Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les interviews « Un Eté 44 » : Rencontre avec Sarah-Lane Roberts !

Publié le par Steph Musicnation

Les interviews « Un Eté 44 » : Rencontre avec Sarah-Lane Roberts !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Sarah-Lane Roberts, je suis chanteuse à la base mais également percussionniste dans plusieurs projets musicaux et je suis originaire du Val-de-Marne. J’ai fait une formation professionnelle en trois ans dans la musique et je joue actuellement dans le spectacle musical « Un Eté 44 » le rôle de Rose-Marie.J’avais déjà fait un tout petit peu de théâtre mais j’étais au collège et c’était donc en amateur.

« Un Eté 44 » est-il ton premier spectacle musical ?

Je te répondrais oui et non. Oui car c’est la première fois que je joue dans un spectacle de cette envergure et non car j’ai joué au collège dans « Antigone » qui était réadaptée en tragédie musicale. Nous avions gagné un concours et nous nous sommes produits devant des milliers de personnes à Verdun.

Qu’est-ce qui t’a séduite dans ce spectacle ?

Il y a plusieurs choses ! Tout d’abord, je te parlerais des chansons et des musiques qui ont été composées par des auteurs de renom. Il y a également la troupe car dès que nous nous sommes rencontrés il y a eu une très grosse accroche. Le facteur humain joue beaucoup et quand je parle de troupe, ce sont les artistes mais aussi les techniciens et les patrons. Cette histoire de devoir de mémoire également est quelque chose de très fort même si cela ne me parlait pas plus que cela au départ car je suis assez anti-guerre. Je trouve que ce spectacle a un pouvoir de dénouer les langues ; il permet aux personnes qui ont vécu la guerre de s’ouvrir à leurs familles et cela a été le cas aussi pour ma « grand-mère d’Amérique ». Nous sommes tous un peu liés à ce spectacle.

Les interviews « Un Eté 44 » : Rencontre avec Sarah-Lane Roberts !

Quel personnage incarnes-tu ?

J'incarne Rose-Marie qui est une jeune Normande de 18 ans. Rose-Marie est coiffeuse et sa particularité est d’être un véritable cœur d’artichaut. Elle a tendance à garder les lettres de ses anciens amoureux, elle aime plaire et sa manière d’échapper à la guerre est de se faire belle. Mon rôle dans ce spectacle est un peu de ramener un peu de joie et de légèreté même si elle va perdre son amoureux et ne jamais le retrouver. Le pouvoir de Rose-Marie est d’arriver à passer d’une chose à une autre très rapidement pour ne pas être détruite psychologiquement par tous les dégâts que peuvent causer une guerre. Je te dirais qu’elle incarne la pétillance dans ce spectacle.

Avez-vous des points communs ?

J’ai tendance à être un peu un cœur d’artichaut et j’ai gardé les lettres de tous mes amoureux (rires). Le côté pétillant et joie de vivre est quelque chose que j’essaye d’avoir car si je vais dans le négatif, je me noie vite dedans. En revanche, je ne suis pas aussi coquette que Rose-Marie mais je commence à l’être.

Comment me présenterais-tu l’histoire d’amour entre Rose-Marie et Hans ?

Nous ne savons pas vraiment comment ils se sont rencontrés et nous pouvons imaginer tout et n’importe quoi. Nous savons que Rose-Marie sort souvent en cachette avec son vélo. Il se peut qu’un soir à force de voir Hans toujours au même endroit, elle lui a parlé et elle s’est très vite rendu compte que malgré sa tenue militaire, Hans est vraiment humain, touchant et touché par ce qu’il se passe. Hans a une manière de réfléchir plus cérébrale que celle de prendre les armes juste parce que l’on a tiré sur son voisin. Je pense que c’est cela qui plait à Rose-Marie en plus du fait qu'il soit super imposant et beau gosse. Hans comme Rose-Marie a envie d’échapper à cette guerre.

Les interviews « Un Eté 44 » : Rencontre avec Sarah-Lane Roberts !

Quel est le message que véhicule selon toi « Un Eté 44 » ?

On en revient au devoir de mémoire avec comme message celui de ne pas refaire les mêmes bêtises. Il faut essayer d’avancer quoi qu’il arrive et nous sommes encore pile poil dedans…Il faut continuer à croire et à espérer que l’art fasse évoluer les choses et il y a peut-être aussi un petit côté soyez fiers d’être Français car il y a des gens qui se sont battus pour que soyez libres.

Si je te dis « Tranches De Vie », que me réponds-tu ?

Je te réponds Ma Caille (rires). C’est le premier EP que j’ai sorti avec mon complice Florent Lebel qui est le fils de Sylvain Lebel qui a eu l’idée originale d’« Un Eté 44 ». Florent est un véritable ami et nous avons créé ce duo il y a quatre ans maintenant. C’est un duo de chanson Française basé sur des petites histoires de la vie quotidienne mais traitées de manière assez légère. Ma Caille a été l’un de mes premiers bébés. Florent fait une bonne partie du travail mais à nous deux, il y a une vraie identité.

Les interviews « Un Eté 44 » : Rencontre avec Sarah-Lane Roberts !

As-tu de nouveaux projets en parallèle avec Ma Caille ou en solo ?

C’est un peu en suspend avec Ma Caille mais nous sommes en train de travailler sur un clip vidéo qui devrait sortir en 2017 mais nous ne sommes pas surs du tout de refaire des dates ; en revanche, nous continuerons à collaborer ensemble quoi qu’il arrive. Pour ce qui est des groupes de reprises, je ne sais pas encore et pour une aventure en solo, j’y réfléchis. Comme je ne suis pas auteur, il faut que j’en trouve et je me verrais bien faire un album concept où je ne serais pas seule. Comme je suis Franco-Américaine, pourquoi ne pas aller à Broadway car « Un Eté 44 » m’a rappelé que quand j’étais gamine je voulais faire de la comédie musicale !

Quel univers musical voudrais-tu développer à l’avenir ?

Ce qui me colle bien est un mélange entre du swing, du jazz, de la soul et du rhythm’n’blues. C’est essentiellement de la musique black et c’est quelque chose qui m’anime plus que la chanson Française.

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir découvrir « Un Eté 44 » au Comédia ?

Je leur dirais que quoiqu’ils aient pu avoir lu sur le débarquement en Normandie et sur la libération, ils pourront toujours en apprendre en venant voir ce spectacle et ceci de plein de manières différentes mais toujours de manière ludique. S’ils n’ont eu que des grandes lignes de l’histoire, ils auront ici-même plein de petites lignes de petits gens et ils pourront s’y retrouver.

Commenter cet article