Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Link vous présente son seul en scène « Le Contraire De L’Inverse » !

Publié le par Steph Musicnation

Link vous présente son seul en scène « Le Contraire De L’Inverse » !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs et nous parler un peu de ton parcours artistique ?

Je m’appelle Link, j’ai 25 ans et je suis humoriste. On peut dire que je pratique l’humour absurde. Je suis un peu décalé, un peu dans mon monde. Je suis arrivé à Paris il y a 3 ans afin de faire une école pour devenir drôle, mais je galère encore. Alors que j’étais dans cette école, j’ai commencé par faire des plateaux d’humoristes dans Paris, ce qui m’a permis de m’entrainer. J’ai joué en juin et en juillet à La Comédie des 3 Bornes « Le Contraire De L’Inverse » mon premier spectacle qui est mis en scène par mon ami Greg Duth.

Link sous-entend-t-il que tu es un gamer invétéré ?

Clairement et il n’y a pas d’entre deux. Je le suis vraiment beaucoup même si cela s’atténue avec le travail qui s’accumule. J’ai toujours beaucoup joué et j’ai même été addict à certains jeux. J’ai failli rater mon bac à cause d’un jeu, j’ai manqué plein de sorties à cause de jeux mais je considère que ce sont des choses qui m’ont enrichi et qui ont fait que je suis la personne que je suis aujourd’hui. Je n’ai jamais vu cela comme quelque chose de négatif même si cela prend du temps. Pour moi, un jeu vidéo est un objet culturel qui regroupe de façon interactive des talents artistiques, musicaux et cinématographiques. Mon plus grand regret est de ne pas avoir assez jouer avant car je n’ai plus suffisamment de temps maintenant.

Photo Lisa Otjacques

Photo Lisa Otjacques

Pourquoi avoir baptisé ton seul en scène « Le Contraire De L’Inverse » ?

Ce titre réunit plusieurs choses. C’est un peu le procédé comique, j’essaie d’être là où les gens ne s’y attendent pas, j’essaie de surprendre et d’être original. A un moment donné dans mon spectacle, je danse alors que ça n’émane tellement pas de moi. Les spectateurs peuvent penser prévoir une blague mais à tous les coups je vais faire le contraire de l’inverse de ce qu'ils attendent c’est une sorte de ping-pong mental, j'me trouve assez diabolique en fait. Par ailleurs, j’ai évolué dans des univers virtuels qui font que je relativise un peu ce monde en le prenant sous un autre angle. J’ai parcouru des univers parfaits alors que notre monde ne l’est pas. Il y a certaines choses de la vie que je n’ai pas abordé dans les jeux vidéo et je les vois comme des concepts, comme manger ou dormir, dormir c'est un bon concept.

Comment nous présenterais-tu ce spectacle ?

J’ai voulu garder une dimension spectacle/show avec un humoriste qui fait différentes choses. Je me trouve pas encore assez marrant  pour  faire du stand up durant une heure comme Louis C.K alors je joue des personnages, je joue du piano, je chante, … Je te dirais que j’ai gardé une structure assez old school avec des sketchs différents.

Link vous présente son seul en scène « Le Contraire De L’Inverse » !

Fais-tu évoluer encore « Le Contraire De L’Inverse » ?

Oui car on ne peut pas tout prévoir et on s’en rend compte quand on répète avec mon metteur en scène. Il faut penser à enlever ou rajouter des choses ici ou là en fonction des réactions du public. « Le Contraire De L’Inverse » évolue dans le sens où il s’améliore dans l’interaction avec le public et je pense que c’est le plus important. Peut-être qu’une refonte plus importante se fera à l’avenir…

Te retrouve-t-on sur scène tel que tu es dans la vie ?

Cela a été une problématique durant très longtemps car on m’a toujours dit que j’avais une dimension absurde. J’ai toujours été un peu le mec qui fait rire mais qui ne le fait pas exprès. Pour répondre à ta question, je te dirais oui sur certains sketchs et que sur d’autres, je vais approfondir un peu plus mon personnage un peu gamin et un peu décalé. Ce n’est pas pour tromper les gens mais c’est pour ajouter des variations. Ces personnages sont des composantes de moi ; ce spectacle, c’est vraiment moi, même s’il y a des choses que je suis allé chercher très loin.

Photo Lisa Otjacques

Photo Lisa Otjacques

Quels sujets abordes-tu dans ton spectacle ?

 Les sujets sont variés parce que j'ai voulu que le spectacle soit accessible à tous. Je parle des jeux vidéo mais également de la relation geek/copine qui est différente de la relation amoureuse normale. J’aborde notamment la galanterie dans mon spectacle, maintenant que nous avons le mariage pour tous, nous pouvons nous demander ce que deviennent les règles intériorisées par les traditions. Je parle également de mon expérience personnelle au Cours Florent. Je traite de l’actualité dans une chanson au piano, de la nécessité de boire des boissons énergétiques pendant un spectacle.  J’aime avoir ma dimension absurde grâce à l’instrument et je ne sais pas si c’est moi qui ai inventé ce terme mais j’aime à dire que c’est mélandrolique, c’est un mélange de mélancolie et de drôle. Ça me plait que l’on soit touché et que l’on rit en même temps.

Tu chantes et tu joues du piano sur scène, est-ce une deuxième vocation ?

Je joue depuis que je suis petit, le piano est un instrument "orchestre" complètement fascinant. Je ne me suis pas dit que j’aurais pu pleinement en faire mon métier. Je suis très admiratif de la pianiste Yuja Wang et je vois très bien qu’il y a un écart de niveau entre elle et moi sur un même morceau. J’ai pris des cours de chant et j’aime chanter mais je pense que c’est quelque chose d’innée. Je ne suis pas assez bon dans ces domaines mais j’essaie de le faire dans l’humour pour que ça passe crème.

Link vous présente son seul en scène « Le Contraire De L’Inverse » !

Au long terme, serais-tu intéressé par du théâtre plus classique ou par la possibilité de jouer dans des pièces contemporaines ?

Clairement, oui. Je te dirais que c’est juste la proposition qui manque. Je n’ai pas le temps nécessaire pour aller vers ces choses-là  mais je ne dirais pas non à ce qu'on me propose quelque chose qui soit complétement différent de mon registre. Un bel exemple dans ce domaine est Guillaume Sentou qui a brillé dans la pièce « Edmond » d’Alexis Michalik.

As-tu d’autres projets en parallèle ?

J’écris pour d’autres artistes qui aiment mon humour absurde et c’est un rôle qui me plait de parfois être un peu dans l'ombre.  J’ai un projet de vidéos exclusives pour Facebook que j’aimerais développer en août avec une petite équipe. Je suis également le co-auteur de chroniques sur Europe 1 avec l’humoriste et chanteur Aurélien Ventura.

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir te découvrir pour te dernière estivale à La Comédie des 3 Bornes demain ?

La réponse est un peu dans la question car c’est la dernière et pour le moment, ce n’est pas acté que je vais rejouer ce spectacle à la rentrée (dans les 2 cas le spectacle sera un peu différent en tout cas) ! Si vous aimez l’humour et les one man shows, je pense que vous allez aimer le mien car il est un peu différent, maintenant je ne pense pas être non plus le meilleur des divertissements, je comprendrai qu'on est plus envie de regarder la fin d'une série sur Netflix ou de finir un jeu à 100% (rires).

Commenter cet article