Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec le chanteur Freddy à l'occasion de la sortie de son deuxième album !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Larry Paul

Photo Larry Paul

Peux-tu nous en dire plus sur toi et sur ton parcours ?

Je m’appelle Freddy, je suis auteur, compositeur et interprète. Je suis à Paris depuis quelques années mais de Toulon et de Fontenay Sous Bois de coeur puisque j'y ai vécu toute mon adolescence . J’ai commencé vers 17 ans en écrivant mes premiers textes puis ,de fil en aiguille, j'ai intégré des troupes de théâtre, j’ai fait des comédies musicales et divers groupes vocaux. Je te dirais que j’ai vraiment trouvé mon son en 2003 grâce à mon pote Gilles qui m’a fait découvrir tout le Hip Hop Jazzy, Jay Dee et D'angelo en tête. J’ai eu un vrai déclic et ça m'a donné envie de faire quelque chose dans la même veine mais en Français. 

Tes deux albums se ressemblent-ils ?

La démarche n’a pas été la même pour les deux albums. Pour le premier, j’avais tout composé au piano et j’avais fait appel ensuite à mon arrangeur Guillaume Poncelet. Pour le second, j’ai fait quelques titres au piano mais la plupart des morceaux ont été créé directement avec les différents musiciens que ce soit Christophe Lardeau, Xavier Belrose, Gaël Cadoux ou Simon Marini. Je te dirais que mon deuxième album est la continuité du premier mais qu'il y a eu une évolution. Il est moins Nu Soul. J’ai ouvert mon univers en allant plus vers ce que je suis aujourd'hui. Même si cela reste Soul, j’ai saupoudré tout cela de Swing et de Jazz.

Photo Guillaume Landry

Photo Guillaume Landry

Tu as sorti « Mes Couleurs » en 2008 ; pourquoi autant de temps pour revenir avec « Un Jour J’Ecrirai » ?

Quand mon premier album est sorti, cela a été assez dur car j’ai dû reprendre tout de suite le taf . J’ai toujours travaillé en parallèle et je me suis toujours dit qu’une fois que je vivrais de la musique, j’arrêterais de bosser dans la restauration. Après « Mes Couleurs », j’ai travaillé sur l’album de Ben L’Oncle Soul et j’ai vécu tout simplement, j’ai eu des enfants et le temps a filé. Cela a fait long même pour moi et je pense que je ferais le troisième album plus rapidement. 

Du coup, dirais-tu que ton nouveau single « Comme Un Enfoiré (J’Taffe) » est le reflet de la vie d’artiste ?

Ça peut l’être dans le sens où de nos jours, c’est très difficile de vivre de la musique. C’est un parcours du combattant. J’ai mis du temps pour pouvoir en vivre mais je ne me suis jamais plaint en prenant les choses avec philosophie. La plupart des artistes ont un job alimentaire et font de la musique à côté. J’ai toujours donné comme conseil de travailler pour subvenir aux besoins du quotidien tout en travaillant également la musique et en ne lâchant rien. Je pense que l’on peut faire les deux et c’est ce que j’ai appliqué pour moi. 

Quel a été le retour de tes enfants sur la chanson « Ca S’Fait Pas » ?

J’ai écrit cette chanson par rapport à ma fille car c’est elle qui me disait toujours ça à une période . Ce qui a fait le lien pour cette chanson a été mon dessin animé préféré « Le Livre De La Jungle ». J’ai essayé de faire quelque chose de Swing dans l’esprit du Roi Louis sur « Etre Un Homme Comme Vous ». Ma fille a posé sur les chœurs de cette chanson et elle aime beaucoup le titre. 

Photo Guillaume Landry

Photo Guillaume Landry

De quoi parles-tu sur ton nouvel album ?

L’album n’est vraiment pas une fiction. Je suis parti d’une vérité pour tous les textes que j’ai écrit que ce soit de ma fille, de ma femme qui m’a fait entrevoir plein de belles choses, de ma vie de couple, … Je te dirais que ces chansons sont des tranches de vie. « Tiré Tiré » en revanche n’est vraiment pas autobiographique (rires), j’ai voulu faire quelque chose à la " Shit Damn Mother Fucker " de D’Angelo .

Peux-tu nous parler des collaborations se trouvant sur ton nouveau disque ?

Ben L’Oncle Soul, qui est un ami avant tout ,a collaboré sur le titre « Un Jour J’Ecrirai » car cette chanson raconte notre histoire tout simplement et je le voulais absolument sur ce titre là car nous avons partagé tellement de choses ensemble. Larry Tola m’a rejoint sur « N’Oublie Jamais ». Larry comme Ben est un poto qui m’a toujours soutenu et je voulais partager un morceau avec lui car j’adore sa voix et ce qu'il est. 

Photo Guillaume Landry

Photo Guillaume Landry

Te définirais-tu comme un Soul man ?

Je ne sais pas si je suis un Soul man, je suis avant tout auteur et compositeur et je m’exprime avec la musique que je sais faire. Soul man est un bien grand mot pour moi car je ne me qualifie pas comme un chanteur à voix. Je reste dans ce que je sais faire et j'essaye de le faire bien. Je ne me compare pas à un Otis ou à un Marvin. Je te répondrais oui et non du coup (rires) car j’ai un peu la même démarche que Raphaël Saadiq, je me concentre avant tout sur les mélodies . 

Tu chantes en Français ; penses-tu que c’est l’une des forces de ton projet musical ?

C’est surtout que je ne sais pas écrire en Anglais même si je m’exprime correctement dans cette langue. On est très peu à faire cette musique en Français et je me suis toujours battu pour le faire en Français afin que le public comprenne le message. Ça peut être une force mais je ne me focalise pas là-dessus.

Photo Guillaume Landry

Photo Guillaume Landry

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire ce métier ?

A 20 ans, je me suis retrouvé sur scène au Trianon afin de donner un spectacle avec La Compagnie Du Chahut et j’ai vraiment eu une révélation. Le public avait adoré le spectacle, les spectateurs sont venus nous parler et j’ai pris conscience que c’était ce que je voulais faire de ma vie. 

Quels sont tes prochains projets ? 

Mon album « Un Jour J’Ecrirai » vient juste de sortir et je vais le défendre sur scène. Je serais en concert le 15 juin à La Maroquinerie. J’ai vraiment hâte. On se bouge avec le label pour faire des dates un peu partout afin de faire vivre le projet. A partir de la rentrée, je voudrais monter un atelier d’écriture pour donner envie aux gens d’écrire en Français dans cette musique. Je ne serais pas le seul intervenant, il y aura d’autres auteurs qui me plaisent et qui gravitent autour de moi dans ce laboratoire pour débloquer les gens, affiner le style de certains afin de faire groover les mots. D’autres titres seront extraits de l’album et il y aura dans l’idéal 2 ou 3 autres clips si le public suit.

Commenter cet article