Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec Erick Benzi afin d’en savoir plus sur le spectacle musical « Un Eté 44 » !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Erick Benzi afin d’en savoir plus sur le spectacle musical « Un Eté 44 » !

Pouvez-vous nous en dire plus sur la genèse d’ « Un Eté 44 » ?

Il faut savoir que quand on a commencé à travailler sur l’idée d’un spectacle, le nom « Un Eté 44 » n’existait pas encore. Sylvain Lebel qui est un auteur Normand m’a proposé de faire quelque chose avec lui sur le débarquement. Nous avons commencé à réfléchir à l’esprit que pourraient avoir des chansons sur le thème du débarquement du 06 juin. Je me suis tout de suite dit que cela n’allait pas être possible de faire un spectacle uniquement sur cette unique journée car cela aurait été trop guerrier. Il fallait mieux étaler cela sur tout l’été en allant jusqu’à la libération de Paris. Cela permettait d’inclure des filles et de raconter des histoires vécues par des anonymes plutôt que de faire uniquement un spectacle de garçons sur l’histoire d’un G.I.

Sylvain avait déjà écrit « Les Québécois », j’ai commencé par écrire « Passer La Nuit » et puis après quelques autres chansons, nous avons décidé d’ouvrir cette idée là à d’autres amis auteurs et compositeurs afin d’étoffer la narration. Et c’est devenu « Un Eté 44 » .

Comment nous présenteriez-vous ce spectacle musical ?

Avant d’être un spectacle musical, ça a été un amas de chansons qui racontaient cette période-là. « Un Eté 44 » a longtemps porté en sous-titre le nom « Le Chant Des Anonymes ». L’idée était de faire parler les petites gens afin de savoir comment ils avaient vécu cette époque-là. Nous pensions faire un spectacle sous forme de tableaux avec de la musique jouée en live. Quand Valéry Zeitoun et Anthony Souchet ont rejoint le projet, il a été décidé d’essayer de monter une vraie histoire suivie, une espèce de Road movie sur fond de guerre et de libération.

Rencontre avec Erick Benzi afin d’en savoir plus sur le spectacle musical « Un Eté 44 » !

Comment avez-vous créé les chansons du livret ?

Je suis allé sur place, il y a eu un vrai travail de recherche afin de trouver des histoires vraies dont on pourrait s’inspirer, et que l’on pourrait mettre en musique. Nous ne savions pas que ce spectacle irait à Paris, car à l’origine, il était pensé pour la Normandie. Quand nous avons demandé à d’autres auteurs d’écrire, c’était une commande. Nous avions des chansons pivots mais nous n’avions pas l’histoire alors. Je me rappelle avoir fait une carte où j’avais planté des drapeaux sur les villes où il s’était passé des choses. Il était certain par exemple, que la chanson « Passer La Nuit » se passait à Ohama Beach et pas ailleurs.Pour « L’Amour Est Tombé », il fallait une ville détruite par les bombardements à 100% donc nous avons pensé à St-Lo ou Lisieux. Etc…

Nous avons pris les livres d’histoire afin de savoir par où étaient arrivés les Anglais, les Allemands, les Canadiens, les Polonais…Les chansons ont été écrites pour qu’elles fassent un lien, certaines ont été réécrites ou elles ont changé d’interprète pour la progression de l’histoire.

Quel serait le personnage pour lequel vous auriez le plus d’affection ?

C’est difficile de répondre à cette question car je les aime tous. Le premier pour qui j’ai écrit a été Willy. J’aime beaucoup aussi le personnage de Rose-Marie car sa joie et sa candeur me touchent.

Est-ce la première fois que vous participez à ce type de projet ?

