Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le tandem OMOH vous présente leur nouvel EP et leurs prochains projets !

Publié le par Steph Musicnation

Photo  Hélène Peruzzaro  DA  Victoria Rastello

Photo Hélène Peruzzaro DA Victoria Rastello

Comment s’est formé OMOH ?

Clément : Nous sommes tous les deux de Nîmes et nous nous sommes rencontrés en faisant de la musique. Nous avions nos groupes respectifs et nous nous croisions dans les bars. J’avais un groupe de Rap Français et Baptiste avait un groupe un peu Britpop. Je suis devenu ingé son de son groupe et nous avons fait des tournées ensemble. Nous sommes arrivés à Paris, Baptiste avait des chansons et un studio mais il ne savait pas l’utiliser.

Baptiste : Clément est venu m’aidé et nous nous sommes rendus compte que mes chansons matchaient bien avec ses idées. De fil en aiguille, nous avons monté OMOH. A la base, notre but premier était de produire d’autres artistes. Nous nous sommes exercés sur nos propres chansons et le premier EP est sorti afin de montrer ce que nous valions en termes de productions. Nous avons eu des propositions d’autres artistes mais au final, nous avions nos chansons et nous avons voulu sortir nos disques et défendre nos titres en live.

Quel est le « rôle » de chacun au sein de votre duo ?

B : Cela a beaucoup changé en cinq ans. A la base, je chantais et je composais alors que Clément s’occupait plus des arrangements. Clément s’est mis à écrire, chanter et à composer et je me suis mis à produire.

C : Il y avait des rôles mais il y en a moins maintenant.

B : Tout s’est fait naturellement et nous nous sommes adaptés en fonction de nos vies et de nos envies. Personnellement, je suis parti en tant que musicien durant un an et demi sur la précédente tournée de Julien Doré et Clément s’est mis à chanter, écrire et composer car il était tout seul durant ce laps de temps. C’est pourquoi Clément apparait beaucoup plus sur ce disque par rapport au précédent.

Photo  Hélène Peruzzaro  DA  Victoria Rastello

Photo Hélène Peruzzaro DA Victoria Rastello

Comment chacun me présenterait l’autre ?

C : Baptiste est quelqu’un de généreux, de patient et de très à l’écoute ; cela permet d’avoir beaucoup de discutions et c’est un atout.

B : Clément est un esprit libre et je l’envie beaucoup pour cela. Il est libre et carré à la fois. C’est plaisant car les moments de liberté me permettent de m’évader et de lâcher un peu prise avec e projet et les moments carrés permettent de se rendre compte qu’il y a des choses qui ne vont pas et qu’il faut les régler. Je trouve que ces deux extrêmes sont assez sains et qu’ils forment un équilibre.

Quelle est l’histoire d’« Amour 3000 » le premier extrait de votre nouvel EP ?

B : C’est une histoire d’amour qui se vit à 3000 à l’heure. En trois minutes, nous avons voulu résumer le schéma d’une histoire passionnelle qui commence très vite et qui se termine tout aussi rapidement, ce genre d’histoires qui ne durent pas très longtemps marquent parfois plus que celles qui durent des années.

Le tandem OMOH vous présente leur nouvel EP et leurs prochains projets !

Quelle a été votre envie première pour le clip illustrant ce titre ?

C : La première envie a été de vouloir prendre le contrepied de ce que l’on faisait avant. Nous ne voulions pas apparaitre dans nos clips ni que l’on pose des visages sur le nom d’OMOH. Nous avons un peu balayé cela.

B : Nous avons fini par trouver cela un peu prétentieux et nous avons choisi de montrer qui nous sommes sans filtre.

C : Baptiste m’a expliqué cette idée de faire quelque chose dans la rue avant d’aller rejoindre les copains Marie, Léo et Gaël qui font également partie du groupe sur scène et dans nos vies. Cette idée d’interaction m’a plu. Le clip est réel et concret.

B : Le clip ne raconte pas la chanson mais il va plus loin que cela. C’est la première fois que nous chantons en Français. On enlève les masques et on se met à nu. Il y a un côté intimiste dans cette vidéo.

Cet EP précède un premier album prévu pour la rentrée. Que pouvez-vous nous dire sur ce disque ?

C : Concrètement, l’EP est un extrait de l’album. Il y a donc un titre en Français et il y en aura un autre sur l’album pour sûr. L’album n’est pas tout à fait fini et je te dirais que nous sommes encore en train de finaliser l’histoire de ce disque qui sera principalement chanté en Anglais. Les thématiques resteront un peu les mêmes, nous parlons d’amour mais avec un peu plus d’espoir et de second degré.

Photo Paloma Pineda

Photo Paloma Pineda

Comment me décririez-vous l’univers d’OMOH ?

C : C’était plus simple de répondre à cette question avant car nous avions une vision très claire et cinématographique du projet. Maintenant, OMOH est une boîte à idées assez large. Nous naviguons dans un archipel où il y aurait du Rock, de la Pop, de l’Electro et de l’Indie. Nous sommes dans ces eaux et on s’y ballade.

B : Notre univers est un peu plus solaire et un peu plus Roots que ce que l’on faisait auparavant. Je te dirais que notre univers est encore plus sincère et moins superficiel car on se connait encore plus.

Qui vous accompagne vocalement sur ce disque ?

B : Principalement, nous sommes accompagnés par Marie-Flore. Nous avons été ses musiciens sur son album « By The Dozen » qui est sorti en 2014. Nous sommes devenus amis et nous avons toujours rêvé d’avoir des voix de filles sur nos chansons. Parler d’amour, c’est un échange et c’était bien d’avoir une réponse féminine.

C : Marie-Flore vient de sortir un nouvel EP intitulé « Passade Digitale » et c’est une artiste à part entière incroyable.

B : L’une de nos amies Amélie a fait des chœurs sur nos morceaux.

Photo Paloma Pineda

Photo Paloma Pineda

Jacno et Taxi Girl font-ils partie de vos influences ?

C : Jacno et « Amour 3000 », c’est indéniable et nous avons beaucoup écouté Taxi Girl.

Vous ouvrez les concerts de Julie Doré. Va-t-on vous retrouver en tête d’affiche prochainement ?

B : Julien va finir par faire nos premières parties (rires). Nous nous sommes concentrés sur la tournée des Zénith avec Julien.

C : Cela représente déjà beaucoup d’organisation. On fera une release party le 14 juin au Pop Up Du Label et nous jouerons cet été à St-Malo.

B : D’autres concerts se feront très certainement au moment de la sortie de l’album.

Quels sont vos autres projets en parallèle à l’arrivée de votre album ?

C : A priori, nous n’avons plus d’albums à produire pour d’autres, ce qui a souvent été le cas et ceci occupait bien nos emplois du temps. Nous avons des envies très personnelles, chacun de notre côté. Pour ma part, je fais un peu de Techno de mon côté. Nous aimerions continuer à travailler avec les copains.

Source FB officiel d'OMOH

Source FB officiel d'OMOH

Travaillez-vous comme remixeurs également ?

B : Nous sommes plus ré-arrangeurs que remixeurs. Nous avons parfois des commandes précises afin de booster un peu des titres. Nous ne le faisons pas actuellement car nous manquons de temps mais j’aimerais bien en refaire ou même un album pour un artiste.

C : Ce sont de bonnes expériences. Nous ne sommes pas des remixeurs en tant que tels car nous réarrangeons en respectant la chanson. Nous avons tout de même fait des remixes pour Manolo Redondo et Aloha Orchestra. C’est un exercice qui est drôle et qui nous force à ne pas respecter la chanson (rires).

Commenter cet article