Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec la chanteuse Bessa à l’occasion de la sortie de son premier album !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec la chanteuse Bessa à l’occasion de la sortie de son premier album !

Comment te présenterais-tu à nos lecteurs ?

Je viens d’à côté de Marseille, j’écris, je compose, je chante, je joue de la guitare, un peu de piano et je fais de la production. J’ai tout appris en autodidacte. Je te dirais que je fais beaucoup de choses car je peins et je dessine également.

« De L’Homme A L’Animal » est-il une continuité de ton EP « Héloïse » ou est-ce une « autre histoire » ?

Je ne sais pas s’il y a une continuité ou une discontinuité car chaque titre a été composé comme une histoire à part entière. Sur cet album, je n’ai pas cherché à avoir un fil rouge ou qu’il ait un concept spécial. Ce disque a été fait sur une longue période et les titres se sont un peu empilés comme ça. C’est un peu la théorie du chaos. Ce premier album est pour moi aussi le résultat de 33 années de construction. Certains morceaux ont été créés il y a très longtemps et je les ai remaniés.

Peux-tu nous expliquer ce titre ?

« De L’Homme A L’Animal » représente la violence dans laquelle on peut tomber éventuellement et les rapports un peu sadomasochistes qui peuvent exister entre les êtres humains. Psychologiquement ou affectivement, on peut être parfois tenus par des choses.

Photo FIFOU

Photo FIFOU

Quels sont les thèmes que tu abordes dans cet album ?

Je me suis rendue compte des thèmes qui ressortaient au fur et à mesure de l’écriture car ils sont venus des choses que je vivais. Les thèmes sont variés et j’aimerais assez ne pas influencer les auditeurs sur l’interprétation des choses. Il y a plein de lectures et ce mystère des émotions me plait.

Où puisses-tu ton inspiration ?

Je te dirais que je suis une véritable éponge et que je suis très sensible à tout ce qui m’entoure. Pour te citer un exemple, la chanson « La Fin Du Règne » est née alors que j’étais au Mexique, des tortues venaient pondre sur la plage et les touristes les prenaient en photo et je trouvais ça hallucinant qu’ils viennent les déranger avec leurs flashs. J’ai écrit cette chanson en pensant à ce que devient l’humain à son inconscience et à son manque de respect envers les choses qui l’entourent. La planète est un sujet qui me touche beaucoup car c’est quand même ce qui nous fait vivre. « La Fin Du Règne » parle de ce qu’on pense être notre toute puissance sur le reste des espèces vivantes.

Photo FIFOU

Photo FIFOU

Comment décrirais-tu ton univers aussi bien musical que visuel ?

Ce n’est pas évident de répondre à une telle question car les choses sont tellement mouvantes dans ma tête que rien n’est figé. Je te dirais du coup que c’est un peu un univers à la dérive qui est nourri de plein d’impulsions extérieures. Je suis sensible au cadrage, à la lumière, à l’esthétique des choses et comment tout cela s’entremêle avec la musique. J’aime bien qu’il y ait une part de mystère afin de laisser une place à l’imagination.

Peux-tu nous parler du clip illustrant « De L’Homme A L’Animal » ?

Ce clip a été réalisé par Irwin Barbé et son frère Camille. Nous l’avons filmé à côté de Bonifacio en mai 2016. Durant le tournage, nous étions logés dans des caravanes dans la forêt, c’était assez roots. Erwin adore filmer les lumières bleues, il faut donc se lever tôt et se coucher tard. Le clip a été assez physique et très nature. Il y avait énormément de vent et il faisait très frais mais tout a participé à faire qu’il y ait une sorte de tension dans ce clip.

Photo FIFOU

Photo FIFOU

Comment expliquerais-tu le côté sombre qui flotte sur cet album aussi bien dans la pochette que dans le clip que dans ta musique ?

Je n’y ai pas vraiment réfléchi car cela sort de manière assez spontanée. L’important pour moi est de sortir le message tel qu’il est conçu. Peut-être que mon prochain album sera différent car je vivrais d’autres choses.

T’es-tu très jeune projetée dans une carrière artistique ?

Oui, assez tôt. Je me rappelle être partie en classe verte au CP à 7 ans et je chantais déjà pour mes copines dans les dortoirs. Je pense que j’avais déjà ça dans le sang.

Un univers comme le tien pourrait-il se décliner à l’avenir en littérature ou en exposition ?

Oui, c’est possible. Peut-être qu’un jour, j’exposerais des créations mais pour l’instant, plein de choses trainent chez moi de manière chaotique et je n’y ai pas encore réfléchi. Sur l’album physique, ce sont mes dessins que l’on retrouve dans le livret. Je pense de plus en plus à écrire un livre mais je ne sais pas par où le prendre. C’est quelque chose d’assez multidirectionnel encore dans ma tête. Je te dirais chaque chose en son temps…

Photo FIFOU

Photo FIFOU

Tu interprétais « Partir Avant Les Miens » sur l’album « Balavoine(s) ». Le chanteur disparu est-il l’une de tes références musicales ?

Pour être honnête, non et j’ai même accepté cette aventure car je n’avais pas de lien avec Daniel Balavoine même si j’avais entendu ses titres à la radio. Je l’ai découvert en enregistrant ce titre. Je trouvais ça intéressant car je n’avais aucune sorte d’affect par rapport à des choses trop entendues. J’ai fait ça de manière libre et détendue et ça a été une super belle expérience.

Quels sont tes prochains projets ?

Comme projets à courts termes, mon premier album « De L’Homme A L’Animal » sort le 09 juin et un concert de release party sera organisé au Carmen le 08 juin. Le clip de « Par Hasard » a été tourné, d’autres singles devraient suivre et des dates devraient arriver à la rentrée.

Commenter cet article