Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Découvrez-en plus sur l’actualité et les projets de Sharon Meni !

Publié le par Steph Musicnation

Découvrez-en plus sur l’actualité et les projets de Sharon Meni !

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs et nous en dire qui fait quoi dans Sharon Meni ?

Sharon : Je m’appelle Sharon Laloum, je viens d’Israël et je vis à Paris depuis quatre ans. Dans notre projet musical Sharon Meni, nous écrivons et nous composons tout ensemble et je chante sur nos morceaux.

Meni : Je m’appelle Meni Sonino ; tout comme Sharon, je viens d’Israël. En termes d’instruments, nous jouons des claviers et des pads. Nous avons créé l’univers de Sharon Meni ensemble, on écrit, on compose et on décide de tout tous les deux mais nous donnons également nos partitions à des musiciens afin d’incorporer des instruments acoustiques à nos compositions.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

M : Nous nous sommes rencontrés au lycée. Nous étions dans la même classe de musique. Sharon chantait, je l’accompagnais au piano et nous jouions des chansons assez tristes au début. De manière très innocente, nous étions dans une veine dramatique. Cela remonte à 12 ans !

Découvrez-en plus sur l’actualité et les projets de Sharon Meni !

Avez-vous tous les deux toujours évolué dans la musique ?

S : Je te dirais que je chante depuis toujours. Depuis mes 10 ans, je monte sur scène et j’ai fait beaucoup de spectacles en Israël. J’ai également fait une académie de musique.

M : J’ai commencé en prenant des cours particuliers mais ensuite je me suis dirigé vers des études d’architecture. Durant mes études, j’étais le chef d’orchestre de la formation musicale de l’université. Quand j’ai fini mes études, je suis venu à Paris afin de monter notre projet musical. L’architecture est un plan B.

Comment nous parleriez-vous de votre premier EP éponyme ?

S : Meni est arrivé en France il y a un an. Nous avions envie de faire un EP afin de montrer un début de ce qu’est Sharon Meni. Nous y avons réfléchi durant un. Nous nous sommes cherchés et nous nous sommes posé la question de savoir ce que nous voulions dire. Nous avons développé le concept de Sharon Meni qui est le nom du groupe mais aussi celui de l’EP, c’est un personnage à qui il arrive des choses. Dans ce disque, il y a toute une histoire. Je te dirais que nous sommes faits de tout un tas de choses, nous parlons plusieurs langues, nous sommes les fruits de plusieurs cultures et nous voulions que cela se ressente dans notre musique. Tout s’est fait très naturellement sur ce disque, Sharon Meni nous représente nous avec beaucoup de facettes.

Découvrez-en plus sur l’actualité et les projets de Sharon Meni !

Peut-on voir du coup cet EP comme un scénario ? Seriez-vous tentés de le mettre intégralement en images ?

S : Totalement ! C’est ce qu’on voudrait faire idéalement. Comme nous sommes en autoproduction, tout se fait au fur et à mesure des envies. On se permet de rêver de plus en plus. Nous voudrions aller au bout de nos rêves.

Que raconte « Slow Motion » votre premier single ?

M : Nous avons créé « Slow Motion » avant de connaître le personnage de Sharon Meni mais ce morceau parle d’elle. C’est difficile de l’expliquer avec des mots mais cette chanson est un florilège de sentiments. Chacun peut se faire sa propre explication de « Slow Motion » que ce soit par rapport aux paroles ou à la musique.

Pouvez-vous nous parler de votre nouveau clip illustrant la chanson « I Love My Life » ?

S : « I Love My Life » représente la fin de l’histoire de Sharon Meni sur ce disque-là. L’idée était de montrer le personnage au premier plan au public. Il y a deux images de Sharon Meni dans ce clip. La première est une Sharon Meni vêtue d’une robe de soirée rouge dans une baignoire remplie d’eau. La seconde est vêtue de noire, elle est folle et elle va dans tous les sens. La seconde est à l’intérieur de la première. C’est Zulma Rouge qui est une réalisatrice géniale qui a fait ce clip. Nous aimons beaucoup ce qu’elle fait notamment son esthétisme et ses idées. Nous avons appris beaucoup de choses durant cette journée de tournage où nous avons été entourés d’une quinzaine de personnes.

Photo: Royker Borges López Makeup: Sarah Ohayon Graphic Design: Shira Steingarten

Photo: Royker Borges López Makeup: Sarah Ohayon Graphic Design: Shira Steingarten

Que retrouve-t-on dans vos textes ?

S : Les chansons vont parler du rapport de Sharon Meni a elle-même. Sharon Meni se regarde dans un miroir, elle peut être en guerre avec elle-même, il y a de l’intensité parfois de la nostalgie. Tout tourne autour d’elle.

Pourquoi avoir fait le choix de chanter dans trois langues et de pas avoir opté pour l’une d’elles en particulier ?

M : Sharon parle trois langues et moi, deux et demi (rires). C’est quelque chose qui nous définit. Nous avons grandi en Israël avec des programmes Français à la télé et en écoutant de la musique Anglo-saxonne et maintenant, nous sommes ici en France.

S : Nous avons des origines Italiennes, Irakiennes, Algériennes et Marocaines. C’est nous, c’est notre culture, nous n’avons pas eu à choisir.

Comment décririez-vous votre univers avec des adjectifs ?

S et M : Emotionnel, artistique, recherché, multiculturel, sans limite et on te dirait que c’est une capture du présent.

Découvrez-en plus sur l’actualité et les projets de Sharon Meni !

Quels sont vos prochains projets ?

S et M : Nous travaillons sur une comédie musicale qui s’intitule « Naïve » et nous avons composé la musique d’un court métrage qui sort au mois de juin. D’autres clips devraient arriver également. En mai, nous donnerons un concert au Barby en Israël et le 28 septembre, nous serons au Petit Bain à Paris. Nous cherchons un tourneur afin de programmer des scènes plus vers la fin d’année. On a déjà hâte d’être sur scène !

Commenter cet article