Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rencontre avec Marjolaine Piémont, une chanteuse qui ne manque pas de piquant !

Publié le par Steph Musicnation

Rencontre avec Marjolaine Piémont, une chanteuse qui ne manque pas de piquant !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs et nous résumer un peu ton parcours artistique ?

Je m’appelle Marjolaine Piémont, je suis auteur, compositeur et interprète. Je suis originaire d’Alsace et je suis monté à Paris à l’âge de 17 ans. J’ai toujours chanté et j’ai étudié le chant lyrique au conservatoire mais lorsque j’ai commencé à écrire des paroles en Français, j’ai voulu toucher un public plus large que le public plus élitiste qui va généralement à l’opéra. Je suis une grande fan de la chanson Française de 1895 à aujourd’hui et je me suis dit qu’il était temps que j’écrive mes propres chansons. Au départ de mon projet musical, je n’étais pas compositeur et j’ai donc collaboré avec des personnes talentueuses comme William Rousseau, Aldebert et Vincent Baguian et au final, j’ai commencé également à composer mes propres mélodies.

Ton premier EP vient de sortir. Pourquoi l’avoir intitulé « Presqu’un Animal » ?

Pour tout te dire, cela a été très dur de choisir un titre. J’ai commencé par écrire toutes les paroles de mes chansons tout en regardant le visuel que j’avais choisi. Je n’allais pas appeler mon EP « Un Homme à Poil » (rires). J’aimais bien « Presqu’un Animal » car on ne sait pas si c’est moi qui suis presque un animal ou alors l’homme. J’ai fait une petite faute d’orthographe volontaire dans le titre en utilisant l’apostrophe pour communiquer de façon originale. « Presqu’un Animal » est tiré d’une phrase du titre « C’est Beau Un Homme à Poils ».

Rencontre avec Marjolaine Piémont, une chanteuse qui ne manque pas de piquant !

Quel animal serais-tu ?

Si j’étais un animal, je serais un homme. Un bel animal de compagnie (rires).

Avec qui as-tu travaillé sur cet EP ?

Edith Fambuena a réalisé le titre « La Sol Do Mi ». C’est une artiste avec qui je voulais travailler depuis longtemps. Je suis très contente de ces loops un peu drôles qu’elle a fait sur ce titre. Nous avons travaillé également sur d’autres morceaux qui paraitront sur l’album en 2017. William Rousseau a réalisé la majorité de l’EP et il a composé les mélodies de « A Quoi Ça Sert » et de « Je Suis Bonne ». J’ai travaillé avec Vincent Baguian sur les titres « Je Suis Bonne » et « C’est Beau Un Homme à Poils » et il coréalise ce dernier titre avec Laurent Perez Del Mar et Philippe Rubio. « Femme Mais Pas D’Un Homme » est le fruit d’une collaboration avec Aldebert.

Comment présenterais-tu cet EP ?

« Presqu’un Animal » est presque un album, c’est un avant-goût. C’est une carte de visite qui j’espère donnera envie aux gens de découvrir l’album en 2017.

Rencontre avec Marjolaine Piémont, une chanteuse qui ne manque pas de piquant !

Peux-tu nous en dire plus sur cet album à venir ?

Sur l’album, je reprendrais les cinq titres qui composent l’EP et il y aura sept ou huit autres titres. On retrouvera sur ce disque les réalisations d’Edith Fambuena et de William Rousseau. La couleur musicale de l’album sera un peu dans la même veine que celle de l’EP mais il y aura aussi des morceaux piano-voix avec des boites à musique, je pense notamment à un titre qui s’intitule « Il Etait Une Fois ». On retrouvera l’univers guitaristique d’Edith Fambuena à la réalisation de « Vos Corps ». Les thèmes seront toujours un peu sensuels et cyniques. J’aborderais également le fait de trouver sa place en tant que femme dans la société et aussi de trouver sa place en tant que sœur au sein d’une fratrie.

Il y a beaucoup de sensualité et un côté théâtral qui ressort dans des titres. Est-ce ce que tu vas mettre en avant sur scène ?

