Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retrouvailles avec Le Bon Nob à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Angelica Ender

Photo Angelica Ender

Que s’est-il passé pour toi entre la sortie de « L’Art Mûrit » en 2012 et l’arrivée de « P’tit Con » en 2017 ?

Il s’est passé beaucoup de choses durant ces cinq années. « P’tit Con » a été en trame de fond durant tout ce temps. Je n’ai pas voulu écrire cet album sur une période donnée, je me suis laissé le temps de le faire mais j’ai produit des freestyles sur Internet, j’ai fait du son avec des rappeurs que je croisais…Dès que j’avais un son qui me paraissait vraiment au-dessus du lot, je le mettais de côté pour cet album afin qu’il puisse être un recueil de pépites. « P’tit Con » a mis du temps à sortir mais il y a eu aussi le projet musical Yépa avec mon frère. Nous avons sorti l’album « Paradoxe » et nous avons fait pas mal de concerts avec le groupe durant trois ans. Cela m’a permis de m’enrichir musicalement et cela se sent dans mon album, il y a notamment plus de chant et de musique que dans le premier. J’avais sorti également l’EP « Mydriase » avec le beatmaker Clem Beat’Z qui est aussi présent sur mon album.

Comment nous présenterais-tu ton nouveau disque ?

Mon nouveau disque est un recueil de ce que j’ai trouvé de plus intéressant parmi tout ce que j’ai pu produire ces dernières années. C’est un album qui se veut beaucoup plus éclectique que mon premier projet. Il y a cinq beatmakers, il y a plus d’univers et plus de styles. Je suis un MC que l’on peut qualifier d’assez old-school dans l’approche mais j’ai pu me mettre un peu plus en danger en apportant une dimension plus actuelle dans les flows et dans la musique. DJ Elite qui a arrangé l’album au Blackbird Studio a emmené ce côté plus neuf.

Retrouvailles avec Le Bon Nob à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

Ton écriture a-t-elle changé en cinq ans ?

Oui, c’est sûr, elle a changé. Il y a beaucoup d’évolution et une nouvelle façon de parler des choses qui me touche. Avant, j’étais plus dans le concret alors que maintenant j’essaye d’apporter plus de poésie et d’images dans mes textes. Remo m’a pas mal inspiré dans l’écriture car mon frère a une écriture plus synthétique et il m’a appris à gérer les silences et à savoir écrire moins de mots pour parfois en dire plus.

Pourquoi l’avoir baptisé « P’tit Con » ?

J’ai baptisé mon nouvel album ainsi car « P’tit Con » est un morceau que j’avais partagé sur Soundcloud et les gens l’ont beaucoup apprécié. C’est à ce moment-là que je me suis dit qu’il était peut-être temps de faire un album. « P’tit Con » m’a donné le coup de fouet pour m’y mettre et « P’tit Con » est aussi un peu un constat. J’approche doucement de la trentaine, c’est un âge auquel on se rend compte qu’il faut arrêter d’être un p’tit con et il y a un moment où il faut passer à autre. Pour moi, c’était une manière de marquer ça dans le temps et de me dire que ça y est le p’tit con est derrière moi et qu’il faut avancer.

Photo Angelica Ender

Photo Angelica Ender

Qu’est-ce qui a nourri ton écriture pour ce disque ? Peux-tu nous en dire plus sur les thèmes qui y sont abordés ?

Je te répondrais que ce qui a nourri mon écriture a été tout simplement l’humain et l’observation des humains. Je suis un gars assez discret dans la vie de tous les jours et je suis assez observateur. J’ai voulu faire un album qui parle aux gens par le biais de situations communes. Je parle pas mal d’amour, de la condition humaine, de l’idée de grandir et de mûrir…J’ai voulu mettre tout l’égo trip dans « L’Ego » le morceau qui ouvre l’album. Dans « Exhibo », j’aborde un thème qui me tenait à cœur car nous vivons dans une société où tout le monde s’épie un peu et s'expose beaucoup mais en tant qu’artiste, on le fait naturellement puisqu’on est un exhibitionniste des sentiments, on passe notre temps à vider notre cœur dans les oreilles d’inconnus. Je parle également du mensonge, d’espoir…Je fais beaucoup de constats dans cet album en amenant des solutions afin que les choses avancent.

