Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec Philip Rosenberg du Cirque Le Roux pour le spectacle « The Elephant In The Room » !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Philip Rosenberg du Cirque Le Roux pour le spectacle « The Elephant In The Room » !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs et nous dire comment a débuté ta carrière artistique ?

Je m’appelle Philip Rosenberg, je suis circassien et je suis originaire de San Francisco en Californie. J’ai commencé le cirque à l’âge de 7 ans dans une école à San Francisco avant de partir à 18 ans pour Montréal où j’ai étudié à l’école nationale du cirque. Dans cette école, j’ai rencontré Gregory et Yannick qui font également partie de la troupe. J’ai beaucoup tourné avec les « 7 Doigts De La Main » qui est une compagnie Canadienne mais aussi dans des cabarets en Allemagne et j’ai eu quelques petits contrats à travers le monde. Avant de monter notre propre compagnie Le Cirque Le Roux, nous avons évolué dans « Pippin » un music-hall qui se jouait à Broadway à New York. Nous y sommes restés durant un an et ensuite, nous avons monté notre propre projet « The Elephant In The Room » qui nous a pris un an de préparation. Nous jouons ce premier spectacle depuis janvier 2015.

As-tu toujours désiré évoluer dans le domaine acrobatique ?

J’ai commencé par faire de la gymnastique durant une année mais je n’aimais pas l’aspect de la compétition. Mes parents m’ont emmené voir une représentation dans une école de cirque et c’était exactement les acrobaties que je faisais mais dans un autre cadre. J’ai aimé cet esprit de performance sans la compétition. Comme j’étais intéressé en parallèle par le théâtre que je pratiquais un peu, le mélange de ses deux arts m’a tout de suite plu et je me suis lancé dans cette direction-là.

Photo Bertil Nilsson

Photo Bertil Nilsson

Comment nous présenterais-tu « The Elephant In The Room » ?

Je dirais que ce spectacle est un juste mélange de cirque et de théâtre. C’est une comédie de boulevard inspirée par les films de l’époque des années 30, les films en noir et blanc et les films noirs. Pour cette création, nous avons voulu vraiment faire ce spectacle comme une pièce de théâtre avec une histoire que l’on suit et une intrigue.

Qui est ton personnage ?

Je joue Mr. Chance qui est un peu en marge des autres personnages. L’histoire se déroule le soir des noces de Miss Betty et de John Barick et on retrouve à leurs côtés Jeune Bouchon qui est le serveur de la soirée. J’interprète pour ma part un invité qui est Américain et qui est un peu un pique assiette. Mr. Chance fait croire à tout le monde qu’il a voyage à travers le monde et qu’il connait des célébrités et on ne sait pas trop si tout cela est vrai. Il aime draguer tout le monde en montrant qu’il est charmant.

Photo Preston Jamieson

Photo Preston Jamieson

Que mettrais-tu en avant dans ce spectacle ?

Je dirais que c’est vraiment le mélange que nous avons réussi à créer qui en fait son originalité. Le cirque contemporain est quelque chose de nouveau pour le public mais pour ce spectacle en particulier, je pense que le mélange entre les acrobaties et les moments théâtraux en font quelque chose de novateur. Nous voulions vraiment que les figures que nous exécutons aient un sens et que cela supporte l’histoire.

Quelle préparation nécessite de telles performances ?

Nous sommes tous des habitués des entraînements physiques quotidiens pouvant aller jusqu’à dix heures par jour. Nous connaissons déjà les figures que nous réalisons dans le spectacle donc nous arrivons trois heures avant le spectacle pour nous maquiller, nous costumer et bien nous échauffer. Nous faisons au moins toutes les figures difficiles du spectacle lors des répétitions et ensuite, il faut juste rentrer dans son personnage et jouer !

Photo Posztós János

Photo Posztós János

Comment nous présenterais-tu chacun de tes partenaires ?