Je n’ai pas prévu de me mettre à poil sur scène (rires). Cela dépendra des salles dans lesquelles je me produirais mais non, je n’ai pas prévu de striptease (rires). J’ai beaucoup été inspirée par Juliette Gréco et par toutes ces chanteuses des années 50 rive gauche mais aussi par la pureté de Françoise Hardy. Des personnes qui m’ont vue sur scène m’ont dit qu’il y avait chez moi comme une chorégraphie de poupée désarticulée et j’aime bien cette idée. Je te dirais que je ne calcule pas, je rajoute succinctement des ports de bras dus à la danse que j’ai pratiqué plus jeune. Nous verrons ce qu’en diront les gens.

Rencontre avec Marjolaine Piémont, une chanteuse qui ne manque pas de piquant !

« A Quoi Ça Sert » est le premier extrait de ton EP. De quoi parle ce titre ?

Ce titre parle un peu de la solitude. Je me suis rendu compte que parfois on n’arrive pas à trouver son alter ego. On a du mal à trouver la personne avec qui on serait en adéquation physiquement et mentalement mais on est quand même doté un corps et je me dis que l’épaule est faite pour qu’on y pause sa tête. Je suis partie de ce constat-là et que tout à chacun pourrait au moins être aimé ne serait-ce que pour son corps et avoir une étreinte charnelle même si personne ne l’aime pour sa psyché.

Peux-tu nous parler du clip ?

J’étais en vacances chez un copain et je lui ai dit que cela serait bien d’avoir juste quelques images sur « A Quoi Ça Sert » afin de faire un petit teaser de trente secondes et finalement, on m’a dit que cela serait bien d’avoir un vrai clip. J’ai travaillé dessus avec Renaud Papillon Paravel qui a filmé des images à Port Nouvelle et nous en avons rajouté d’autres qui ont été faites par Anthony Jaget à Saint Marc sur Mer. On a donc tourné en Méditerranée et sur l’Océan Atlantique. Samuel Rozenbaum a fait tout le travail de montage et c’est Renaud Papillon Paravel qui a réalisé le clip. Durant le tournage, je dois t’avouer que j’ai eu un peu froid car le clip a été tourné en avril mais cela n’a duré qu’une heure.

Rencontre avec Marjolaine Piémont, une chanteuse qui ne manque pas de piquant !

Entres-tu dans un personnage sur « Presqu’un Animal » ou est-ce que ce côté espiègle est ce qui te caractérise au quotidien ?

J’aimerais bien être espiègle au quotidien ! Je pense que l’espièglerie fait partie de moi et c’est quelque chose qui me caractérise en effet même si je ne le suis pas tous les jours. J’aime beaucoup la légèreté de la vie finalement et même dans des situations dramatiques, j’aime trouver quelque de léger qui puisse sublimer la réalité même si elle est un peu morose.

Tu as participé à « Mozart L’Opéra Rock ». Que t’a apporté cette expérience et recommencerais-tu une aventure similaire maintenant que tu as ton projet solo ?

J’ai adoré participer à « Mozart L’Opéra Rock » qui a été une aventure merveilleuse. Je remercie encore Dove Attia et Albert Cohen de m’avoir permis de faire partie de ce projet en 2009 à un moment difficile de ma vie. J’y ai rencontré des gens absolument talentueux dans tous les domaines. Nous étions nombreux sur la route et nous étions une vraie équipe. Nous avons eu 1 400 000 spectateurs et cela a été magique à Paris et un peu partout en province. Si je devais remonter sur scène sur un projet de comédie musicale, cela serait avec grand plaisir mais pas tout de suite car mon EP de vient de sortir et l’album arrive donc j’ai envie de défendre ces chansons.

Photo ArtFlo

Photo ArtFlo

Quels sont tes projets à venir ?

J’ai commencé à faire les premières parties de Zazie, je serais de nouveau présente sur sa tournée pour quatre dates en novembre à Tours, Annecy, Voiron et Caluire et Cuire. Je présenterais les titres de mon album « Sans Le Superflu » le 07 décembre à La Manufacture Chanson à Paris. J’ai dans l’idée de tourner un clip sur la chanson « Je Suis Bonne » et je suis actuellement à la recherche de l’équipe de réalisation.

Commenter cet article