Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rencontre avec le chanteur Nicolas Vidal à l’occasion de la sortie de son second album !

Publié le par Steph Musicnation

Photo Sébastien Navosad

Photo Sébastien Navosad

Peux-tu te présenter à nos lecteurs et nous en dire plus sur ton parcours musical ?

Je m’appelle Nicolas Vidal, je sors mon deuxième album qui s’appelle « Les Nuits Sereines N’Existent Pas » et qui fait suite à un premier album, « Des Ecchymoses » paru en 2011. Je te dirais que je suis un chanteur pop, auteur, compositeur et interprète. Je suis très influencé par la pop en général et un peu plus par la pop 80’s pour ce second disque. La pop est vraiment la musique que j’aime, que j’écoute et que j’ai envie de faire.

Tu reviens avec un second album baptisé « Les Nuits Sereines N’Existent Pas ». Pourquoi ce titre ?

Tout d’abord, c’est le titre d’une des chansons de l’album et j’aime bien, personnellement, que les titres des albums soient les titres d’une chanson. Je trouvais que cela sonnait bien et que cette chanson résumait bien l’album musicalement parlant. On y retrouve la couleur pop, le côté dansant mais aussi mélancolique. J’ai été très content quand j’ai trouvé ce titre car je trouvais qu’il sonnait un peu comme un slogan qui affirmait quelque chose. Ce titre ouvre également sur plein de choses comme le rêve, les fantasmes ou les ambitions. Souvent quand on a du mal à dormir la nuit, on réfléchit et il y a plein de choses qui arrivent.

Photo Sébastien Navosad

Photo Sébastien Navosad

Que s’est-il passé entre la sortie « Des Ecchymoses » en 2011 et ce nouvel album ?

J’ai travaillé sur plusieurs projets et j’ai écrit de nouvelles chansons. L’album était terminé depuis assez longtemps avant de l’enregistrer et de le sortir, mais cela prend souvent plus de temps quand tu es auto-producteur de tes albums. J’ai travaillé sur ce disque comme pour le premier avec Thierry Garacino mais il menait également d’autres projets en parallèle et nous avons donc travaillé en plusieurs sessions. J’ai sorti quelques singles entre les deux albums dont « L’Amour En Soi » une reprise de Vanessa Paradis, un EP baptisé « Teenager » où l’on retrouvait trois titres du nouvel album et j’ai participé à la bande originale d’un film « Maîtresse » avec le titre « Amore ».

As-tu évolué musicalement parlant durant ces cinq ans ?

Oui, j’ai évolué musicalement tout d’abord dans ma manière de faire de la musique. Sur mon premier album, je ne jouais pas du tout d’instruments et il y avait des co-compositeurs. Je suis un musicien autodidacte, j’ai appris en faisant de la musique. Pour « Les Nuits Sereines N’Existent Pas », j’ai tout composé et tout maquetté moi-même dans un premier temps pour définir un univers beaucoup plus cohérent. Ensuite, Thierry Garacino a apporté beaucoup d’idées et fait évoluer le son de manière considérable, mais nous avons cherché à garder l’impulsion originale.

Photo Sébastien Navosad

Photo Sébastien Navosad

Comment nous présenterais-tu ce deuxième album ? Peut-on dire que c’est un hommage assumé aux années 80 ?

C’est un hommage assumé aux années 80 sur certains titres en tout cas comme par exemple « Mademoiselle R » ou « Comme Une Fille » car j’avais vraiment envie que cela sonne comme du Lio ou du Jacno des années 80. Sur d’autres titres, j’ai l’impression que les années 80 perdurent comme référence mais ce n’était pas forcément mon intention de départ. On retrouve des sons de synthés qui peuvent rappeler certains groupes des années 80 comme Depeche Mode , mais aussi des sons plus actuels et influencés par la pop Scandinave que j’aime beaucoup ou des groupes comme Metronomy. Mon envie initiale était d’apporter ma touche personnelle et de ne pas tomber dans le pastiche.

Quels sont les thèmes que tu développes dans ton deuxième disque ?

