Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cécile et Mike vous en disent plus sur l’univers catchy de Futsu !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Steph Musicnation

Photo Steph Musicnation

Tout d’abord, pouvez-vous nous donner la signification de votre nom de groupe ?

Mike : Avant de venir habiter en France, j’ai habité au Japon et j’utilisais souvent ce mot. Selon le contexte, ce mot change de sens. Futsu signifie normal ou banal. Je trouvais que cela était adapté au genre de musique que je faisais quand j’ai monté le groupe. A l’origine, c’était assez ironique comme nom et au fur et à mesure, j’ai aimé le concept de faire quelque chose de normale.

Cécile : Il faut savoir que Mike faisait de l’Electro ultra barrée au Japon et que sa musique était très maximaliste.

Comment s’est formé Futsu ?

M : Futsu était mon projet secondaire car j’avais un groupe de Rock/Métal quand je suis arrivé en France il y a 5/6 ans. Je voulais faire quelque chose de plus calme en mode acoustique et en solo. J’ai invité quelques amis à se joindre à moi pour mon premier concert au Pop In. Ils ont bien aimé les morceaux et nous avons décidé de monter un trio. Un violoniste a été ajouté et ensuite Cécile a remplacé la chanteuse originale. Cécile était déjà impliquée dans le groupe car elle avait déjà notamment fait des visuels. Le sens du groupe a changé depuis, Futsu est devenu moins acoustique et nous avons développé une attitude plus Rock.

C : Nous collaborions déjà tellement artistiquement que lorsque notre amie chanteuse a déménagé à Londres, tout le monde a dit pourquoi ne pas essayer avec Cécile. Ils m’ont tous un peu plébiscité pour remplir les chaussures. Nous avions collaboré ensemble sur le titre « Mechanical Bride » présent sur le précédent album, nous avions eu de très bons retours et personnellement, je m’étais beaucoup amusée. J’étais là pour la release party de « Body Island » et ensuite, tout s’est enchaîné.

Photo Marion Saupin

Photo Marion Saupin

Comment présenteriez-vous Futsu à nos lecteurs ?

M : Je dirais que pour chaque musicien cela commence par un featuring. C’est comme si l’on démarrait avec un CDD et cela se transforme en CDI avec le temps.

C : Ce sont des rencontres et expériences réussies qui ont formé Futsu qui n’est pas vraiment un groupe mais plutôt un projet avec des éléments qui gravitent autour de Mike. Futsu est quelque chose d’un peu mouvant.

« Body Island » est sorti il y a 2 ans maintenant. Comment nous parleriez-vous de cet album ?

M : C’était la première fois que nous entrions en studio pour enregistrer des morceaux. Cela a été une expérience. Il n’y avait que les maquettes en acoustique et j’ai travaillé avec des nouveaux musiciens pour cette session. Tout s’est fait très rapidement et c’est après avoir reçu le mastering que nous nous sommes rendus compte du son mais tout s’est affiné grâce aux concerts. « Body Island » était un embryon du groupe.

C : « Body Island » était composé de morceaux que Mike avait écrit sur plusieurs années et qu’il a rassemblé. La démarche a été un peu l’inverse de celle de « Semi-Phantom » pour lequel nous avons gardé un concentré pour capturer vraiment une énergie brute.

Cécile et Mike vous en disent plus sur l’univers catchy de Futsu !

Un nouvel EP baptisé « Semi-Phantom » est paru en novembre dernier. Marque-t-il une évolution dans votre style musical ?

M : Il a un côté plus New-Wave et retro des années 80 par rapport à « Body Island ». Nous avons testé des choses plus électroniques et ajouté du synthé par exemple.

Cet EP annonce-t-il un nouvel album en 2017 ?

C : Pour nous, ce n’est pas une fin en soi. Avant, il y avait l’EP puis l’album alors que maintenant on préfère sortir quelque chose de compact et de cohérent. Un EP est comme un polaroid d’un instant.

M : J’ai déjà une quarantaine de titres. Nous commençons à avoir un catalogue important mais pour moi, le prochain disque sera plus certainement un autre EP qui rassemblera des chansons cohérentes.

Cécile et Mike vous en disent plus sur l’univers catchy de Futsu !

De quoi parlent vos chansons ?

C : Mike est parti sur un concept de contrastes. On retrouve sur cet EP la vie et la mort, la technologie Vs la nature et l’obscurité et la lumière.

M : Je parle de beaucoup de choses dans mes chansons. Globalement, cet EP est une juxtaposition de thèmes comme la ville et la nature dans « Krakatoa » alors que pour « Semi-Phantom », je me suis inspiré d’un film Italien des années 70.

Comment définiriez-vous chacun Futsu en un mot ?

C : C’est compliqué mais je dirais énergie.

M : Futsu, c’est Futsu ou sinon, je te dirais ustuf qui est l’inverse de Futsu dans un miroir.

Quelle serait la force de « Semi-Phantom » selon vous ?

C : Pour moi, c’est un EP qui est vraiment direct. J’interviens sur le visuel, sur les chœurs et sur les claviers mais je n’interviens pas dans la composition. Quand je l’écoute, je suis quand même « extérieure »au groupe. Je trouve ce disque frais et énergique et je trouve qu’il nous emmène vraiment quelque part. Pour moi, cet EP est un rollercoaster qui me donne la pêche. Je pense que la force de cet EP est son énergie communicative.

Tournez-vous déjà en live pour défendre cet EP en France et en Europe ?

C : Nous avons fait une release party le 25 novembre au Bus Palladium et nous attendons actuellement des confirmations de dates en région Parisienne. Nous espérons tourner en province sur la fin de l’année. Nous avons eu des propositions en Europe notamment au Portugal et en Angleterre où Mike avait déjà joué.

Cécile et Mike vous en disent plus sur l’univers catchy de Futsu !

Quels sont vos prochains projets ?

M : Nous voulons dans un premier temps soutenir les morceaux de « Semi-Phantom » et faire plusieurs clips. Nous voudrions jouer en live cet été et l’enregistrement de nouveaux titres se ferait plutôt à partir du mois de septembre afin de sortir un nouveau disque en 2018.

Commenter cet article