Ce n’est pas la première fois dans le sens où j’ai créé il y a trois ans le projet « Marseille Rêve ». Je suis natif de Marseille qui était capitale de la culture en 2013. Je voulais montrer qu’il y a un vrai vivier culturel très riche sur place. Pendant deux ans, j’ai travaillé avec beaucoup d’artistes locaux afin de créer un collectif. Nous avons notamment fait des chansons, des clips et des flashmobs. J’avais donc déjà l’habitude de faire un projet de grande envergure ( plus de 15 000 personnes y ont participé de près ou de loin ).En revanche, c’est la première fois que je fais un spectacle mêlant chansons et acting.

Rencontre avec Erick Benzi afin d’en savoir plus sur le spectacle musical « Un Eté 44 » !

De quel titre seriez-vous le plus fier ?

Je crois que le titre qui m’émeut le plus (Peut-être parce que c’est le dernier à avoir été écrit) est « Commando De La Lune ».C’est le monologue d’un pauvre soldat anglais en train de sauter en parachute sans trop d’illusions quant à son futur, mais vu à travers les yeux d’un allemand au sol, qui comprend les pensées de l’autre, tout en étant obligé de tirer. Un terrible dilemme probablement courant en temps de guerre.

J’aime beaucoup la mélodie de cette chanson également.

Vous qui avez écrit et composé pour les grands, pourquoi ne sortez-vous pas un album solo sous votre nom ?

J’ai commencé ma carrière avec le groupe Canada ; en 2007, j’ai monté le groupe El Club et en parallèle à cela, je fais partie du groupe Invisible Blue avec des amis Américains.Et tout ceci dans des styles différents. J’ai travaillé avec les plus grands chanteurs, mais je ne suis pas moi-même un grand chanteur même si je sais chanter. J’ai des disques durs remplis de chansons mais je ne vois pas trop l’intérêt de les sortir sous mon nom maintenant. Ecrire oui, faire des projets oui, mais pour les sortir, il faut faire le VRP et c’est un peu au-dessus de mes forces à l’instant présent. Je suis plus excité par le fait de participer à des aventures collectives. Je dis souvent aux jeunes quand je fais des master class que le plus grand bonheur est sur le moment, quand on crée les choses et quand on les joue. Parce que les vendre ensuite, c’est un autre métier.

Vous avez une passion pour la World Music. Est-ce ce qui est à l’origine de votre collaboration avec la chanteuse Anggun ?

Effectivement, j’écoute beaucoup de choses et j’aime la World Music. Dans les années 90, je voulais faire un projet qui emprunterait certaines sonorités World mais je ne savais pas avec qui. C’est à ce moment-là que j’ai rencontré Anggun qui arrivait d’Indonésie. J’ai été séduit par sa voix et par son charisme. J’ai commencé à composer pour elle des musiques bien sur-occidentalisées mais avec des consonances exotiques.

Rencontre avec Erick Benzi afin d’en savoir plus sur le spectacle musical « Un Eté 44 » !

Quels sont vos prochains projets ?

De sûr, rien, à part jouer au golf (rires). J’ai un projet pour La Cité De La Science où nous mélangerions technologie et musique. J’ai des choses très différentes en tête. Je vais m’occuper de l’après « Un Eté 44 » afin d’épauler si besoin les artistes pour leurs diverses carrières. L’une de mes autres passions est d’expliquer les maths en musique et en clips afin que les enfants apprennent de façon ludique.

Comment inviteriez-vous nos lecteurs à venir découvrir « Un Eté 44 » au Comedia ?

Si on pense à « Un Eté 44 » au-delà de guerre, c’est une fabuleuse histoire d’amour et d’espoir, c’est un road-movie, qui est de plus porté par des femmes, et c’est une belle chose. On vit ce voyage à travers leurs yeux et leurs sentiments. Si je voulais donner envie aux lecteurs, je leur dirais qu’en venant voir le show, ils passeront un moment particulier.Ils vont rire, ils vont pleurer, ils vont écouter d’excellents musiciens en vrai, ils auront des émotions et ils ressortiront en ayant appris une ou deux choses inédites sur cette période particulière et importante de notre histoire!

Commenter cet article