Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Arnaud Cermolacce est Bernard dans « Mon Meilleur Copain » d’Eric Assous, apprenez en plus sur la pièce !

Publié le par Steph Musicnation

Arnaud Cermolacce est Bernard dans « Mon Meilleur Copain » d’Eric Assous, apprenez en plus sur la pièce !

Peux-tu présenter à nos lecteurs et nous parler de ton parcours artistique ?

Je m’appelle Arnaud Cermolacce. Je suis comédien et aussi auteur pour le théâtre et la télévision. Mon parcours artistique est assez bizarre car je suis venu au théâtre par la musique. J’ai d’abord fait du piano classique pendant très longtemps, puis de la variété et du jazz. J’ai d’ailleurs accompagné des chanteurs et également fait du piano-bar. Pour poursuivre mes études universitaires, j’ai mis un peu tout cela en sourdine mais quand elles ont été terminées, je me suis dit qu’il serait quand même dommage d’abandonner ces activités artistiques qui me plaisaient. Néanmoins, je suis arrivé au théâtre un peu par hasard car je cherchais une technique pour m’exprimer avec plus de facilité, étant assez timide. Je suis allé quelques jours au Cours Florent et j’y ai découvert deux choses : une formation théâtrale dure bien plus que quelques jours et l’art dramaturgique est un monde presque infini que j’ai eu envie d’explorer car je ne le connaissais pas. Je suis donc entré au Cours Florent avec un but précis qui est devenu accessoire. J’ai décidé de poursuivre des études dans ce domaine et au sortir de ma formation, des projets se sont présentés.

As-tu toujours évolué dans l’humour ?

Plutôt car c’est ce qui me plaît même si j’ai travaillé tous les styles dans mes cours de théâtre. Par exemple, avant « Mon Meilleur Copain », j’ai interprété Albert Einstein jeune (dans la pièce « Mileva Einstein » d’Angelo Corda). Il y avait un côté plus dramatique et historique et cela m’a beaucoup intéressé.

Quelles sont les forces et les faiblesses de Bernard, ton personnage dans « Mon Meilleur Copain » ?

Je dirais que la force de Bernard est qu’il ne doute de rien et surtout pas de lui ! C’est quelqu’un qui a une sorte d’optimisme presque excessif. Il pense que tout s’arrangera toujours. Personnellement, ce n’est pas mon cas et je suis très admiratif des gens qui sont comme Bernard. Du coup, sa force est peut-être également sa faiblesse. Mais Bernard s’enferme un peu dans ses mensonges et son univers, ce qui le conduit à se surestimer et à sous-estimer les autres. Pour ma part, dans la vie, je ne sous-estime jamais personne car chaque personne a quelque chose à m’apporter. Je me nourris énormément des autres !

Arnaud Cermolacce est Bernard dans « Mon Meilleur Copain » d’Eric Assous, apprenez en plus sur la pièce !

Qu’est-ce qui t’amuse le plus dans ce rôle ?

Sur le plan de la comédie, c’est un rôle intéressant car il est à l’opposé de moi ! Bernard est quelqu’un de très bavard, il ne s’arrête jamais de parler ! Ce qui m’amusait surtout dans le fait d’incarner Bernard, c’est que l’on pourrait facilement détester ce personnage car il est égoïste, égocentrique, menteur et manipulateur. Dès lors, ce qui m’intéresse dans un personnage comme celui-là est de se dire que si on ne s’arrête qu’à son côté négatif et si on ne le joue que comme un gros « connard », il ne sera pas sympathique. Je ne cherche pas à l’excuser mais je pense que l’on peut toujours trouver une explication à une personnalité, un caractère, un comportement pour qu’un personnage provoque une certaine empathie, une certaine compréhension du public. Il faut trouver le juste milieu.

Comment entre-t-on dans la peau d’un homme aussi « invivable » que Bernard ?

(Rires) Je dirais que j’essaie de chercher la sincérité de ce bonhomme et du coup, je répondrais qu’il faut être très « premier degré ». Il ne faut pas se poser trop de questions sur ce personnage, il faut le prendre tel qu’il est et essayer de comprendre sa logique. Quand on a compris comment fonctionne Bernard, on ne joue plus Bernard mais on le devient sur scène. Il faut que cela soit spontané. Je pense ; et d’ailleurs beaucoup de spectateurs nous le confirment; que nous sommes tous des Bernard par moments mais pas en totalité… Sinon ce serait intenable !

