Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec la chanteuse Laura Cahen dont le premier album arrive très bientôt !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Frederic Arnould

Photo Frederic Arnould

Peux-tu nous en dire plus sur toi ?

Je suis auteure, compositeur et interprète. Je fais de la musique depuis très longtemps. J’ai la chance d’avoir des parents qui m’ont inscrite dans une école de musique dès l’âge de 4 ans, j’ai commencé par apprendre le piano. Au fur et à mesure, j’ai appris d’autres instruments et c’est surtout le chant qui m’a conduit à l'amour de la musique. J’ai décidé d'en faire ma vie. Aujourd'hui j’écris des chansons en Français, je construis une pop mélancolique et atmosphérique.

Comment nous présenterais-tu « Nord » ton premier album ?

Nord " est un bout vie que j'ai souhaité intemporel. J’ai pensé cet album en quatre chapitres, quatre saisons. Il m’a pris du temps, que ce soit l’écriture, l’enregistrement ou le chemin pour l’emmener jusqu’ici. J’ai voulu noter ce temps là, toutes mes étapes. Puis j'ai eu envie de lui apporter de la rondeur, une histoire de cycle, de recommencement, pour l'aider à traverser le temps. Comme dans une année, il y a des périodes plus lumineuses, d'autres plus sombres, il y a la naissance et les bourgeons, l'éclosion, la chaleur, puis la chute des feuilles, la mort et le froid. " Nord " est pensé comme un long voyage où l'on rencontre parfois de la lumière en hiver, mais aussi du tonnerre en été.

Rencontre avec la chanteuse Laura Cahen dont le premier album arrive très bientôt !

De quoi t’es-tu inspirée pour l’écriture de ce premier long format très attendu ?

J'essaye de ne pas penser à "l'inspiration". Quand j'écris, je respire. Je fais tout ce qui est en mon possible pour laisser au maximum l'intellect de côté et ne pas penser, réfléchir à ce que j'écris. Pour ça je me suis nourri de l'écriture automatique des poètes surréalistes, comme Breton, Aragon et Éluard. Je n'arrive pas toujours à pratiquer cette écriture automatique, qui demande vraiment beaucoup de lâcher prise, mais je m'y essaye régulièrement, et j'en sélectionne quelques phrases de temps en temps. Ce qui m'importe le plus dans le texte, c'est le son. Je veux que la voix et les mots fassent partie intégrante des arrangements, il faut que la ligne mélodique soit intéressante, et donc que l'enchaînement des syllabes le permette. Ainsi, je vais à tâtons, enchaînant des syllabes qui forment des mots, qui forment des phrases. Quand je me relis, je me rends compte que ça parle beaucoup de moi, de ce qui me touche et de ce qui me tue, l'amour, la vie, la mort, la mer, le vent, les oiseaux, le chemin, le temps qui passe...

Comment est né ton premier album ? Avec qui as-tu collaboré ?

J’écris ce disque depuis plus de 4 ans, influencée donc par la vie, et aussi par l'histoire de ma famille, de mes ancêtres, une histoire d'exode, de migration. J’avais besoin de temps pour en définir le chemin et l’esthétique. Ainsi, " Nord " a été réalisé par Samy Osta (La Femme, Juniore, Feu Chatterton, Rover) qui m’a permis d’aller plus loin et d'affiner encore plus précisément la trajectoire, le son, l'envolée. On avait envie de western, de lyrisme et d'intimité. On a travaillé dans ces trois directions. Aussi, avant l'enregistrement, j’ai décidé de faire un crowdfunding sur Ulule pour produire ce disque. Très encourageant je dois dire, car il a très bien fonctionné et nous avons récolté plus que la somme souhaitée initialement.

Photo Frederic Arnould

Photo Frederic Arnould

Peux-tu nous parler du clip illustrant « Froid » ?

Ce clip a été réalisé dans un hangar que nous avons transformé en studio à l’aide de draps blancs, près de la forêt de Haye dans la banlieue de Nancy. Timé Zoppé et Elodie Lanotte, deux amies (je connais Timé depuis l'école primaire) ont réalisé le clip de « Froid ». Cette chanson me tient particulièrement à cœur et nous nous sommes proposés mutuellement de faire un clip dessus. Timé m’a soumis cette idée de cocon, d’éclosion, de naissance, de vie difficile et même de mort finalement. J'ai été vraiment séduite par leur approche, leur façon de filmer la chair. Pour moi, c’est la symbolique d’un être qui arrive dans la vie et se débat. Cette chanson parle d’une migration forcée ou contre nature, vers le nord où il fait froid. Les danseurs représentent des oiseaux blancs. J'incarne l'oiseau noir omniprésent qui dicte leurs faits et gestes.