Lolita Costet qui joue Miss Betty est le fil conducteur de l’histoire. C’est une femme manipulatrice, elle peut être charmante mais elle est également un peu double face. Elle cache beaucoup de choses, elle a un côté sombre en elle même si elle parait gentille. La vraie nature de Miss Betty apparaît au fil du spectacle. Gregory Arsenal qui joue Jeune Bouchon est vraiment un serveur maladroit et naïf. C’est quelqu’un qui veut faire de son mieux et qui veut plaire à tout le monde mais il n’y arrive pas bien malgré lui. Yannick Thomas incarne John Barick, c’est un mari sympathique mais soumis à sa femme. Il essaye d’imposer sa force sur les autres personnages masculins. C’est un personnage amoureux de sa femme et je te dirais que l’on se sent un peu mal pour lui.

Quelle a été votre envie première en créant votre propre compagnie ?

Nous voulions vraiment créer quelque chose qui nous appartienne et que les gens puissent identifier comme étant des créations du Cirque Le Roux. Moi personnellement, je voulais apporter une touche cinématographique sur scène car je suis un grand cinéphile. 

Photo Bertil Nilsson

Photo Bertil Nilsson

Quel serait ton moment préféré dans « The Elephant In The Room » ?

Il y a un moment en duo avec Jeune Bouchon qui est joué par Gregory Arsenal qui me plait beaucoup. C’est un duo équilibre au sol qui arrive vers le milieu du spectacle. Durant toute la première partie, les personnages montent en puissance et ce moment particulier est pour moi un moment de relâchement pour ces personnages. C’est un moment de cirque mais aussi purement esthétique. J’ai l’impression de me sentir comme dans une bulle sur scène durant ce moment qui m’apparaît comme une libération. C’est un passage où tout se passe juste par le corps.

Vous voyagez à travers le monde ; n’est-ce pas trop dur de devoir se créer de nouveaux repères à chaque fois ?

Je te dirais qu’en fait, je trouve cet aspect assez intéressant dans nos vies. Nous arrivons dans de nouvelles villes pour présenter notre spectacle et les gens réagissent complètement différemment car il n’y a jamais le même public. C’est intéressant de voir comment les gens s’attachent à notre création en fonction de leur culture. Les gens ne vont pas trouver les mêmes parties drôles ou touchantes et même si le spectacle ne change pas, nous avons sur scène une grande liberté d’improvisation et nous pouvons interpréter différemment. Pour ma part, je dirais que chaque fois que nous voyageons avec ce spectacle, il monte en puissance et quand nous arrivons dans un nouveau pays cela donne une nouvelle vie au spectacle et c’est très rafraîchissant. 

Rencontre avec Philip Rosenberg du Cirque Le Roux pour le spectacle « The Elephant In The Room » !

Quel est l’avenir du spectacle ? As-tu d’autres projets en parallèle ?

Pour le moment, je dirais que nous n'en sommes qu’au début avec ce spectacle et nous allons probablement tourner avec « The Elephant In The Room » encore deux ans ou plus. Ce spectacle est un défi pour nous car nous maîtrisons les arts du cirque depuis quelques années mais nous commençons aussi à maîtriser le jeu d’acteur en interprétant ces personnages sur scène. Je sens vraiment cette l’évolution et cela ne me dérange pas de jouer ce spectacle durant quelques temps encore car je ne m’en lasse pas. Pour le moment, je n’ai pas d’autres projets en parallèle car nous avons mis toute notre énergie dans ce spectacle mais je pense que cela risque d’arriver bientôt si le temps me le permet.

Comment inviterais-tu nos lecteurs à venir vous découvrir à Bobino ?

J’aimerais leur dire qu’avant tout c’est un spectacle pour tout le monde. Si vous aimez les figures et les performances physiques, si vous aimez le côté comique, si vous aimez le côté esthétique et les moments touchants, vous devriez apprécier « The Elephant In The Room ». Venez tenter une expérience nouvelle et originale !

Photo F.W.Ockenfiels

Photo F.W.Ockenfiels

Commenter cet article