Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec le réalisateur Terry Misseraoui !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec le réalisateur Terry Misseraoui !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Terry Misseraoui, je suis originaire du 93, je suis réalisateur, scénariste et auteur de quatre chansons qui se sont souvent retrouvées dans mes films. J’aime également écrire des nouvelles qui pour l’instant restent sur mon ordinateur.

Que raconte « Romain Et Julien » ton dernier film ?

« Romain Et Julien » est mon second moyen-métrage, il dure 41 minutes et je l’ai été tourné en mai 2016. Je dirais que c’est un film un peu particulier puisqu’il mélange le genre de la comédie musicale et du muet. Les comédiens jouent les dialogues mais on ne les entend pas, à l’exception des paroles des chansons durant le film. Ce côté muet, c’est avant tout pour souligner l’universalité de cette histoire pour qu’elle soit compréhensible quelle que soit la langue. « Romain Et Julien » est une adaptation moderne de « Roméo Et Juliette » qui est une œuvre que j’aime beaucoup. J’avais envie de me réapproprier l’histoire en la transposant de nos jours avec cette particularité que Roméo et Juliette sont deux garçons Romain et Julien. Ce ne sont plus deux familles qui sont en opposition face à l’amour de leurs deux enfants mais une famille homophobe et la société.

Rencontre avec le réalisateur Terry Misseraoui !

Pourquoi avoir choisi d’utiliser les chansons d’Anthony Bellicourt ?

Je voulais créer une comédie musicale mais je n’avais pas envie d’écrire les paroles. J’avais envie d’une vraie collaboration artistique avec un chanteur qui avait déjà travaillé ses propres chansons. Fusionner son univers avec le mien.  Je voulais retrouver une certaine patte à la “Jacques Demy” dont je suis un grand fan. Il me fallait un artiste complet. J’ai cherché pendant longtemps quel pourrait être l’artiste en question et j’en suis venu à écouter les chansons d’Anthony Bellicourt grâce à un ami commun et j'ai eu un coup de foudre artistique pour cet artiste. Il y avait quelque chose de fascinant dans ses paroles et ses chansons auraient presque pu être des histoires dites à haute voix. Durant environ une quinzaine de jours, j’ai écouté les chansons d’Anthony en cherchant celles qui auraient pu s’allier les unes ou autres jusqu’à ce que j’en retienne cinq. Le scénario s’est écrit entièrement autour des chansons dont une bonne partie vient de l’album « Errata » mais pas uniquement. Certaines sont utilisées de manière instrumentale comme par exemple « Il Est Dix Heures Sur Terre ».

Quel a été le retour de l’artiste ?

Je te dirais que le retour s’est fait en deux étapes. Je lui ai envoyé mon scénario en lui disant que j’avais écrit autour de ses chansons et que j’avais très envie d’utiliser ses titres. J’ai été très honoré qu’il soit d’accord. Je pense qu’il a compris la sincérité et le sérieux du projet. Anthony était très impatient de voir le film et nous avons organisé une petite projection privée juste avec l’équipe.  Cela a été très étonnant car il devait avoir sa propre idée de ses chansons et moi, étant presque en retrait, je les ai interprétés de mon point de vue. Je les ai amenées dans mon univers, leur donnant une lecture. Mon objectif était qu’il en ressorte fier. 

Rencontre avec le réalisateur Terry Misseraoui !

Quelles ont été tes envies pour « Romain Et Julien » ?

Quand j’ai réalisé « La Maison Au Bord Des Larmes » mon premier moyen-métrage, je me suis dit que je ne pouvais plus refaire de courts-métrages car j’avais trouvé une certaine motivation dans un format plus long. On me disait que mes projets étaient souvent des projets torturés et je trouvais cela marrant d’être à 100% dans du musical qui viendrait clore une boucle par rapport à « Summer Wine In Time » qui était un thriller musical. L’envie était de faire un film où les acteurs avaient le défi de ne pas avoir de dialogues et le spectateur celui de voir un film où il n’y aurait que du son et des chansons. Le challenge était de faire un film où l’on arrive à comprendre par le jeu simple des acteurs et par les chansons ce qui est dit à l’image. Faire ressortir toute l’humanité des personnages et réussir à émouvoir et toucher notre sensibilité.

