Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Samifati vous présente plus en détail son nouvel EP baptisé « Cycle » !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Chama Chereau

Photo Chama Chereau

Peux-tu te présenter à nos lecteurs et nous en dire plus sur ton parcours ?

Je m’appelle Sami et je m’occupe de toute la partie musique dans le projet musical Samifati. J’ai commencé le violon à l’âge de 6 ans au conservatoire en Bretagne. Après avoir fait pas mal de musique classique jusqu’à mes 13/14 ans et comme pas mal d’adolescents, j’ai commencé à en avoir un peu marre du solfège et de la structure. Mes profs ont détecté cela et ils m’ont fait faire autre chose. Je me suis mis au Blues et au Jazz au violon et je me suis ouvert à d’autres esthétiques et à la vingtaine, je me suis rendu compte que je pouvais créer de la musique en mélangeant l’ordinateur et le violon.

« Cycle » ton nouvel EP est-il musicalement dans la continuité de « Chaï » ton premier disque ?

Je dirais que « Cycle » est dans la continuité de « Chaï » mais je dois avouer que j’avais très peur de la redite. Je ne voulais pas faire un « Chaï 2 ». Durant ces deux dernières années, j’ai évolué, j’ai eu d’autres envies et d’autres inspirations. Même si j’avais très peur de la cassure, j’ai essayé de faire une continuité tout en ouvrant sur autre chose et sur ce qui viendra par la suite.

Les quatre morceaux composant « Cycle » racontent-ils une histoire ?

Oui même si le soleil a un peu plus que quatre phases. J’aime l’idée qu’un disque puisse être écouté du début jusqu’à la fin et je suis fasciné par tout ce qui est cyclique et qui se répète. Je m’inspire beaucoup de la musique traditionnelle et des cultures qui vont avec et cette notion de répétition qui amène à la transe y est également très présente. J’ai choisi le cycle du soleil afin de guider l’auditeur sur ce disque et raconter une histoire autour de cela.

Photo Chama Chereau

Photo Chama Chereau

Comment me décrirais-tu ta musique ?

Ce n’est jamais simple de répondre à cette question ! Je te dirais que ça part d’une inspiration de musiques traditionnelles car elles sont riches qu’elles soient Africaines, Asiatiques, Sud-Américaines ou même Bretonnes. A cela s’ajoute la musique électronique. J’aime souvent dire que les musiques traditionnelles étaient créées pour rassembler des gens et faire naître des moments de communion et au final quand on va dans un club, c’est exactement la même chose. Je trouve hyper fort ce parallèle entre les deux musiques.

Tu n’es pas seul dans ce projet musical ; peux-tu nous en dire plus sur ton acolyte ?

Je suis accompagné par Axel Vanlerberghe qui est vidéaste. Il réalise notamment des clips et des documentaires. Nous nous sommes rencontrés un peu par hasard sur un festival il y a 6-7 ans. Axel était venu faire un report et moi, j’y jouais avec mon groupe de l’époque. Le courant est bien passé et nous avons gardé contact. Quand mon groupe s’est terminé et que je me suis mis à réfléchir au projet Samifati, j’en ai parlé à Axel car même avant de composer, j’ai tout de suite eu envie d’avoir une dimension visuelle sur le projet. Axel a été intéressé par le fait de développer de la vidéo en live, ce que l’on appelle le VJing.

Photo Chama Chereau

Photo Chama Chereau

Il y avait des voix sur « Chaï » mais penses-tu que tes morceaux à l’avenir pourraient être chantés ?

Pourquoi pas. Pour l’instant, j’ai surtout fait du sampling mais depuis quelques années, je commence à travailler d’autres personnes même hors du cadre du projet Samifati. Il faudrait que je trouve les bonnes personnes avec qui partager mes titres mais ce serait très chouette de passer à l’étape supérieure à ce niveau-là.

Des vidéos sont-elles prévues pour illustrer des morceaux extraits de « Cycle » ?

Nous avons fait une vidéo pour « Sunrise » et le rendu est à mi-chemin entre le clip et la session live. La vidéo a été tournée en Mayenne au Musée Robert Tatin. Nous avons une idée pour un second clip mais je n’ai pas de date précise à te donner.

Qui retrouve-t-on dans tes influences musicales ?

Je me suis pris une grande claque à l’adolescence avec Bonobo et je trouve son évolution très intéressante. Dans la jeune génération, je pourrais te citer Flume et Cashmere Cat. Dans un autre style, j’aime beaucoup Rone pour son côté mélodique très inspirant.

Samifati vous présente plus en détail son nouvel EP baptisé « Cycle » !

Te verrais-tu composer une musique de film et/ou de documentaire ?

J’aimerais beaucoup ! J’ai déjà composé un peu pour des documentaires assez courts mais composer pour de la fiction, cela serait hyper intéressant. Avec Axel, nous avons souvent des réflexions sur la relation de la musique à l’image mais également de l’influence de l’image sur la musique. De par notre travail, nous faisons pas mal d’allers-retours entre ce que chacun peut faire. Pourquoi pas créer une musique de film pour de la science-fiction ou pour un film de Wes Anderson.

A quoi ressemble Samifati sur scène ?

Je bouge pas mal sur scène tout comme Axel et c’est assez paradoxal car je suis quelqu’un d’assez calme et de posé dans la vie de tous les jours. Quand tu es sur scène, c’est assez grisant, c’est un moment très fort où tu partages avec les gens. Sur scène, en plus des vidéos d’Axel, nous avons imaginé toute une scénographie avec des LEDS. Nous essayons de proposer autre chose que juste de la musique et que l’ensemble soit fort, cohérent et qu’il puisse susciter des émotions chez les gens.

Quels sont tes prochains projets ?

Dans l’immédiat, cela va être beaucoup de concerts en France et à l’étranger. Une tournée en Indonésie est en train de se caler. Nous avons la chance d’être très bien entourés par une équipe booking qui travaille vraiment pour nous. Ensuite, nous allons nous remettre à travailler sur les prochaines sorties. Nous ne savons pas encore si nous partirons sur un nouvel EP ou sur un album.

Commenter cet article