Arnaud Cermolacce est Bernard dans « Mon Meilleur Copain » d’Eric Assous, apprenez en plus sur la pièce !

Que mettrais-tu en avant dans cette pièce d’Eric Assous ?

C’est une comédie contemporaine qui s’adresse à un public de tous âges. C’est une pièce moderne par sa situation et surtout par son langage. C’est le talent d’Eric Assous qui écrit apparemment simplement mais quand on y regarde de plus près, ce n’est pas si simple que ça. Je dirais également que l’autre force de cette pièce est son rythme. « Mon Meilleur Copain » est une petite mécanique dans laquelle on entre doucement mais qui va s’accélérer, s’emballer pour ne plus s’arrêter jusqu’au bout. La mise en scène moderne, dynamique et quelquefois « cinématographique » d’Anthony Marty sublime l’efficacité de l’écriture d’Eric Assous.

Comment nous présenterais-tu les deux femmes de Bernard ?

De manière très machiste à la « Bernard », je dirais qu’elles ont des points communs physiquement car elles sont immenses alors que Bernard n’est pas très grand ! Plus sérieusement, je pense que Bernard aime les femmes mais il est faible et il n’assume rien du tout. Il est marié à Nelly, une femme qu’il aime et qui le rassure, tout en se disant qu’il ne peut s’empêcher d’aller voir ailleurs alors qu’il a besoin de ce pôle de stabilité. Bernard et Nelly sont ensemble depuis 15 ans, ils ont un enfant mais il a besoin comme beaucoup d’hommes de se prouver qu’il peut encore plaire à son âge. Soraya, sa maitresse, est quelqu’un de plus « léger » qui lui apporte une certaine fraicheur. En fait, même avec sa maîtresse, il est tourné vers lui-même. Il va séduire Soraya plus pour se dire qu’il peut encore séduire une jeune femme pétillante mais reste très attaché à sa femme. Il se donne des défis à lui-même !

Arnaud Cermolacce est Bernard dans « Mon Meilleur Copain » d’Eric Assous, apprenez en plus sur la pièce !

Que pensent tes amis ou les spectateurs de ton rôle ?

J’ai toujours peur qu’ils pensent que c’est moi (rires) ! Cela m’inquiète car il faut bien faire le départage. J’en ai d’ailleurs parlé avec Eric Assous qui m’a confié que le rôle de Bernard lui avait posé quelques difficultés car certains comédiens n’avaient pas souhaité s’y coller de peur que cela donne une image un peu apocalyptique d’eux ! Je pense que les gens sont un peu interrogatifs en se demandant s’il y a une part de vrai ou d’autobiographie mais ceux qui me connaissent mieux trouvent que l’exercice est intéressant car ce personnage excessif reste malgré tout ancré dans une vraie réalité.

Aimerais-tu qu’il y ait un « Mon Meilleur Copain 2 » ?

Pourquoi pas ? Mais en toute sincérité, je ne suis pas certain que les suites fonctionnent au théâtre à la différence du cinéma ou de la télévision. De mon point de vue, une pièce au théâtre est une petite pépite, un instant qui a lieu tous les soirs et je ne suis pas convaincu que cela appelle une suite.

Arnaud Cermolacce est Bernard dans « Mon Meilleur Copain » d’Eric Assous, apprenez en plus sur la pièce !

Quel serait ton conseil de survie pour un homme tel que Bernard ?

(Rires) Il le dit dans la pièce : il faut nier, toujours nier même sous la torture, nier ! Bernard répond à la définition du menteur de Marcel Pagnol qui considérait qui qu’un menteur sait pertinemment qu’il ment au début de son mensonge alors que ceux qui l’écoutent y croient. Puis, à la fin, c’est l’inverse !

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir découvrir « Mon Meilleur Copain » à la Comédie Caumartin ?

Je dirais que c’est une pièce sur l’amitié et j’oserais même dire sur les dangers de l’amitié, thème qui n’est pas traité si souvent que cela au théâtre. C’est un bon moment qui peut être vue en famille. Par le prisme du rire, elle nous fait réfléchir jusqu’où peut-on aller en amitié sans trahir ni sans se trahir soi-même.

Commenter cet article