Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Partez à la rencontre de Mountain Men à l’occasion de la sortie de leur nouvel album !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Vincent Assié

Photo Vincent Assié

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Mat : Je m’appelle Mat, je suis guitariste et chanteur de Mountain Men depuis presque dix ans. Je viens de quelque part dans les montagnes au-dessus de Grenoble dans la Chartreuse là où l’on fabrique l’élixir médicamenteux.

Ian : Je m’appelle Ian et je suis Australien. Dans Mountain Men, je suis celui qui fait tout le reste. Je joue de l’harmonica et j’écris. Je vis en France du côté Est de Grenoble mais pas sur la même chaîne de montagnes que Mat.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

M : Nous nous sommes rencontrés dans un café-concert pas loin de chez moi dans les montagnes. Ian y faisait un spectacle en solo et à une heure très tardive à la fin de sa prestation, il a demandé si quelqu’un voulait faire un bœuf et je me suis présenté. Nous avons joué un bon moment ensemble et je dirais que cela a été comme un coup de foudre musical. Il s’est passé vraiment quelque chose.

Partez à la rencontre de Mountain Men à l’occasion de la sortie de leur nouvel album !

Pourquoi le choix de Mountain Men comme nous de groupe ?

I : C’est une question que nous adorons et il y a deux raisons. La première est notre géolocalisation et la seconde est un secret. Parfois, les gens nous donnent des sommes assez conséquentes pour que l’on divulgue le secret donc si cela t’intéresse…(rires).

Avez-vous toujours évolué dans la musique ?

M : Je fais de la musique depuis que j’ai 16-17 ans, j’ai trouvé mon moyen pour communiquer et je dirais que c’est un vrai besoin mais je suis passé par d’autres jobs avant d’en faire professionnellement. Mountain Men est mon premier projet musical sinon avant cela, je faisais quelques concerts près de chez moi mais plus pour les copains.

I : J’ai commencé la guitare et l’harmonica à la fin des années 70 et comme Mat, j’ai fait plusieurs jobs très différents. Je dirais que pour moi les mots travail et musique ne vont pas ensemble car je joue de la musique et je travaille des gammes. Depuis que je suis en France, j’ai la chance de gagner ma vie grâce à la musique notamment avec les concerts et avec les cours que je donne.

Partez à la rencontre de Mountain Men à l’occasion de la sortie de leur nouvel album !

Comment nous présenteriez-vous votre nouvel album « Black Market Flowers » ?

I : Il est excellent !

M : Par rapport à nos trois premiers albums, il est clairement plus rock. Nous sommes passés à quatre alors qu’avant nous étions deux sur scène et en studio et donc le son était beaucoup plus acoustique. Pour « Black Market Flowers », nous avions envie d’exploser un autre versant en allant vers quelque chose de plus électrique, de plus Rock et de plus rentre dedans. C’est un album Rock mais il reste dans notre univers car c’est un melting pot de nos influences. Nous faisons la musique qui nous fait du bien et que l’on a envie de faire sur le moment.

Votre musique a donc évolué ces dernières années ?

M : Oui, elle a évolué car nous voulions explorer de nouvelles choses et ne pas rester sur nos acquis et sur ce que nous avions déjà fait. Dans la vie en générale, je n’aime pas tourner en rond et refaire ce que j’ai déjà fait. J’avais l’impression que si nous refaisions un album à deux, nous risquions de tomber dans une routine. Le fait d’avoir amené deux autres musiciens et d’explorer un autre versant me donne l’impression de redémarrer un nouveau projet et c’est super excitant car il y a tout à faire.

I : Je suis tout à fait d’accord avec Mat mais pour moi, la routine me permet de suivre un certain schéma et d’être dans un certain confort.

Que retrouve-t-on au niveau de vos textes ?

I : Les textes de cet album sont très personnels et plutôt nostalgiques car j’ai vécu de grands changements dans ma vie durant l’année 2015 et de ce fait, j’ai beaucoup écrit.

Photo Damien Luçon

Photo Damien Luçon

Dans quels univers emmenez-vous l’auditeur ?

I : Dans notre univers qui regroupe l’univers en général et l’auditeur va donc y trouver quelque chose qui va lui parler. Nous n’allons pas arracher l’auditeur à son propre univers mais une certaine osmose va se créer entre eux et nous.

M : Sans prétention aucune, notre musique est assez singulière et on y retrouve nos propres influences.

Le Blues, le Rock US et Nashville font-ils partie de vos inspirations pour votre musique ?

M : Oui et même si je n’aime pas le terme, notre musique doit faire très Americana car cela fait partie de notre culture musicale à tous les deux. Je suis assez boulimique de musique et je m’empreigne facilement de ce que j’entends et cela peut-être du Blues, de la Folk, du Jazz de la Nouvelle-Orléans ou de la vieille Country.

Avez-vous d’autres projets musicaux en parallèle ?

M : Je fais quelques musiques et quelques textes pour d’autres personnes mais je n’ai absolument pas le temps de faire autre chose que Mountain Men car cela prend l’essentiel de mon temps et j’aime faire les choses à fond. J’ai plein d’idées mais nous verrons plus tard, je pense notamment à de la musique de film.

I : Je joue très régulièrement dans un bar près de chez moi. J’ai sorti deux albums sous mon nom et j’ai plusieurs albums d’avance avec des compos. En gros, je te dirais que je joue avec qui me laisse jouer avec lui.

Partez à la rencontre de Mountain Men à l’occasion de la sortie de leur nouvel album !

Quels sont vos prochains projets à venir ?

M : La priorité est notre tournée, des dates vont à peu près s’étalonner sur toute l’année et peut-être même plus. Notre souhait est de continuer à aller « prêcher la bonne parole » et à aller faire de la musique en live car c’est là que cela se passe. Nous sommes de fervents défenseurs du spectacle vivant. Le plus grand des buts est de continuer à partager avec les gens, continuer de se faire plaisir, continuer à faire de la musique et en vivre. J’ai plein d’idées en tête pour l’avenir, un nouveau clip, un album live, un DVD, un nouvel album, faire quelque chose avec un orchestre symphonique, les possibilités sont illimitées. La chose la plus précieuse dans la vie est le temps et ce qu’on en fait !

I : Il y a tellement de choses à faire ! Comme l’a dit Mat, nous encourageons le spectacle vivant et je rajouterais que les concerts en appartement se développent de plus en plus et que cela peut être une solution quand les gens se retrouvent frustrés de ne pas pouvoir aller à un concert.

Commenter cet article