaux !

Commenter cet article