Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec la chanteuse Blondino afin de présenter son premier album !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Dorothée Murail

Photo Dorothée Murail

Peux-tu nous en dire plus sur toi ?

Je viens de Lorraine, née à Metz. Je dirais que le chant est mon premier médium, j’ai toujours chanté pour exprimer mes émotions. À l’adolescence, j’ai commencé à écrire mes propres chansons, j’ai appris seule le clavier et la guitare.

Pourquoi Blondino ?

Depuis le début, j’ai voulu prendre un pseudonyme. Dans une bibliothèque, j’ai découvert le livre « Le Grand Blondino » et ce nom m’a interpellée. J’ai tout de suite aimé sa sonorité,il m’a évoqué des contrastes de chaud/froid, féminin/masculin et je le trouve un peu étrange et énigmatique. Puis, j’ai lu le livre qui est particulièrement bien écrit et très drôle.

Ton premier album vient de sortir ; comment nous en parlerais-tu ?

Je travaille depuis trois ans à la conception de mon album avec Jean-Christophe Ortega et François Baurin mais tout s’est intensifié, pendant l’année écoulée, depuis la sortie de l’EP. J’ai un peu de mal à définir le style de ma musique, je suis influencée par différents genres musicaux. Je mélange, j’expérimente sans me limiter.

Photo Dorothée Murail

Photo Dorothée Murail

L’as-tu, comme son nom pourrait l’indiquer, composé principalement la nuit ?

Je pense que la nuit est un moment propice à la création et à l’écriture; c’est un moment de calme et de silence. La nuit me fascine et me met dans un état particulier. Je pense que cet album a été conçu en partie la nuit, mais pas uniquement…

Quels sont les thèmes qui ressortent sur « Jamais Sans La Nuit » ?

Je dirais que c’est un album très personnel qui questionne mon être profond, mon rapport au monde, comment je perçois le monde qui m’entoure, quelle importance peuvent avoir les choix que nous faisons…

Tu as déjà un univers bien à toi. De quoi est-il fait ?

J’ai tendance à ne pas suivre les modes. J’utilise des sonorités, électriques, électroniques et acoustiques (exemple : batterie + programmation, synthétiseur + piano, guitare électrique + folk etc…). Je chante de manière plutôt aérienne, je suis sincère dans le chant et je ne triche pas avec mes émotions.

Photo Dorothée Murail

Photo Dorothée Murail

Il y a beaucoup d’esthétisme dans tes clips. Peux-tu nous parler de ton rapport à la vidéo ?

C’est quelque chose que j’aime beaucoup. C’est très important de construire l’image d’un projet. Dans les clips, je suis plutôt dans le symbolisme. Je ne donne pas forcément toutes les clés afin que chacun puisse se faire sa propre interprétation.

Te sens-tu proche d’une artiste comme Björk ?

Je m’en sens très loin, car Björk est exceptionnelle. J’adore cette artiste, sa façon de chanter, c’est un personnage fascinant.

Aimerais-tu chanter en anglais pour tenter l’aventure à l’international ?

Je ne me suis jamais posé la question de chanter en français ou non. Je trouve que le français sonne très bien. Je suis encore loin de penser à une carrière internationale car j’aimerais que cela se passe déjà bien en France.

Photo Dorothée Murail

Photo Dorothée Murail

A quoi ressemble Blondino sur scène ?

Je ne peux pas trop en dire pour l’instant car le spectacle est en train de se monter mais je serais accompagnée de trois musiciens…Surprise !

Quand on s’apprête à donner un concert aux Etoiles à Paris, est-on rêveuse dans la vie de tous les jours ?

Je ne sais pas si j’ai la tête dans les étoiles, mais oui, je rêve tout le temps !

Photo Dorothée Murail

Photo Dorothée Murail

Commenter cet article