Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le chanteur Tibz que les téléspectateurs Français viennent de découvrir lors de la Fête de la Musique sur France 2 vous présente son premier album !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Flavien Prioreau

Photo Flavien Prioreau

Peux-tu nous en dire plus sur toi et sur ton parcours ?

Je m’appelle Thibault, j’ai 23 ans et je suis originaire du Périgord en Dordogne. Je suis auteur, compositeur, interprète, je joue de la guitare et sur scène, je m’accompagne d’une grosse caisse au pied. J’ai commencé la musique vers mes 10 ans et je suis devenu un peu le troubadour du collège et du lycée de mon village. Je me suis inscrit en 2011 alors que j’étais en Terminal sur My Major Company, j’ai tenu cette page comme un blog durant cette année-là, j’ai réussi à avoir plus de 1640 producteurs pour produire mon premier album et j’ai été signé en major l’année suivante.

T’es-tu toujours vu évoluer dans la musique ?

J’ai toujours chanté et j’ai voulu faire de la musique dès mon plus jeune âge. J’ai eu la chance d’avoir des parents qui m’ont dit très jeune que je pourrais faire ce que j’aurais envie après avoir passé mon Bac.

Quelle est la force de ton titre « Nation » selon toi ?

J’ai écrit « Nation » pour qu’il soit un titre très fédérateur et qu’il rassemble autant les jeunes que les gens plus âgés, les mecs un peu plus mainstream et ceux plus grand public. C’est un morceau populaire qui est censé créer une cohésion entre les gens.

Photo Flavien Prioreau

Photo Flavien Prioreau

Comment est née cette chanson ?

J’essaie d’écrire avec mon temps et bien sûr, il y a tout le temps ces histoires d’attentats. Nous vivons dans une époque un peu bizarre où les gens vivent dans la peur et dans le doute. Le mot nation m’a toujours suivi. Pour moi, la nation symbolise des gens qui se rencontrent et qui font quelque chose ensemble. Je voulais avoir un groupe qui s’appelle nation, toutes mes chansons sont enregistrées à Nation à Paris, je devais faire un morceau qui s’appelle « Nation », cela allait dans la continuité des choses et même l’album s’intitule « Nation ».

Peux-tu nous parler du clip illustrant « Nation » ?

Nous avons eu beaucoup de propositions de synopsis pour le clip et j’ai choisi celle d’une petite boite qui s’appelle Matmaru. Ils font beaucoup de clips et de pubs et ils travaillent beaucoup la 3D et les effets spéciaux. Je voulais un clip un peu barré et je suis parti dans le délire de ces chouettes gars très intéressants.

Ton premier album vient de sortir ; comment nous le décrirais-tu ?

C’est un album multigénérationnel qui peut plaire à tout le monde. C’est un album où il y a plein d’amour, de joie et d’optimisme car je suis quelqu’un de très optimiste et bon vivant. Même quand les chansons sont un peu tristes, il y a toujours une pointe d’espoir. Je te dirais que c’est un chouette album très solaire et contemporain qui parle beaucoup de jeunesse.

Photo Flavien Prioreau

Photo Flavien Prioreau

Quels sont les thèmes que tu y abordes ?

Je parle de mon Périgord natal que j’appelle le centre du monde, il y a pas mal d’amour dans cet album car j’avais comme une muse à l’époque de la création de cet album, j’ai beaucoup écrit sur elle et sur notre relation, je parle également des gens en marge de la société…Il y a vraiment de la bienveillance dans tous mes morceaux, on m'a inculqué le respect de l’autre et la solidarité quand j’étais enfant et ce sont des valeurs qui me tiennent à cœur.

Quel titre présent sur « Nation » te ressemblerait le plus ?

Je pense que le titre « On N’Est Pas Bien Là ? » serait celui qui me ressemble le plus. Cette phrase me suit. Quand je vais quelque part, c’est pour être bien et je suis souvent bien partout où je suis. Je suis comme un caméléon.

Qu’est-ce que la Dordogne a insufflé consciemment ou inconsciemment dans ta musique ?

Le Dordogne est un endroit où les gens sont relativement simples et mine de rien assez ouverts d’esprit, ils se contentent de peu de chose pour vivre, on se nourrit du tourisme là-bas et il y a donc tout le temps des gens qui viennent chez nous. La Dordogne est un élan de partage, la vie y est simple et les paysages y sont magnifiques. La Dordogne est un chouette endroit où l’on mange bien.

Photo Flavien Prioreau

Photo Flavien Prioreau

Tu es déjà rodé à la scène mais comment rêves-tu ton Café de la Danse le 16 décembre à Paris ?

Nous sommes en train de préparer les dates d’automne. Je construis un set assez énergique avec mes potes musiciens qui ont travaillé sur l’album. Le Café de la Danse sera une chouette soirée, je veux que les gens transpirent, chantent, dansent, pleurent et rigolent.

Quels sont tes prochains projets ?

Il va y avoir beaucoup de promo suite à la sortie de l’album. Je vais faire pas mal d’allers-retours à travers toute la France. Je vais refaire quelques dates chez moi en Dordogne et nous allons roder le band. Il va y avoir une grosse date à Bergerac et des dates d’été vont suivre. Des salles vont arriver à l’automne et nous finirons par le Café de la Danse le 16 décembre. Nous réfléchissons avec ma super équipe au prochain single.

Photo Flavien Prioreau

Photo Flavien Prioreau

Commenter cet article