Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le duo Volo vous présente « Chanson Française » leur nouvel album !

Publié le par Steph Musicnation

Le duo Volo vous présente « Chanson Française » leur nouvel album !

Comment est née l’idée de créer Volo et d’évoluer musicalement ensemble ?

Olivier : Frédo était sur Paris et il évoluait déjà dans le spectacle vivant puisqu’il avait monté le groupe Les Wriggles. Pour ma part, j’étais à Paris pour mes études et nous nous faisions de temps en temps des soirées entre frangins. Nous écrivions tous les deux et on se jouait nos chansons. Quand j’ai raté mes études de philo, j’ai enchaîné les petits boulots pendant que Les Wriggles faisaient des tournées de malades. Ils avaient besoin d’un régisseur sur la route avec eux et ils m’ont proposé de les suivre. En parallèle à cela, nous avons commencé à jouer dans les bars avec Frédo pour voir si on y arrivait tous les deux mais aussi si cela m’allait et si cela plaisait aux gens. Voila comment est né Volo.

Aviez-vous toujours imaginé vos carrières dans la musique ?

Frédéric : Non car je suis venu sur Paris afin de faire une école nationale de théâtre. Je ne jouais même pas de la guitare à ce moment-là. Les années qui ont suivi, j’ai commencé à apprendre à jouer de la guitare et à écrire des chansons. On a monté Les Wriggles et tout s’est enchaîné. Je me pince encore à 42 ans pour me dire que je suis auteur-compositeur !

O : J’ai fait des études de philo pour devenir prof mais j’ai raté les concours. Je me dit que quelque part c'était peut-être car j’avais très envie de faire de la musique.

F : Super ! Tu en as parlé aux parents ? (Rires)

Le duo Volo vous présente « Chanson Française » leur nouvel album !

Vous venez de sortir un nouvel album baptisé « Chanson Française ». Comment nous le présenteriez-vous ?

F : C’est le cinquième album de notre aventure et c’est un album de chansons Françaises avec comme idée de jouer autour de nos voix et de nos guitares sèches cordes-nylon. Dans l’ensemble, ce sont des couleurs de chansons très douces et nous abordons les sujets qui nous tiennent à cœur depuis pas mal d’années. Dans « Chanson Française », nous parlons de nos enfants, de nos amours, du temps qui passe et un bon tiers de l’album est constitué de chansons concernées ou politico-sociales.

Si je vous dis véracité et société, ces deux mots pourraient donc bien résumer « Chanson Française » ?

O : Oui même si j’allais nuancer le mot véracité mais il est vrai que lorsque ce sont des chansons intimes ou tendres, nous essayons de raconter des moments vrais et c’est certain qu’avec de la manière dont on dit les choses sur la société, on a l’impression d’être dans le vrai. C’est donc très bien dit comme cela.

Le duo Volo vous présente « Chanson Française » leur nouvel album !

Quel serait le « message » de ce nouveau disque ? Pour ma part, j’ai ressenti beaucoup de positivisme en l’écoutant ?

O : C’est rigolo car il y a des gens qui nous ont dit en écoutant notre précédent album qu’il était sombre et nous ne nous attendions pas à cela. Nous ne calculons rien. Nous écrivons beaucoup et après nous regardons ce qui est redondant. Toi, tu en retiens quelque chose de positif mais ce n’était pas voulu.

F : Nous ne construisons pas un album en pensant à une couleur ou à une idée. Chacun peut le ressentir comme il veut. La construction se fait plus sur ce qui va nous toucher le plus à ce moment-là et en essayant de travailler autour de notre style musical. On essaye de faire un album hétéroclite avec des rebonds, des façons différentes de jouer de la guitare et des axes différents.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le texte de « Chanson Française » et sur toutes ces chanteuses que vous citez ?

F : C’est vraiment la chanson blague même s’il y a des choses plus sérieuses dedans. Dans le sourire, ce qui nous fait marrer, c’est de nous placer dans notre vie de saltimbanques depuis dix ans avec le frangin. Nous sommes entourés et défendus par nos partenaires qui sont parfois de gros partenaires et en même temps, nous sommes dans un travail de tournée de petites salles. Nous n’avons jamais rencontré un énorme succès commercial et nous sommes très heureux dans ce créneau-là avec un public qui grossit d’année en année. C’est un petit clin d’œil cette chanson qui permet de dire aux grandes stars de la chanson Américaine que nous arrivons et que pour elles, c’est terminé.

Photo Anne Piégu

Photo Anne Piégu

On ressent beaucoup de sincérité dans vos titres. Est-ce primordial d’être proche de ce que l’on chante ?

O : Ce qui est bien dans Volo, c’est que le premier public est le frangin. Il faut que la chanson que je vais jouer lui plaise pour qu’elle rentre dans Volo et réciproquement. Plus je vais être sincère et juste et plus la chanson aura ses chances. Nous avons cette manière-là d’écrire même si ce ne sont pas forcément des histoires qui nous arrivent à nous. Nous avons déjà fait des chansons plus légères également où la chanson est plus un prétexte.

« Chanson Française » pourrait-elle devenir un jour « Littérature Française » ?

O : Je me suis essayé il y a longtemps à la prose mais ce n’est pas pareil. Le format chanson est plus pratique pour moi. Je n’ai pas pour l’instant de velléités de littérature.

F : Moi non plus !

Photo D.R

Photo D.R

Avez-vous d’autres projets en parallèle à la scène cette année ?

F : Oui, je suis en train d’écrire un bouquin (rires).

O : Je n’ai pas d’autres choses sur le feu mais nous essayons d’écrire pour d’autres artistes grâce à notre éditeur depuis trois ans. C’est un peu quelque chose de permanent et qui nous plait bien, cela nous permet de nous aérer et de mettre notre savoir-faire au service d’autres artistes.

F : Venant du théâtre, je me suis créé deux spectacles, un seul en scène et un stand up que je joue très rarement mais qui m’amusent beaucoup. Cela me permet de me dégager de la contrainte de la fabrication des chansons afin de raconter les choses différemment mais Volo reste mon projet principal car nous voulons faire vivre nos albums et nos tournées.

Si je vous demandais un mot à chacun pour définir l’autre...

O : Joyeux car c’est un mec qui est positif qui mange la vie. Fredo, toi tu peux dire triste ou lunettes (rires).

F : Curieux.

Commenter cet article