Ce film diffère-t-il de tes précédentes réalisations ?

Oui et non car c’est mon premier film 100% muet mais je pense que c’est plus un aboutissement de tout ce que j’ai pu travailler dans des précédents films. « Romain Et Julien » est presque un projet de « maturité » qui viendrait clôturer tout ce que j’ai fait avant et ce serait peut-être comme un nouveau point de départ sur un nouveau cycle.

Rencontre avec le réalisateur Terry Misseraoui !

Peut-on dire que Joëlle Hélary est une muse pour toi ?

Oui, on peut le dire et c’est presque devenu un mot doux entre nous deux. Joëlle a clairement été une muse et je ne me suis jamais forcé à la mettre dans mes films, ça a toujours été une envie et un désir. Tout a commencé dans « Summer Wine » mais Joëlle avait eu l’intelligence de m’envoyer sa bande démo et ses photos alors que je cherchais une actrice complètement différente pour un projet ultérieur qui n’a pas vu le jour. Nous nous sommes rencontrés et il y a eu presque un coup de foudre artistique. Joëlle est quelqu’un d’extraordinaire humainement parlant et c’est une actrice qui apporte plein de choses. Finalement, par la suite, les films se sont faits avec elle car elle m’a inspiré des scénarios comme une muse.

Quel genre cinématographique te fait vibrer ?

J’ai une grosse passion pour le cinéma d’horreur mais je suis ouvert à tous les genres. Je peux aussi bien aller voir une comédie musicale, un documentaire ou un film historique. Quand je vais voir un film au cinéma, je recherche ce petit truc qui va me toucher. 

Rencontre avec le réalisateur Terry Misseraoui !

Quel est ton premier souvenir cinématographique ?

J’en ai deux ! Mon premier souvenir cinématographique est « Blanche-Neige Et Les Sept Nains » de Walt Disney. Je suis né en 1983 mais à cette époque, les premiers Disney étaient indisponibles. Je n’avais vu que des extraits à la télé et il y a eu presque une fascination. Ce film est ressorti dans les années 90 et j’ai pu le découvrir sur grand écran. Mon deuxième souvenir cinématographique s’intitule « Les Yeux De La Forêt » avec Bette Davis. C’est un film fantastique très rare que j’ai vu un nombre incalculable de fois et encore aujourd’hui, je collectionne tout ce que je trouve sur ce film qui a été renié par Disney du fait de son insuccès.

Peux-tu nous parler d’Isy’s ?

Isy’s est une actrice et chanteuse que j’ai rencontré un an après avec l’avoir vu dans une pièce. Elle m’avait fasciné par sa voix particulière et son physique très attrayant. Elle a un mélange de beauté froide et de beauté chaude en elle. Isy’s avait envie de tourner un clip pour son titre « Mon Bijou » et je l’ai réalisé. Notre rencontre a été comme une évidence et comme si on se connaissait depuis toujours.  Isy’s a créé un personnage dont l’univers est entre la nostalgie des années 80, la modernité et l’érotisme. Dans le clip de « Mon Bijou », nous retrouvons François Rimbaud qui joue dans « Romain Et Julien ».

Rencontre avec le réalisateur Terry Misseraoui !

Quels sont tes prochains projets ?

Je suis en plein dans la postproduction d’un clip que je viens de tourner pour le chanteur Charles Millot, la préparation d’une projection de “Romain et Julien” dans une salle de cinéma parisienne pour le moment, et je devrais réaliser le prochain clip d’Isy’s sur un thème cette fois ci plus mystérieux et gothique. Et en ce moment, avec Isy’s la comédienne et Guillaume Chabaud que l’on retrouve dans « Romain Et Julien », nous travaillons sur l’adaptation « Juste La Fin Du Monde » de Jean-Luc Lagarce au théâtre. C’est mon gros projet cette année ! 

Commenter cet article