Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec le groupe Paris Combo à l’occasion de la sortie de leur nouvel album « Tako Tsubo » !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Jorge-Fidel Alvarez

Photo Jorge-Fidel Alvarez

C’est vendredi 12 mai que sortira « Tako Tsubo » le sixième album studio de Paris Combo. Belle du Berry et David Lewis ont répondu à nos questions avec beaucoup d'humour et de passion.

Tout d’abord, que signifie le titre de votre nouvel album ?

Belle : Tako Tsubo est le nom du syndrome du cœur brisé, il a été découvert par une équipe Japonaise. C’est un piège à poulpes et je dirais même que c’est une amphore plus précisément. La forme est assez féminine et c’est la forme que va prendre le cœur quand il se resserre après avoir reçu un choc émotionnel très fort. Les symptômes sont ceux de la crise cardiaque mais on n’en meurt pas.

Comment nous présenteriez-vous ce nouvel album ?

B : De manière générale, je dirais que chaque album est particulier. Un album arrive à peu près tous les deux ou trois dans une vie de groupe. Un album est une superposition de plusieurs choses, il y a la vie du groupe en elle-même, les tournées et la composition. Un album est une sorte de photographie musicale et émotionnelle du moment.

David : Je dirais que ce qui distingue cet album des précédents est la recherche faite afin de créer cet écrin musical au niveau des arrangements pour chaque chanson. Nous avons travaillé en amont avant de jouer les morceaux avec le groupe alors que précédemment, nous développions souvent la musique en jouant ensemble. « Tako Tsubo » a été réfléchi et développé avant. Nous avons voulu présenter le groupe avec sa signature sonore mais dans des contextes différents. Il y a un peu plus d’arrangements sur ce disque. Je pense que nous avons créé parfois un climat un peu cinématographique sur ce disque et d'ailleurs, certains titres étaient des musiques de film avant de devenir des chansons.

Rencontre avec le groupe Paris Combo à l’occasion de la sortie de leur nouvel album « Tako Tsubo » !

Que retrouve-t-on au niveau des textes sur « Tako Tsubo » ?

B : Cet album parle beaucoup de notre machine humaine à savoir la magie du corps humain et de l’esprit qui l’habite. Ce disque aborde cette relation entre cette machine extraordinaire, les émotions ressenties et l’effet boomerang de ces émotions sur cette machine. « Tako Tsubo » parle d’amour, de chagrin, de recherche désespérée de l’amour, de choses beaucoup plus rêveuses. C’est un regard sur les phases de vie.

D : On peut imaginer avec ce titre que cela parle de choses douloureuses mais il y a beaucoup d’humour dans cet album. Sur le titre « Tako Tsubo » nous avons un invité puisque Barcella est venu y poser un slam. Je dirais qu’il y a un cœur brisé mais ce n’est pas trop grave. On s’en remet !

Quel serait votre secret pour ne jamais tourner en rond au bout de 20 ans de carrière discographique ?

B : Je dirais que le secret est presque lié à ce métier qui est un éternel recommencement. On vit des moments, il y a des consécrations ; il faut l’espérer ; ensuite, on remet tous les compteurs à zéro et on repart pour de nouvelles aventures. Cet éternel recommencement fait qu’il faut toujours se remettre en question.

D : Quand on joue, on va à la rencontre d’un public et il y a souvent des gens qui n’ont jamais écouté notre musique. Au bout de 20 ans, on fait encore découvrir notre musique à de nouveaux auditeurs et c’est très excitant.

Photo Jorge-Fidel Alvarez

Photo Jorge-Fidel Alvarez

Dans quels pays, Paris Combo a-t-il une exposition en dehors de nos frontières ?

B : Nous allons depuis longtemps et régulièrement aux Etats-Unis. Nous avons fait plus de 20 tournées là-bas. Nous avons même des lieux dans lesquels nous revenons jouer souvent.

D : Il y a également l’Australie où nous sommes allés quatre ou cinq fois. L’année dernière, nous sommes allés en Chine où nous avons d’ailleurs collaboré avec un groupe à Hong-Kong. Ces dernières années, nous avons pas mal tourné en Europe que ce soit en Allemagne, en République Tchèque, la Norvège, la Russie et l’Ukraine.

B : Je dirais que notre public à l’étranger est souvent Francophile quand même, il y a un lien avec la langue.