Je parle beaucoup d’adolescence et c’est un thème qui me poursuit car j’en parlais déjà sur mon premier album comme par exemple dans la chanson « Mickey Rourke ». C’est quelque chose qui me taraude toujours un peu de savoir si l’on change vraiment entre 15 ans et 40 ans. Je parle aussi pas mal d’amour, thème universel, mais je pense parler plus de désir que d’amour. Dans « Comédie Extravagante », j’assume le côté frontal et sexuel, qui est important aussi.

Rencontre avec le chanteur Nicolas Vidal à l’occasion de la sortie de son second album !

Tu ne t’arrêtes pas au Français sur ton album. Quelle est ton histoire avec l’Anglais et l’Italien ?

« Amore »vient d’une commande pour un court-métrage (« Maîtresse » d’Ollivier Briand) et il fallait que ce titre soit impérativement en Italien. J’ai écrit un texte en Italien en essayant de me souvenir de mes cours du lycée. L’idée était de faire une chanson très années 80 et un peu Italodisco avec la voix féminine de Pascale Daniel qui chante très haut. Pour ce qui est de l’Anglais, je dois avouer que la plupart du temps, je fais les musiques avant les textes et je cherche comme beaucoup de gens des textes en yaourt et cela ressemble plus à de l’Anglais qu’à du Français. Quand j’ai commencé à travailler sur le texte de « The Executioner », je n’arrivais plus à me défaire de sonorités anglaises. J’avais envie de parler de quelque chose d’un peu dur qui est le fait d’être bourreau ou victime dans une relation amoureuse et je trouvais que cela sonnait mieux en Anglais. Cela est venu assez naturellement, tout comme pour « Hoping For The Best » qui est le seul piano-voix de l’album. C’est vraiment la chanson qui amène la langue.

Qui est Pascale Daniel avec qui tu partages le titre « Amore » ?

Pascale Daniel est une chanteuse, auteure et compositrice qui a écrit des chansons pour Françoise Hardy entre autre. J’adorais aussi ses propres chansons et nous nous sommes rencontrés il y a quelques années à l’époque de MySpace. Nous avions déjà fait un duo ensemble qui s’appelle « L’Infidélité » sur mon premier album. Pascale est une amie et j’avais envie de partager un nouveau duo avec elle. Cela fait aussi une continuité avec mon premier album. Pascale fait maintenant un peu autre chose, elle a créé« Paris Au Mois D’Août » sa propre marque de luminaires et d’objets qui est très chouette et marche très bien. J’espère qu’elle reviendra à la musique car j’adore ce qu’elle fait.

Photo Sébastien Navosad

Photo Sébastien Navosad

Plusieurs titres bénéficient déjà de vidéos mises en ligne sur Youtube. Tous tes nouveaux titres vont-ils être mis en images ?

J’aimerais le faire ! C’est moi qui fait mes vidéos car j’aime bien le côté do it yourself. J’ai lancé une campagne de crowdfunding pour terminer le financement de ce deuxième album et du coup j’ai fait une vidéo de présentation sur le titre « Pour Compléter La Parure » pour montrer aux internautes qui j’étais. J’ai ensuite fait des clips pour « Mademoiselle R », « Teenager », « The Executioner », « Hoping for the best », « Comme Une Fille » et « Amore », donc quasiment les trois quart du disque. J’adore faire des vidéos et dés que j’ai une idée, j’en fait une. Et maintenant, les gens regardent autant de vidéos sur Youtube qu’ils vont écouter des titres sur Itunes ou sur Deezer.

Des scènes sont-elles bientôt prévues ?

Il va y avoir des concerts mais je voulais d’abord m’occuper de la sortie de l’album et trouver la bonne formule pour présenter les chansons. Avis aux tourneurs, s’il y en a qui seraient intéressés !

Photo Sébastien Navosad

Photo Sébastien Navosad

Quels sont tes prochains projets ?

Le clip d’« Amore » vient d’être mis en ligne et celui illustrant « Les Nuits Sereines N’Existent Pas » devrait suivre d’ici quelques temps. Dans mes prochains projets, il y a la scène, l’écriture de nouvelles chansons et j’aimerais bien proposer des titres à d’autres artistes et continuer à écrire pour l’image. J’aimerais faire vivre ce projet aussi longtemps que possible avant de commencer à penser à un autre album.

Commenter cet article