Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Francesca Van Horne dans « Tales from the Trundle (Confessions Sous l'Oreiller) » au Théâtre du Gymnase, nous y étions !

Publié le par Steph Musicnation

Francesca Van Horne dans « Tales from the Trundle (Confessions Sous l'Oreiller) » au Théâtre du Gymnase, nous y étions !

Durant une heure, Francesca Van Horne se raconte sur scène en Anglais dans le texte et ce parcours de vie pas si facile est tout aussi intéressant que touchant.

Avec Francesca, c’est un peu de New York à Paris et ce n’est pas si souvent que cela arrive.

Rassurez-vous, pour les non bilingues, « Tales From The Trundle (Confessions Sous L’Oreiller) » est intégralement sous-titré.

L’artiste qui a elle-même écrit son spectacle livre une véritable performance d’actrice puisqu’elle interprète beaucoup de personnages dont notamment Valentina, son mari, sa femme d’entretien, son prof de sport, des acteurs célèbres, sa meilleure amie…et tout ceci à un rythme effréné en changeant d’accents et de postures.

Il n’est jamais simple de divorcer mais quand on rajoute à cela un problème d’addiction et une cohabitation houleuse, on obtient « Tales From The Trundle (Confessions Sous L’Oreiller) » » qui pourrait très bien être adapté au cinéma puisque l’on y retrouve de l’émotion, de l’amitié, du romantisme, du sexe et de l’espoir.

La comédienne qui ne manque ni de talent ni d’énergie fait autant rire que vibrer le public avec cette histoire de renaissance où tout à chacun pourra se retrouver.

Vous l’aurez compris, Francesca Van Horne propose un spectacle complet qui sent le vécu, le vrai et qui possède un beau message.

Dommage qu’il ne reste que deux dates au Théâtre du Gymnase avant que Francesca ne parte jouer son spectacle à Londres car nous sommes certains qu’elle saurait séduire le public Parisien sur le long terme et nous espérons qu’une version Française arrivera très prochainement !

A noter que ce spectacle ne s'adresse pas uniquement aux femmes puisqu'il y avait hier soir presque autant d'hommes que de femmes dans la salle.

Commenter cet article