Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec le comédien Nicolas Mazzocco qui a une triple actualité !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec le comédien Nicolas Mazzocco qui a une triple actualité !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Nicolas Mazzocco et je suis Bordelais d’origine. Je suis monté à Paris en 2012 afin de faire une école de théâtre et de cinéma et parallèle, j’exerçais en tant que professeur d’Anglais. Je suis auteur et comédien dans la pièce « Bon Vent ! » et je suis uniquement comédien dans « Tombé(s) Du Ciel » et dans « Les Chevaliers De L’Improvisation ». J’ai été également metteur en scène sur la première partie de « Bon Vent ! ».

Quelle est l’histoire de « Bon Vent ! » ?

Benjamin que j’interprète vient de perdre son père et il se propose de s’occuper des funérailles. Il va faire appel bien malgré lui à la société de pompes funèbres Bon Vent tenue par Monsieur Classon qui est loin d’être doué professionnellement tout comme son assistante Marie-Christine. Ce que Benjamin ignore d’autant plus est que la société va mettre la clé sous la porte mais aussi que deux invités surprise de sa propre famille vont venir foutre la merde durant l’enterrement.

Photo Philippe Escalier

Photo Philippe Escalier

Comment t’est venue l’idée de cette pièce ?

J’ai perdu mon père en 2012 et ce qui m’avait marqué était le fait de pouvoir faire un repas de famille l’après-midi même alors que le matin nous étions effondrés. Je sais que dans certaines cultures, on célèbre la mort alors que nous, nous en faisons toute une histoire. Je m’étais dit pourquoi ne pas faire quelque chose de drôle et de complètement décalé sur un sujet que nous autres occidentaux trouvons triste. Mon défi était de faire oublier que l’on était à un enterrement.

Est-ce ta première pièce en tant qu’auteur ?

Oui, j’ai relevé le pari et ce qui m’a boosté a été un concours organisé par mon ancienne école. J’avais déjà cette idée en tête et j’avais des idées de sketchs qu’il a fallu réunir pour créer une histoire. Ayant été sélectionné après avoir montré 15 minutes d’une première partie de « Bon Vent ! », je sentais que l’on allait me demander la pièce en entier et j’avais pris les devants en l'écrivant complètement.

Photo Philippe Escalier

Photo Philippe Escalier

As-tu déjà des idées pour une prochaine pièce ?

Oui mais je pense que cela serait plus difficile à mettre en scène. Cela pourrait être la suite de « Bon Vent ! » mais je te dirais que j’ai aussi des idées mais plus pour le cinéma.

Quels ont été les retours de tes proches ?

Ma mère, ma sœur et ma tante sont venues voir la pièce et elles ont trouvé « Bon Vent ! » très drôle. Je te rassure ma sœur n’est pas du tout comme celle que mon personnage a dans la pièce. Il y a quelques faits qui sont vrais dans cette pièce et ma mère m’a dit que cela m’avait permis d’extérioriser les choses. Je te dirais que ma mère a compris les sous-entendus que les gens qui ne me connaissent pas ne peuvent comprendre. Ma tante qui était la sœur de mon père a beaucoup ri mais n’a pas identifié la famille et elle ne s’est pas reconnue dans Tata Jeannette (rires).

Rencontre avec le comédien Nicolas Mazzocco qui a une triple actualité !

Quel serait ton personnage favori ?

Je pense que cela reste Tata Jeannette. C’est vraiment un personnage que j’ai imaginé comme étant le pestiféré de la famille. C’est un personnage un peu hybride qui est arrivé après les personnages de Benjamin, Monsieur Classon et Marie-Christine qui étaient les trois seuls personnages au départ. Je me suis inspiré d’Yvette Leglaire pour ce personnage.

Tu es également à l’affiche « Tombé(s) Du Ciel ». Qu’est-ce qui t’a séduit dans cette pièce ?

Ce qui m’a séduit a été tout d’abord le personnage de Valentin que je joue. Je connaissais déjà Stéphane Henriot qui incarne Antoine. Etant ami avec lui sur Facebook, j’ai pris connaissance d’un casting pour un rôle de jeune garçon. J’ai passé la première partie du casting et j’ai été retenu. A ce moment-là, on m’a donné le texte et ce qui m’avait plu étaient les similarités entre le personnage de Valentin et moi-même. Cela m’a interessé d’avoir à défendre cette comédie romantique qui confronte deux générations et le fait de voir que tout est possible. Je dirais que l’équipe m’a également séduit, nous nous entendons tous très bien et je nous souhaite du succès jusqu’à la fin.

Qui est ton personnage ?

Valentin est un jeune qui débarque à Paris. C’est un petit provincial qui est un peu sans-gêne et il sait qu’il plait. Il va rencontrer Paul qui sous l’impulsion de son ex va aller à l’encontre de ses principes et proposer de loger Valentin. Une histoire assez atypique va commencer entre ces deux personnages. Il va découvrir Paris et cela va à la fois lui plaire et lui déplaire et Valentin finira par comprendre que la provoc n’est pas la réponse à tout. 

Photo Philippe Escalier

Photo Philippe Escalier

Que recherches-tu dans un rôle ?

C’est avant tout d’y trouver du plaisir. Même si l’on considère que l’on peut tout jouer, je dirais peut-être des similitudes mais c’est surtout la place du rôle dans l’histoire, comment il se positionne par rapport aux autres personnages et si son évolution est intéressante. Je ne recherche pas des personnages trop plats.

Si tu avais à choisir entre auteur et comédien ; quel serait ton choix ?

(Rires), c’est très dur mais si je devais vraiment choisir au jour d’aujourd’hui, je dirais auteur quand même car ce qui me plait, c’est d’être à la genèse du projet. Dès le début, c’est se dire que l’on sait où l’on va et que tout dépend de nous. J’aime beaucoup écrire, j’ai des choses à dire et à montrer.

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir te découvrir sur les planches dans les trois spectacles actuellement à l’affiche ?

J’inviterais les lecteurs à venir me voir dans trois registres très différents et à venir passer leur fin de semaine au théâtre. Ils peuvent me retrouver le mercredi soir dans un spectacle d’impro au Théâtre Falguière. Durant près 1h30, nous proposons au public une histoire moyenâgeuse totalement inventée en direct. Rien n’est écrit, nous demandons deux mots au public, un nom et un adjectif et nous créons une histoire unique. Le jeudi, je joue « Bon Vent ! » au Théâtre Clavel, je vous invite à venir découvrir cette pièce si vous avez un esprit ouvert et que vous aimez rire de tout. C’est une comédie complètement barrée. Les vendredis et les samedis, si vous avez besoin de croire de nouveau en l’amour et de retrouver un peu de romantisme et de fantaisie dans votre vie, venez voir « Tombé(s) Du Ciel » au Théâtre Clavel, vous allez me détester au début mais à la fin, vous allez compatir et bien m’aimer normalement (rires).

Rencontre avec le comédien Nicolas Mazzocco qui a une triple actualité !

Commenter cet article