Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’humoriste Jérémy Vaillot vous présente « Fou » son seul en scène à ne pas rater !

Publié le par Steph Musicnation

 Crédit photo : Laura Gilli

Crédit photo : Laura Gilli

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je suis originaire de Haute Savoie et je suis monté à Paris à mes 18 ans pour faire le Cours Florent. Je ne suis pas qu’humoriste car je suis également animateur radio en Suisse, je forme des humoristes dans une école, je suis comédien, metteur en scène…j’ai un peu trop de casquettes (rires). Je te dirais pour résumer un peu tout cela que je suis un passionné.

T’es-tu toujours destiné à la scène ?

Je pense que la scène est une nécessité pour moi depuis toujours. C’est une passion et je ne peux pas vivre sans. Il faut que je sois sur scène, cela est une évidence pour moi sans aucune prétention. Je suis monté pour la première sur une scène lors d’un spectacle de fin d’année à l’école, j’avais fait « Bo Le Lavabo » de Lagaf’ et on m’a demandé de le refaire directement dans toutes les fêtes de villages. Dès ma plus jeune enfance, il fallait que je monte sur les tables pour être en hauteur afin que l’on me regarde et que l’on m’écoute mais paradoxalement j’étais timide.

 Crédit photo : Laura Gilli

Crédit photo : Laura Gilli

Que retrouve-t-on dans ton seul en scène intitulé « Fou » ?

« Fou » est constitué de plein de tranches de ma vie et on y retrouve notamment la façon dont je perçois les comédiens. J’ai écrit ce spectacle mais je collabore dessus avec Marc Andreini qui me permet de dépasser mes limites. « Fou » est un spectacle vivant qui peut être drôle et touchant à la fois.

Ton seul en scène est-il à 100% autobiographique ?

« Fou », c’est moi car je suis fou mais tu travesties toujours un peu toujours les choses sinon on se ferait chier ou on aurait peur (rires). Je suis quelqu’un qui fait beaucoup de grimaces, j’exagère les choses mais même quand j’interprète le comédien, cela part d’une vérité.

Quelle serait ta définition de la folie ?

Il y a plusieurs folies, la folie douce, la folie consciente…Je pense que la folie est une soif d’envie de vivre. Pour moi, la folie c’est ne pas se poser de questions, être soi-même et se permettre de refuser certaines choses en continuant ton chemin malgré des choses qui pourraient te faciliter la vie.

 Crédit photo : Marie Dicharry

Crédit photo : Marie Dicharry

Que retiens-tu de ton passage au Cours Florent ?

Bizarrement, le Cours Florent m’a désappris le jeu mais cela m’a appris le système. Le Cours Florent m’a fait comprendre ce que je ne voulais pas faire. J’étais promis à un bel avenir mais plus j’avançais, plus je rendais compte que les cases n’étaient pas faites pour moi. Je ne suis pas très écoles mais aujourd’hui je donne des cours dans une école (rires).

Comment en vient-on à déclamer sur Le Poussin Piou ?

J’aime les angles de vue dans un sketch. Je voulais faire un truc de comédien avec un texte complètement stupide. J’ai cherché à ce moment-là ce qu’elles étaient les chansons pour enfants qui marchaient. J’avais trouvé plusieurs chansons dont René La Taupe, Sébastien Patoche et Le Poussin Piou. Quand j’ai juste fait le Piou, j’ai su que je tenais quelque chose. Il faut savoir qu’à l’époque, j’ai présenté ce sketch en legging dans une salle où j’avais l’impression que la moitié des mecs sortaient de prison et bien, on se sent tout petit. Faut oser le faire la première fois !

Quel est le passage de ton spectacle qui te demande le plus de concentration et celui qui te fait le moins ton sérieux ?

C’est compliqué de répondre à cette question car c’est un spectacle vivant et il est en perpétuelle évolution. Je teste beaucoup de choses en improvisation. Je me surprends moi-même et parfois je ris intérieurement mais je ne pense pas qu’il y ait un sketch type qui me demande de la concentration ou qui me fait rire plus qu’un autre. Il y a toujours des surprises avec le public.

 Crédit photo : Mr Big

Crédit photo : Mr Big

Ressembler à Marc Lavoine et à Garou, est-ce un avantage certain avec les filles ?

Ma femme est avec moi parce que je ressemble à Marc Lavoine ! On m’a souvent dit que je ressemble à Garou et les plus jeunes me disent que je ressemble à Mika, on me dit parfois aussi Jacques Gamblin et Jim Carrey. Mais ce sont tous ces gens qui me ressemblent et pas l’inverse !

Qui sont tes humoristes de référence ?

Je n’ai pas vraiment d’humoristes de référence. Je suis plus de la vieille école. J’aime bien des humoristes comme Fernand Raynaud, Bigard, Palmade, Dubosc… Je te dirais que j’aime bien découvrir et donc les gens qui ne sont pas encore connus.

Peux-tu nous parler de la Swiss Comedy School ?

Ivan Madonia a créé il y a quelques années le Swiss Comedy Club qui est une sorte de Jamel Comedy Club. Ensuite il a monté la Swiss Comedy School avec pour but de former des humoristes comme cela se fait à Paris. J’avais, pour ma part, ouvert des écoles de théâtre en France qui avaient bien marché et que j’ai fermé par manque de temps. J’ai rejoint cette année la Swiss Comedy School avec un objectif, celui de garder tous les élèves. Je suis très exigeant avec moi-même et je le suis donc également comme prof avec les autres.

L’humoriste Jérémy Vaillot vous présente « Fou » son seul en scène à ne pas rater !

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir te découvrir pour tes deux dernières au Théâtre du Marais ?

En prenant le métro ! (Rires) Je leur dirais qu’ils ne verront pas quelqu’un qui fabrique quelque chose mais quelqu’un qui se donne à fond. Je pense qu’ils seront surpris et qu’ils passeront un bon moment !

Commenter cet article