Peux-tu nous parler des collaborations sur « P’tit Con » ?

J’ai fait des collaborations qui se résument pratiquement à ma famille car j’ai voulu que cet album me ressemble entièrement sans apporter trop d’univers extérieurs. J’aime faire des featurings mais je préfère en faire sur des morceaux isolés. J’ai invité Remo mon frère jumeau sur deux titres mais aussi mon père qui écrit des textes depuis que je suis tout petit. C’est grâce à lui que j’écris et je voulais lui rendre un hommage en l’invitant sur ce projet et il envoie un slam sur « Gènes Et Rations ». Neyg et Lazare sont les deux MCS que j’ai invité car ce sont des rappeurs que j’apprécie beaucoup malgré le fait qu’ils aient arrêté de rapper depuis quelques années. Je trouvais ça marrant d’arriver avec un album neuf avec des MCS qui ne sont plus du tout dans le game mais qui reviennent seulement pour « Découpe-Les » et ils ont envoyé le meilleur d’eux !

Retrouvailles avec Le Bon Nob à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

« P’tit Con » est également le nom de ton nouveau single. Peux-tu nous en dire plus sur son clip ?

Ce clip a été réalisé par Alexis Pifou et nous l’avons tourné à Montréal. J’avais beaucoup apprécié les clips qu’il avait fait en France pour Pand'Or avec qui je partage souvent la scène. Le clip a été filmé avec une toute nouvelle caméra qui permet de tourner à 360°. On a décidé de mettre en images une balade à vélo dans la ville et je trouvais que ça collait bien avec ce morceau qui montre que dans la vie il faut continuer à avancer en laissant les choses derrière soi tout en continuant sa ligne et en traçant tout droit. Je suis très content de ce clip !

Comment te situerais-tu dans le milieu du Hip Hop Français ?

C’est un peu difficile de se situer dans le milieu car c’est un grand mot et je trouve qu’il y a différentes tailles de « piscines ». Je considère que je fais plutôt partie de l’underground Français qui représente tous les gens actifs dans le Rap mais qui ne sont pas forcément exposés à la TV ou à la radio mais qui produisent beaucoup de choses. Dans ce milieu-là, j’ai beaucoup bougé, j’ai pas mal de concerts à Paris et un peu partout en France, j’ai rencontré beaucoup de rappeurs et je sais qu’aujourd’hui tout le monde me connait et que la plupart des gens valident ce que je fais. En revanche, on fonctionne beaucoup en équipe dans ce milieu et je n’ai pas spécialement l’impression d’en avoir une si ce n’est Pand'Or. L’accueil est toujours cool même si chacun se bat pour son steak. J’espère que plus tard je pourrais créer différents projets avec des MCS car j’aime bien le partage et l’entraide. J’ai quelques idées en tête pour des EPS…

Retrouvailles avec Le Bon Nob à l’occasion de la sortie de son nouvel album !

Un second album de Yépa est-il prévu ?

Ecoutes, un second album de Yépa est forcément prévu dans nos cœurs car c’est un duo de jumeaux qui durera sans cesse mais Remo est médecin avant tout et il a de moins en moins de temps pour faire de la musique même s’il compose toujours. Pour ma part, je suis pas mal occupé pour mon album. Je pense que le second album de Yépa se fera un peu comme mon nouvel album, nous allons continuer à faire de la musique comme on peut entre Paris et Nantes et nous mettrons de côté ce qui nous plaira pour l’album.

De la scène est-elle prévue prochainement ?

Oui, j’ai quelques dates qui arrivent. Je vais faire un co-plateau avec Pand'Or et d’autres rappeurs dans le 77. Je serais également le 21 avril à Nantes avec Le Prince D’Arabie et j’en suis très content car cet artiste faisait partie d’un groupe que j’écoutais quand j’étais en CM2 ! Une release party aura lieu également à Paris… Si des gens lisent l’interview et qu’ils ont envie de me faire jouer dans leur ville, ils peuvent me contacter sur Facebook !

Commenter cet article