D : Même si c’est fantasmé, je pense que les gens ont une très forte image de Paris et de la France.

Quelles seraient selon vous les forces de Paris Combo ?

D : Belle chante en Français, elle communique beaucoup avec le public entre les chansons et je pense que notre musique présente quelque chose d’à la fois exotique et hybride. Je dirais que la force du groupe est cette synergie entre Belle et nous tous. Quand nous jouons en live, il y a vraiment quelque chose de magique qui se passe avec le public.

B : Je dirais que notre signature sonore est la force de notre groupe. Je pense que c’est ce qui fait sa identité, sa spécificité et sa sincérité.

Vous avez sorti un album en duo. Pouvez-vous nous expliquer cette parenthèse et nous dire s’il y en aurait d’autres à l’avenir ?

D : Cet album est sorti pendant une période de break et ceci explique également en partie notre longévité car nous avons pris une pause de quatre ou cinq ans. Pendant ce temps, nous avons fait l’album « Quizz » en duo. Depuis que l’on se connait avec Belle nous avons toujours composé ensemble pour Paris Combo mais également pour d’autres artistes. J’aurais donc tendance à dire que d’autres albums à deux pourraient sortir à l’avenir.

Rencontre avec le groupe Paris Combo à l’occasion de la sortie de leur nouvel album « Tako Tsubo » !

Belle, vous avez récemment écrit pour la chanteuse Carmen Maria Vega. Pouvez-vous nous en dire plus sur le titre « Jettatore » ?

B : David et moi avons écrit ce titre pour Carmen Maria Vega dont je suis évidemment une grande fan et je trouvais que cela lui allait bien. Je trouve qu’elle a une super voix, une super présence et beaucoup d’humour. Elle fait partie des chanteuses vivantes, c’est une figure qui me plait beaucoup. La rencontre s’est faite grâce à Billie une autre chanteuse pour qui j’écris. Il y a eu une connexion. Nous avons discuté ensemble et cette chanson sur le thème du langage est née.

Quel titre de Paris Combo vous vient immédiatement à l’esprit et pouvez-vous développer votre choix ?

B : « Living Room » car c’est un tube (rires). Le grand public a découvert Paris Combo grâce à cette chanson et à cet album. C’est un petit miracle.

D : Je pense que c’est une belle rencontre avec une chanson, un label indé très motivé et une major. Nous avons eu de la chance d’avoir eu cette chanson.

B : Il y a eu un bel alignement des planètes.

Photo Jorge-Fidel Alvarez

Photo Jorge-Fidel Alvarez

Quel a été le « déclic » pour chacun de vous pour faire de la musique votre métier ?

B : Le déclic pour moi a été long car je me suis posé la question durant longtemps. Est-ce que je voulais faire de la musique pour gagner ma vie ? J’ai commencé à faire du Punk avec un esprit amateur mais quand je jouais dans la rue et que je ramassais des pièces, il y avait quand même une notion d’argent. Avant Paris Combo, nous avions fait une formation qui avait connu un joli succès et les maisons de disque étaient intéressées. Nous avons joué durant un an au Zèbre à l’époque où Christiane Leproux le tenait. J’en garde des souvenirs merveilleux et je me demandais si j’avais envie de bouger de cela. J’ai dit oui et cela a été le déclic.

D : Ma mère est musicienne et elle était notamment professeur de piano. Vers l’âge de 11-12 ans, j’ai réalisé que cela pouvait être un métier et cela me semblait quelque chose d’hautement désirable. Cela a été une évidence.

Quels sont vos prochains projets ?

B : L’album « Tako Tsubo » sort vendredi 12 mai. Nous serons en concert au New Morning le 1er juin pour fêter cette sortie dignement.

D : Nous aurons quelques dates cet été en France et une tournée commencera cet automne. Je joue également dans L’Orchestre De La Lune qui est une sorte de fanfare/big band hybride et l’album sort également en ce moment.

B : Je vais suivre avec grand plaisir l’album de Carmen Maria Vega, j’écris notamment pour Natalia Doco et pour Billie. Ce sont toutes de très belles artistes. J’espère que nous pourrons faire une résidence avec Paris Combo afin de bien travailler le côté spectacle.

D : Un second clip arrivera également.

Commenter cet article