Pourquoi avoir sorti un EP baptisé « O » plutôt que « Nord » directement ?

J’avais sorti en 2012 un EP qui avait un peu fonctionné et qui était beaucoup plus lumineux. En travaillant sur l’album avec Samy Osta, nous nous sommes dits que nous ne pouvions pas le sortir directement car cela serait trop « violent ». Mon premier EP était vraiment plus sucré et coloré, tandis que « Nord » est assez dark. Nous avons décidé de sortir « O » comme une carte de visite, afin de laisser au public le temps de s’habituer à cette transition.

Photo Frederic Arnould

Photo Frederic Arnould

« Nord » sortira le 24 février. Est-ce un album « hivernal » ?

Pas que, puisque 4 saisons. Mais oui, par certains côtés ! Il est assez mélancolique et je pense qu’il est bien à écouter au coin du feu en hiver. Je ne crois pas que l’on puisse trouver le tube de l’été dans « Nord » (rires).

Tu as surement des influences musicales mais qu’est-ce qui ferait ta différence par rapport à ce que l’on peut entendre actuellement ?

Je te dirais que je suis assez mal placée pour me juger moi-même mais en tout cas, je sais que je ne fais pas une musique très radiophonique, parce que pas toujours évidente à la première écoute. Comme il m'a fallu du temps pour l'écrire et le fabriquer cet album, j'imagine qu'il doit falloir un peu de temps pour y entrer. Aussi, sans prétention, j’essaye de mettre de la profondeur dans ma musique et qu’elle soit au maximum vraie et proche de ma personne. J’avais un souhait d’intemporalité pour ce disque et dans ce sens on a joué la carte du tout organique. Pas de machines, qui sont souvent associées à une époque précise. C’est aussi pour ça que nous avons enregistré toute la rythmique du disque en live avec le groupe, pour plus de vie, et de mouvements communs.

Comment abordes-tu la scène ?

Mon passage en studio a été très rapide et finalement, c’est la scène que je connais le mieux. Ce que j’aime le plus est la rencontre avec le public. J’ai une préférence pour les salles intimes où je suis proche des gens et où l’on peut se parler après. Sur des plus grosses scènes, j’aime le rapport à la lumière et à l’obscurité. La scène m’aide à aller chercher des choses que je ne trouve pas dans la vie de tous les jours. Dans la musique, ce qui m’intéresse c'est de transmettre des émotions et de partager un voyage avec les gens. Barbara et Lhasa de Sela m'ont complètement fascinée pour ça.

Photo Richard Storchi

Photo Richard Storchi

Te verrais-tu adapter tes chansons en Anglais pour le marché international ?

C’est une bonne question ! Je n’ai pas eu l’occasion d’y réfléchir. J’aime et j'écoute beaucoup de musique anglophone, notamment Portishead, Feist, Radiohead... mais j’ai mis un point d’honneur à écrire en Français qui est ma langue maternelle car je m’y sens sincère. Il faudrait que je trouve quelqu’un de très grande confiance, pour traduire mes textes en Anglais sans que l’on n’y perde les jeux de mots, de sons, et la poésie que j’essaye d'y mettre. Il faudrait voir si cela sonne bien et si je suis capable de chanter en Anglais comme en français. Je ne voudrais pas que cela dénature mon message et je préférerais dans l’absolu que cela fonctionne en Français à l’international. Ceci dit, pour un autre projet, un autre album, une autre vie, pourquoi pas écrire et chanter des chansons en anglais.

Quels sont tes prochains projets ?

Mon premier album sortira le 24 février, et il y a déjà une quinzaine de dates de concert prévues. Je serais, entre autre, présente au Printemps de Bourges le 20 avril, on fera un concert très spécial avec beaucoup d'invités à la Salle Poirel à Nancy (chez moi) le 29 avril, et une belle fête au Café de la Danse le 16 mai. Aussi, je suis rentrée il y a peu de Saint Pierre et Miquelon où on a tourné récemment le clip de « Loin » qui ouvre l'album, et j'ai vraiment hâte de vous le montrer !!!

Commenter cet article