Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec le comédien Benjamin Isel à l’affiche de la comédie « Issue De Secours » !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Amandine Gaymard

Photo Amandine Gaymard

Quel est le pitch d’« Issue De Secours » ?

C'est l'histoire d'un commandant de bord et un copilote qui partent pour New York et qui se rendent compte au bout de deux heures qu’ils ont oublié les passagers. A partir de ce moment-là, les rôles et les rapports vont quelque peu s’inverser.

Qui est ton personnage ?

J’incarne le commandant de bord. Ça fait 10 ans qu’il vole avec son copilote et je te dirais qu’ils aiment bien se taquiner même si mon personnage aime montrer qu’il est le boss. Ce commandant de bord a entre 35 et 40 ans, il est divorcé et c’est quelqu’un d’assez volage. C’est vraiment le cliché du commandant de bord qui va se taper des hôtesses et qui boit de l’alcool en cachette. Il est détaché de son rôle et de ses responsabilités même s’il fait croire le contraire.

Rencontre avec le comédien Benjamin Isel à l’affiche de la comédie « Issue De Secours » !

Peux-tu nous présenter ton acolyte Hadrien Berthaut ? Peut-on dire que vous formez un vrai duo ?

Hadrien possède énormément d’énergie. Il est survolté en permanence (rires). Et sur scène, il m'arrive parfois de me rendre compte à quel point il est drôle. Nous nous sommes rencontrés dans une école de théâtre. Après l’avoir vu jouer, je lui ai proposé de faire un truc ensemble et nous avons joué du Jean Michel Ribes. De là, on a enchaîné en faisant plein de scènes car nous nous sommes rendus compte que cela fonctionnait tous les deux, qu’il y avait une vraie écoute et quelque chose de naturel qui passait entre nous. Cela a été un vrai plaisir de jouer ensemble dès le début. Durant la deuxième année, nous avons commencé à écrire des petits sketchs pour faire marrer nos copains et nous les avons joués pendant nos cours de théâtre. Notre prof était Georges Beller, il a tout de suite accroché et il nous a encouragé à continuer dans cette voie en nous prodiguant des petits conseils. Nous avons eu la chance de présenter le gala de notre école au Théâtre du Gymnase, les gens présents nous ont vu pour la première fois sur scène comme un duo et ça a vraiment très bien marché et de là, nous avons écrit notre spectacle.

Comment est née l’idée d’« Issue De Secours » ?

L’idée est venue après avoir écrit des sketchs qui n’avaient aucun lien. Quand nous écrivons ensemble, nous essayons toujours de partir d'une situation  bancale entre nos personnages, c'est ce qui nous fait rire. C’est Hadrien qui a écrit quelque chose sur des pilotes, j’ai trouvé l’idée bonne et nous nous sommes demandés ce qui pouvait leur arriver.
 

Photo Christine Coquilleau

Photo Christine Coquilleau

Peux-tu nous en dire plus sur la mise en scène de Georges Beller ?

Nous avions tous les deux joué dans des pièces avec Georges Beller auparavant et quand il a accepté la mise en scène d’« Issue De Secours », il nous a dit de garder les pilotes comme fil rouge tout en se servant de nos sketchs déjà écrits mais différemment afin de ne pas perdre les spectateurs dans le spectacle même quand ça part dans un gros délire. Georges est quelqu’un de très perfectionniste et de très pointu. Avec Georges, je dirais que c’est de la pure direction d’acteur. On peut passer énormément de temps sur des petits détails avec lui mais cela nous fait vraiment progresser.

Avez-vous côtoyé des pilotes pour vous imprégner de vos rôles ?

Non, nous en avons rencontrés quand ils sont venus nous voir mais nous ne nous sommes pas inspirés, nous avons simplement cherché à nous amuser.
 

Photo Christine Coquilleau

Photo Christine Coquilleau

Quelle serait la force de cette comédie ?

Je dirais que c’est notre duo, notre entente et notre écoute avec Hadrien. Nous sommes toujours ensemble quoi qu’il arrive même dans des moments de fatigue, on se tire chacun vers le haut. Nous avons 10 ans d’écart mais nous sommes deux gamins qui s’amusent sur scène et on arrive à faire entrer le public dans nos délires.

Qu’est-ce qu’« Un Toit Pour 3 » ?

C’est une comédie que j’ai écrite. C’est une création qui m’a été demandée par Melody Lesage, Justine Ogor et Marine Brumant qui sont trois comédiennes qui voulaient faire une pièce en sortant de l’école. Elles avaient vu notre spectacle et comme elles ne se sentaient pas capables d’écrire, nous avons commencé cette aventure tous les quatre. Elles voulaient que cette pièce parle de trois filles, qu’il y ait des chansons, que ce soit quelque chose d’un peu décalé. L’aventure a grandi et il y a maintenant six comédiennes sur ce projet dont Marion Cador encore élève à Choreïa (une école de comédie musicale) ainsi que Cécile Mazéas et Rosy Pollastro qui partiront à Avignon cet été en compagnie de Melody Lesage. C’est un plaisir d’avoir ces six filles pour travailler !

De qui t’es-tu inspiré pour cette comédie Girly ?

Je me suis inspiré directement des filles en grossissant des traits et en caricaturant certaines. Je suis très comédies Américaines et je me suis replongé dans « Sex And The City » pour être un peu plus dans un univers girly afin de comprendre des choses que moi en tant que mec hétéro, je ne comprends pas forcément. Je te parlerais également de « Friends » car c’est très drôle et les personnages sont bien ancrés. Dans « Friends », au début de la série, Rachel part justement de son mariage.
 

Photo Amandine Gaymard

Photo Amandine Gaymard

As-tu toujours évolué dans la comédie au théâtre ?

Mon histoire avec le théâtre est très récente. Après avoir fait dix ans de Club Med, j’ai arrêté mes saisons à 30 ans. J’avais envie de faire de la scène et je me suis dit qu’il fallait reprendre le métier à la base. J’avais appris sur le tas et je voulais apprendre avec de vrais profs. Ma première pièce a été « Ma Femme S’Appelle Maurice ». C’est grâce à Marnie Duarte une passionnée de théâtre qui habite en Bretagne et qui travaille avec des amateurs dans le but de les faire devenir pros que j’ai rejoint cette pièce. Durant cette même année, Georges Beller m’a demandé de coécrire la pièce « Enfer Et Contre Tout » avec lui. Par la suite, j’ai mis en scène quelques pièces avant « Issue De Secours » et « Un Toit Pour 3 ». Effectivement, j’ai fait pas mal de comédies.

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir voir tes deux pièces actuellement à l’affiche à Paris mais aussi prochainement à Avignon ?

Si vous voulez voir deux pilotes complètement délurés se crasher en beauté, venez voir « Issue De Secours », les critiques sont unanimes. Il en va de même pour « Un Toit Pour 3 », vous verrez trois filles pétillantes, jeunes et jolies qui vous feront rire dans une comédie presque musicale. « Issue De Secours » se joue le vendredi à 21h30 et le dimanche à 19h au Théâtre Du Marais jusqu’au 25 juin et « Un Toit Pour 3 » se jouera encore ce dimanche à 20h et ce lundi à 21h au Théâtre Mélo D’Amélie. Vous pourrez retrouver ces pièces au Festival d’Avignon au Grand Petit Théâtre Rue de la Carreterie ; « Issue De Secours » se jouera à 16h30 et « Un Toit Pour 3 » à 18h15. Les pièces vont sensiblement revenir à la rentrée à Paris.

Commenter cet article